Aller au contenu

Glossaire

Les obligations à court terme ont une durée à l’échéance inférieure à cinq ans et sont habituellement moins sensibles aux fluctuations des taux d’intérêt que les obligations à plus long terme.

Dans une conjoncture de hausse des taux d’intérêt, les obligations à court terme obtiennent généralement de meilleurs rendements que les obligations à plus long terme, bien qu’elles subissent les contrecoups des hausses de taux d’intérêt.

Dans une conjoncture de baisse des taux d’intérêt, les obligations à court terme obtiennent généralement des rendements inférieurs aux obligations à plus long terme, bien qu’elles soient avantagées par les hausses de taux d’intérêt.

Les obligations à court terme sont également associées à un risque de crédit réduit, car l’émetteur a moins de temps d’être en défaut de paiement avant l’échéance. Les obligations à court terme sont considérées comme un investissement relativement sûr et ont tendance à bien se comporter lorsque les investisseurs cherchent à placer leur argent en lieu sûr en périodes de ralentissement économique ou de replis boursiers.

Les obligations d’État incluent les obligations émises par les administrations fédérales, provinciales et municipales. Les obligations d’État sont garanties par la capacité du gouvernement à percevoir des taxes et des impôts et à imprimer de l’argent afin de payer les coupons promis aux détenteurs d’obligations. Une obligation d’État émise par un pays industrialisé est généralement considérée comme un investissement à faible risque. Les obligations d’État offrent généralement un faible taux de rendement, car elles sont relativement sûres.

Certaines obligations d’État ont été conçues pour offrir une protection contre l’inflation. L’inflation peut avoir une incidence sur le rendement réel des investisseurs et peut même produire un rendement réel négatif si le taux d’inflation est supérieur au rendement de l’obligation. Les obligations à rendement réel (ORR) au Canada et les titres du Trésor protégés contre l’inflation (TIPS) aux États-Unis protègent le titre contre l’inflation en étalonnant le taux d’intérêt sur l’inflation, mais ces titres offrent une faible probabilité de hausse des cours.

Les obligations d’État comportent un risque de taux d’intérêt, car leur cours est étroitement lié aux taux d’intérêt. Dans une conjoncture de hausse des taux d’intérêt, les obligations d’État ont tendance à obtenir des rendements inférieurs aux obligations de sociétés et aux obligations de qualité inférieure, parce que leur valeur chute lorsque les taux d’intérêt augmentent. Dans une conjoncture de baisse des taux d’intérêt, leur cours augmente et elles prennent de la valeur. En règle générale, les obligations d’État obtiennent de bons rendements lors des ralentissements économiques, parce que les taux d’intérêt ont tendance à chuter pendant ces périodes.

Les obligations de sociétés sont des titres de créance émis par des sociétés.

Obligations de sociétés de qualité

Une obligation de société est dite de qualité lorsqu'elle est émise par une société notée BBB ou plus par une agence de notation indépendante. Habituellement, elles offrent un taux de coupon légèrement plus élevé que les obligations d’État, parce que les obligations de sociétés comportent un degré de risque de défaut plus élevé. En règle générale, le risque de défaut est plus élevé parce que ces obligations sont garanties par la capacité de la société émettrice de générer des revenus pour rembourser sa dette, alors que les États qui émettent des obligations peuvent percevoir des taxes et des impôts pour rembourser leur dette. Le degré de risque de défaut varie d’une société à une autre et se reflète dans le rendement total offert par les différentes obligations.

À l’instar des obligations d’État, les obligations de sociétés versent généralement un taux de coupon fixe et comportent un risque de taux d’intérêt. Elles ont tendance à obtenir des rendements inférieurs dans une conjoncture de hausse des taux d’intérêt, lorsque les cours obligataires chutent et à obtenir de meilleurs rendements lorsque les taux d’intérêt sont en baisse et que les cours obligataires augmentent.

De plus, elles comportent un degré de risque de défaut plus élevé que les obligations d’État, parce que la société émettrice pourrait éprouver des difficultés et être incapable de rembourser son emprunt. Le risque de défaut peut avoir pour conséquence que le rendement des obligations de sociétés est inférieur à celui des obligations d’État en périodes de volatilité économique et boursière si les caractéristiques fondamentales de l’entreprise changent. Par contre, en périodes de croissance et de stabilité économiques, les obligations de sociétés surpassent généralement les obligations d’État, parce que leur taux de rendement est plus élevé.

Les obligations à rendement élevé sont des titres de qualité inférieure (notation inférieure à BBB) en raison de la plus forte probabilité de défaut de l’émetteur, habituellement une société. Les rendements des obligations à rendement élevé comportent un écart à la hausse par rapport aux obligations d’État ayant la même échéance. Ces écarts de taux se resserrent lorsque les caractéristiques fondamentales de la société émettrice s’améliorent, parce que cela indique que l’entreprise risque moins d’être en défaut de paiement, ce qui réduit le risque de perte en capital permanente associé à l’émetteur et entraîne une hausse des cours obligataires. Les obligations à rendement élevé offrent à la fois des taux attrayants et un potentiel de gain en capital.

La valeur des obligations à rendement élevé est plus étroitement liée aux caractéristiques fondamentales de la société émettrice sous-jacente qu’aux taux d’intérêt. Pour cette raison, mais aussi parce que leur taux de coupon est plus élevé, les obligations à rendement élevé ont tendance à obtenir de meilleurs rendements que les obligations de qualité dans une conjoncture de hausse des taux d’intérêt.

Les obligations à rendement élevé comportent un degré de risque de défaut et de risque de liquidité plus élevé que les obligations de qualité. Elles comportent également un risque économique, puisque le risque de défaut augmente lorsque la société émettrice traverse une période d’instabilité ou de faible rendement, ce qui est plus probable en période de ralentissements économiques. En périodes de croissance économique, les obligations à rendement élevé ont tendance à obtenir de bons rendements, car les caractéristiques fondamentales des entreprises s’améliorent.

Les obligations à rendement élevé peuvent procurer des rendements comparables aux actions, moyennant une volatilité moindre en périodes de croissance économique, lorsque les caractéristiques fondamentales des entreprises s’améliorent rapidement. De plus, elles procurent une diversification au volet de titres à revenu fixe d’un portefeuille, étant donné que le rendement des obligations à rendement élevé est habituellement faiblement corrélé à celui des obligations de qualité.

Les obligations à taux variable (qui peuvent inclure les prêts à effet de levier) sont émises par une société et versent un taux de coupon variable rajusté en fonction d’un taux de référence sous-jacent, comme le TIOL, en plus d’un écart de taux fixe supérieur au taux de référence. Le taux de coupon est réinitialisé périodiquement selon un échéancier préétabli, pour tenir compte de la variation du taux de référence.

Résultat, les coupons des obligations à taux variable ont tendance à suivre les taux d’intérêt à court terme, ce qui atténue l’effet des hausses de taux d’intérêt sur ces titres.

Cependant, dans une conjoncture de baisse des taux d’intérêt, les coupons des obligations à taux variable sont rajustés à la baisse pour suivre la baisse des taux d’intérêt, ce qui limite la hausse des cours de ces titres.

On trouve des obligations à taux variable de qualité et de qualité inférieure, tout dépendant de la cote de solvabilité de l’émetteur. Les obligations à taux variable de qualité inférieure ont des points en commun avec les obligations à rendement élevé, tandis que les obligations à taux variable de qualité s’apparentent davantage aux obligations de sociétés de qualité.

En règle générale, les obligations à taux variable sont garanties par les actifs de la société émettrice et ont une priorité de rang plus élevée que les obligations à rendement élevé ou même de qualité. En cas de défaut de l’émetteur, les détenteurs d’obligations ont accès aux éléments d’actifs que la société émettrice a adossés aux obligations à taux variable, ce qui procure un élément de protection additionnel aux investisseurs.

Les titres à revenu fixe émis par des gouvernements ou des sociétés de pays classés parmi les pays émergents sont considérés comme des titres de créance des marchés émergents.

Le potentiel de croissance est une caractéristique attrayante des titres de créance des marchés émergents, parce que le taux de croissance des pays en voie de développement peut être largement supérieur à celui des pays industrialisés. Les taux de rendement des titres de créance des marchés émergents ont tendance à être plus élevés que ceux des titres des pays industrialisés, pour tenir compte du fait que les investisseurs acceptent des risques additionnels associés aux placements dans les marchés émergents.

Les placements dans les titres de créance des marchés émergents comportent des risques politiques, économiques et de change. Les pays des marchés émergents présentent habituellement un degré de risque socioéconomique plus élevé, sans parler du potentiel d’instabilité politique et du risque d’inflation ou de déflation soudaine. Le risque de change est lié à la dévaluation des devises et aux fluctuations des taux de change, qui attisent la volatilité et font chuter les rendements obligataires.

Les titres de créance des marchés émergents obtiennent de bons rendements en périodes de forte croissance économique et de stabilité dans le pays émetteur. Si l’activité économique ralentit ou si l’instabilité augmente, les titres de créance des marchés émergents ont tendance à moins bien performer.

Les placements dans les titres de créance des marchés émergents peuvent accroître la diversification d’un portefeuille de titres à revenu fixe et donnent accès à différents marchés et pays, ce qui atténue les retombées d’une hausse de taux d’intérêt d’une banque centrale.

Les obligations mondiales sont des titres à revenu fixe émis par des gouvernements ou des sociétés de pays étrangers. Elles offrent aux investisseurs la possibilité de diversifier leurs portefeuilles en prenant une participation à une variété de marchés et pays étrangers, ce qui atténue les retombées d’une hausse de taux d’intérêt d’une banque centrale ou d’un changement des perspectives économiques d’un pays.

Les obligations mondiales se comportent de la même manière que les obligations canadiennes comparables, mais sont sensibles à la situation économique et aux politiques des banques centrales du pays dans lequel elles ont été émises.

Le risque de change est un facteur à prendre en considération avant d’investir dans des obligations mondiales, parce que le taux de change a une incidence sur le rendement. Le degré de risque de change peut être réduit en couvrant les positions de change, c’est-à-dire en investissant dans un fonds commun de placement neutre en devises. De plus, les obligations mondiales exposent les investisseurs aux risques propres au pays dans lequel elles ont été émises.

Les placements dans les fonds communs de placement et les FNB peuvent être assortis de commissions, de commissions de suivi, de frais de gestion, de frais de courtage et de charges. Veuillez lire le prospectus d’un fonds commun de placement ou d’un FNB avant d’investir, car il contient des renseignements détaillés sur le placement. Les fonds communs de placement et les FNB ne sont pas garantis; leur valeur est appelée à fluctuer fréquemment et le rendement passé pourrait ou non être reproduit.

En règle générale, le marché obligataire est volatil et les titres à revenu fixe présentent des risques liés aux taux d’intérêt. Habituellement, les prix des obligations baissent à mesure que les taux d’intérêt augmentent et vice-versa. Cet effet est ordinairement plus marqué dans le cas des titres à long terme. Les titres à revenu fixe comportent également des risques d’inflation, de crédit et de défaillance, tant en ce qui concerne les émetteurs que les contreparties. Contrairement aux obligations individuelles, la plupart des fonds d’obligations n’ont pas de date d’échéance. Par conséquent, il n’est pas possible de détenir leurs parts jusqu’à l’échéance pour éviter les pertes causées par la volatilité.

Les titres étrangers sont assujettis aux risques de taux d’intérêt et de change ainsi qu’aux risques économiques et politiques; ces facteurs sont exacerbés dans le cas des marchés émergents.

Les obligations de moindre qualité peuvent comporter une volatilité et un risque de défaillance plus importants que les obligations de qualité supérieure.

Le marché des obligations municipales est volatil et peut être passablement affecté par des changements défavorables d’ordre fiscal, législatif ou politique ainsi que par la situation financière des émetteurs de ces obligations.

Un fonds peut investir dans des titres à effet de levier (comme des produits dérivés ou des titres à règlement différé) susceptibles d’accroître sa participation au marché, d’augmenter les risques de placement et d’entraîner des pertes plus immédiates.

L’information présentée dans ce document est d’ordre général. Elle ne doit pas être considérée comme des conseils en matière de placements ou de fiscalité. Toute décision de placement devrait tenir compte de la situation propre à chaque investisseur. Consultez un avocat ou un conseiller fiscal au sujet de votre situation juridique et fiscale. Les énoncés contenus aux présentes sont fondés sur des renseignements considérés fiables et sont fournis à titre d’information seulement. Lorsque cette information est fondée en totalité ou en partie sur des renseignements fournis par des tiers, nous ne pouvons garantir qu’elle est à tout moment exacte, exhaustive ou à jour. Ces énoncés ne constituent pas des conseils en matière de placement ou de fiscalité ni des conseils juridiques et ils ne constituent pas une offre ou une sollicitation visant l’achat. Les graphiques et les tableaux ne sont utilisés qu’à des fins d’illustration et ne reflètent pas la valeur future ni le rendement des placements d’un fonds ou d’un portefeuille. Les stratégies de placement individuelles doivent être évaluées en fonction des objectifs de placement et de la tolérance au risque de l’investisseur. Fidelity Investments Canada s.r.i. et ses sociétés affiliées et entités apparentées ne peuvent être tenues responsables de quelque erreur ou omission éventuelle ni de quelque perte ou dommage subi.

Toutes les marques de commerce de tierces parties appartiennent à leur propriétaire respectif. Utilisé avec permission.

Content is loading, please wait