Aller au contenu

Épargne-retraite : l’utilité d’un CELI

Seulement la moitié (51 %) des Canadiens âgés de 45 ans et plus ont l’intention d’utiliser un compte d’épargne libre d’impôt (CELI) pour la retraite, le considérant principalement comme une solution d’épargne à court terme et lui préférant le compte enregistré d’épargne-retraite (REER). C’est ce que révèle le Sondage 2020 de Fidelity sur la retraite.

Cette approche manque peut-être un peu de vision, mais on risque de s’en apercevoir seulement lorsque l’heure de la retraite aura sonné. Un nombre croissant de retraités découvrent que le CELI, bien que généralement sous-utilisé, est une composante essentielle d’un plan de retraite bien équilibré.

Le CELI peut être utile de bien des façons. Il sert le plus souvent à financer des objectifs à court terme, comme un projet de vacances ou l’achat d’une voiture neuve, et à constituer une mise de fonds pour l’achat d’une maison. C’est pourtant à long terme que l’on profite véritablement des avantages fiscaux du CELI.

Sachez que le CELI est loin d’être un compte de placements conventionnel; comme le REER, il donne accès à des types de placements rémunérateurs, comme les fonds communs de placement et les fonds négociés en bourse, les actions et les obligations.

 

Trouver l’équilibre entre le CELI et le REER

« La plupart des Canadiens ont des objectifs financiers tant à court terme qu’à long terme, si bien qu’il est souvent souhaitable de combiner le CELI et le REER pour planifier sa retraite, estime Michelle Munro, directrice principale, Recherche sur la retraite et la fiscalité à Fidelity Investments Canada. Toutefois, le bon dosage peut être difficile à trouver si l’on ne bénéficie pas des conseils adéquats, surtout quand on se projette si loin dans l’avenir. »

La grande majorité des gens n’ont pas suffisamment de fonds pour verser la cotisation maximale dans un REER tout en cotisant à un CELI. Ces deux comptes offrent chacun des avantages, selon votre taux d’imposition, le moment où vous cotisez et l’âge auquel vous prendrez votre retraite. Ils ont toutefois une chose en commun : plus tôt vous profitez de la puissance des intérêts composés, plus vos résultats à long terme seront élevés.

Que votre carrière en soit à ses débuts ou qu’elle soit un peu plus avancée, si vos revenus ont encore un potentiel de hausse, le CELI est généralement le meilleur choix. Le REER sera probablement plus avantageux plus tard, lorsque vos revenus seront au plus haut.

La grande différence entre le REER et le CELI est le moment auquel vous aurez à payer de l’impôt. Une bonne stratégie serait de cotiser à un REER si votre taux d’imposition marginal est plus élevé au moment de la cotisation, comparativement au taux d’imposition qui s’appliquera à vous durant la retraite. Vous profiterez ainsi de la déduction à un taux plus élevé aujourd’hui et vous appartiendrez à une tranche d’imposition plus basse une fois à la retraite, lorsque la somme retirée sera incluse dans vos revenus.

C’est une stratégie courante pour bien des Canadiens, parce que les retraités, aujourd’hui, s’acquittent généralement de leurs dépenses en gagnant moins que lorsqu’ils travaillaient.

Si vous ne pouvez pas profiter pleinement de cette déduction, un CELI est la meilleure stratégie. Vous ne savez pas comment votre situation fiscale évoluera? Sachez que vous pouvez transférer votre épargne CELI vers un REER en tout temps, sans répercussions fiscales.

 

Bâtir une épargne-retraite fiscalement avantageuse

À la différence du REER,  le CELI n’impose aucun âge limite pour le retrait des fonds. Dans le cas du REER, vous devrez convertir votre régime en fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) ou en rente à l’âge de 71 ans, puis faire des retraits chaque année.

L’avantage du CELI est que les retraits n’ont aucune incidence sur les prestations fondées sur le revenu, comme la Sécurité de la vieillesse (SV), qui peuvent faire l’objet d’une récupération si vous atteignez un certain seuil de revenus. Le CELI permet donc d’éviter l’équivalent d’un impôt supplémentaire de 15 %, appliqué au montant retiré.

D’autres prestations et crédit d’impôt fondés sur le revenu peuvent faire l’objet d’une récupération, en fonction de vos revenus de retraite. Par exemple, en épargnant davantage dans un CELI, vous pourriez devenir admissible au crédit en raison de l’âge, qui est fondé sur le revenu, non remboursable et accessible aux personnes d’au moins 65 ans dont le revenu est inférieur à un certain seuil.

Pour Michelle Munro, il est essentiel de planifier et de se doter d’une stratégie financière à long terme (et de la mettre par écrit) pour profiter pleinement des avantages du CELI. Elle estime qu’en apportant ne serait-ce que de petits changements aujourd’hui, vous pourriez être largement récompensé plus tard.

« Nous savons qu’une stratégie financière intégrée, élaborée avec l’aide de conseillers qualifiés, se traduit par de meilleures décisions et une plus grande sécurité financière. Le conseiller vous aide à répartir vos placements dans les différents comptes et à déterminer le meilleur moment pour le faire, et cela peut faire une énorme différence. »

 

Stratégies misant sur le CELI pour bonifier votre épargne-retraite

Pour donner un coup de pouce supplémentaire à votre épargne-retraite, vous pourriez accumuler les droits de cotisation REER afin de les utiliser plus tard et profiter du CELI dès maintenant. Si vos revenus venaient à augmenter, vous faisant passer à une tranche d’imposition supérieure, vous pourriez transférer des fonds du CELI vers votre REER, créant ainsi des droits de cotisation à un CELI. Cette stratégie peut convenir aux jeunes professionnels, qui ont tendance à voir leurs revenus augmenter fortement après quelques années de formation.

De même, si vous êtes fonctionnaire, vous bénéficiez d’une pension garantie et vos cotisations REER sont limitées, le CELI est donc une meilleure option pour l’épargne-retraite, puisque les droits de cotisation augmentent de 6 000 $ chaque année, quels que soient vos droits de cotisation inutilisés à un REER et votre niveau de revenu.

 

Adopter une vision à long terme

Bien des Canadiens sous-estiment le remarquable potentiel rémunérateur du CELI et l’utilisent principalement pour mettre des fonds de côté en vue d’une dépense à court terme. Pourtant, s’ils acceptent de se projeter plus loin dans l’avenir, ils verront facilement qu’un CELI peut être une solution d’épargne-retraite souple et fiscalement avantageuse. Nous vous encourageons à examiner votre stratégie financière globale et à déterminer de quelle façon le CELI peut vous être le plus utile.




Content is loading, please wait