Aller au contenu

Vous hésitez à prendre votre
retraite? Trois signes que vous êtes prêt

Source : La Presse Canadienne

De nombreuses personnes n’ont pas vraiment le choix du moment de leur retraite. La maladie, une perte d’emploi ou des responsabilités familiales les poussent à quitter le marché du travail, qu’elles soient prêtes ou non.

Mais certaines gens ont le problème contraire : ils ont le choix, mais ils ne peuvent pas se résoudre à arrêter de travailler.

Certains aiment ce qu’ils font et ne veulent jamais prendre leur retraite. Selon les planificateurs financiers, d’autres sont paralysés par la peur de l’inconnu. Ils peuvent s’inquiéter de vivre sans salaire, de dépenser l’argent qu’ils ont mis tant d’efforts à épargner ou de trouver comment structurer leurs journées en l’absence d’un emploi.

« Beaucoup de gens que je rencontre sont prêts financièrement avant d’être prêts émotionnellement », déclare Cathy Gearig, planificatrice financière agréée (ou CFP en anglais).

Si vous avez de la difficulté, voici trois signes qui montrent que vous êtes prêt à prendre votre retraite.

Vous avez affronté vos peurs

La retraite est souvent dépeinte comme des vacances sans fin et sans stress. En réalité, la retraite exige des « changements de paradigme » potentiellement stressants, c’est-à-dire des changements fondamentaux dans la façon d’approcher la vie, explique Barbara O’Neill, CFP, auteure de « Flipping a Switch: Your Guide To Happiness and Financial Security in Later Life. »

Par exemple, au lieu de percevoir un salaire, les retraités doivent en créer un à partir de leurs économies et d’autres ressources. Si quelque chose ne va pas – le chauffe-eau rend l’âme ou les placements affichent un mauvais rendement – les retraités ne peuvent pas simplement accumuler plus d’argent pour compenser le manque à gagner.

Ceux qui ont été des épargnants assidus sont souvent confrontés à l’idée de dépenser leur argent à la retraite.

« C’est très émotionnel pour les gens, affirme Janice Cackowsk, CFP. Ils sont tellement habitués à voir le solde de leur compte augmenter au fil des ans qu’ils ont beaucoup de mal à effectuer des retraits. »

Selon certains planificateurs financiers, d’autres craintes, comme la peur de devenir inutile ou simplement de s’ennuyer, peuvent inciter les gens à reporter leur retraite. Selon Mme Gearig, certains de ses clients qui ont eu de brillantes carrières, comme des propriétaires d’entreprise et des cadres supérieurs, ont donné la priorité au travail au point de ne pouvoir imaginer leur vie sans celui-ci.

« En vérité, la plus grande question que j’observe est : ‘‘Que vais-je faire de mon temps si je ne travaille pas?’’ », dit Mme Gearig.

Une fois que vous savez ce qui vous effraie au sujet de la retraite, vous pouvez commencer à aborder ces craintes, disent les planificateurs financiers.

Votre plan financier a été soumis à une simulation de crise

Obtenir l’avis d’un expert est toujours une bonne idée. Votre planificateur peut vous aider à maximiser vos prestations gouvernementales, à comprendre Medicare (aux États-Unis) et d’autres options d’assurance-maladie, à décider de la meilleure façon de percevoir une pension, à prévoir d’éventuels soins de longue durée et à déterminer un taux de retrait viable de votre épargne.

« Vous n’avez qu’une retraite. Il est primordial de bien faire les choses », dit Adam Wojtkowski, CFP.

À l’aide d’un logiciel de planification sophistiqué, le conseiller peut également soumettre votre plan à des simulations de crise pour voir comment il se comporterait en cas de baisse importante du marché, de poussée de l’inflation, d’augmentation des taux d’imposition ou de décès prématuré (vous ou votre conjoint(e)), explique Shelly-Ann Eweka, CFP.

Michelle Gessner, CFP de Houston, soumet le plan de ses clients à diverses combinaisons d’événements. Elle effectue ensuite un test de « dépense maximale » pour voir combien d’argent ils peuvent dépenser avant que le plan n’échoue et qu’ils soient à court d’argent.

« Je soumets ces plans à rude épreuve, puis les clients se disent : ‘‘Oh, ça fonctionne encore, dit Mme Gessner. Alors, si ça tient le coup, peut-être que je n’ai plus à avoir peur.’’ »

Vous voyez où vous allez, pas seulement d’où vous venez

De nombreux retraités ont du mal, du moins au début, à trouver un but et une structure pour leurs journées. Établir un plan quant à la façon de passer votre temps peut vous aider, explique Ian Weinberg, CFP, de Woodbury (New York).

Votre plan peut comprendre une liste d’endroits à visiter et d’expériences à vivre. Vous pouvez également créer un graphique circulaire ou un horaire pour visualiser comment vous allez répartir votre temps entre diverses activités : loisirs, bénévolat, conditionnement physique, temps en famille, voyages, et ainsi de suite.

La retraite peut aussi donner lieu à une solitude inattendue, surtout si vous êtes célibataire ou si votre partenaire travaille encore. Si vos principales interactions sociales étaient avec vos collègues de travail, vous devrez peut-être vous trouver de nouveaux amis, suggère Patti B. Black, CFP. Elle recommande de se tourner vers des groupes de bénévoles et des clubs, ou encore de s’inscrire à des cours.

Vous aurez peut-être besoin d’un peu de temps pour vous préparer mentalement et émotionnellement à la retraite. Mais ne laissez pas la préparation se poursuivre indéfiniment, car l’avenir n’est jamais garanti, souligne Mme Gearig.

« Vous n’avez qu’à vous lancer et à profiter du moment », suggère enfin Mme Gearig.

 

Cet article provient de La Presse Canadienne et a été autorisé légalement sous licence par le réseau d’éditeurs Industry Dive. Veuillez adresser toutes les questions sur les licences à legal@industrydive.com.




Content is loading, please wait