Aller au contenu

Comment (et pourquoi) vivre avec un seul revenu dans un ménage comptant deux revenus

Rédigé par : Erica Lamberg

Source : Real Simple

Des experts financiers expliquent pourquoi vous devriez envisager de vivre avec un seul revenu et comment y parvenir sans que cela ressemble à une punition.

Si vous avez épuisé votre fonds d’urgence, puisé dans votre épargne-retraite ou dû vous endetter davantage en raison d’une perte de revenu, le moment est peut-être venu d’essayer une nouvelle stratégie pour reconstituer votre patrimoine afin d’assurer votre sécurité financière.

Si votre ménage compte deux revenus, envisagez d’en mettre un de côté pour accroître votre épargne, rembourser vos cartes de crédit à intérêt élevé ou reconstituer votre fonds d’urgence. Nous avons demandé à des experts financiers pourquoi vous devriez envisager de vivre avec un seul revenu et comment y parvenir sans que cela ressemble à une punition.

Comprenez les avantages.

En vivant en dessous de ses moyens, on peut en tirer des avantages considérables. « Vivre avec un seul revenu dans un ménage comptant deux revenus vous donne une grande souplesse dans votre vie de tous les jours », explique Andrea Woroch, spécialiste de la gestion de budget adapté au style de vie. « Vous aurez plus d’argent pour épargner, rembourser vos dettes et atteindre d’autres objectifs importants que vous vous êtes fixés pour vous et votre famille. Au bout du compte, cela vous donne plus d’options qui peuvent vous procurer la tranquillité d’esprit. »

Selon elle, lorsque vous vivez avec un seul des deux revenus, vous avez plus d’occasions d’investir et de faire fructifier votre patrimoine ou même de démarrer votre propre entreprise ou de prendre une retraite anticipée. « En raison de budgets restreints, les gens sont souvent contraints de conserver un emploi qu’ils n’aiment pas parce qu’ils ne peuvent se permettre de perdre leur revenu ou les avantages sociaux qui y sont associés, comme l’assurance maladie », ajoute Mme Woroch.

Commencez lentement.

Comme pour l’abandon d’une mauvaise habitude, une approche radicale est rarement efficace. Allez-y lentement et mettez un plan en place.

« Pour commencer à vous sevrer du deuxième salaire, faites le point sur vos dépenses », affirme Snigdha Kumar, experte en finances personnelles. Mme Kumar recommande de classer vos obligations financières mensuelles par catégorie pour vous aider à établir vos priorités en matière de dépenses. « Déterminez quelles sont les dépenses essentielles, laissez tomber certaines de celles qui ne le sont pas et envisagez de payer les dépenses essentielles avec le salaire plus élevé », conseille-t-elle.

Par exemple, si vous gagnez 50 000 $ et que votre conjoint gagne 35 000 $, vous pourriez utiliser le salaire plus élevé (50 000 $) pour payer vos frais de subsistance et l’autre pour épargner en vue de la retraite, de l’établissement d’un fonds d’urgence ou d’une mise de fonds pour l’achat d’une maison, comme le suggère Mme Kumar.

« De nombreuses familles à deux revenus assument leurs dépenses avec l’argent que les deux conjoints gagnent. Il n’y a rien de mal à cette approche, mais, si les couples veulent prendre leurs finances en main et acquérir une certaine forme d’indépendance financière, ils doivent s’assurer de couvrir leurs frais de subsistance de base avec un seul salaire », ajoute-t-elle.

Abordez le changement avec enthousiasme.

Même si vous vous serrez la ceinture et que vous réduisez les extras comme les repas au restaurant, la livraison de repas à domicile ou les services d’abonnement par paiement automatique, le résultat final vous sera favorable. Une fois que vous vous êtes engagé à mettre de côté un des revenus, dites-vous que les sacrifices servent à atteindre vos objectifs financiers à long terme plutôt que de renoncer à contrecœur aux commodités et au luxe à court terme.

« En procédant ainsi, vous bénéficiez de la souplesse nécessaire pour épargner l’autre salaire, l’investir et le faire fructifier en un gros pécule de retraite », affirme Mme Kumar. Un autre avantage de vivre un peu plus modestement est que vous pouvez utiliser l’épargne comme récompense. « Vous pouvez même épargner pour des vacances ou pour la voiture que vous convoitiez », poursuit Mme Kumar.

De plus, pour assurer la stabilité et la résilience de la famille, il est sage de vivre avec un seul salaire même lorsqu’on a accès à deux, selon Mme Kumar, surtout en cette période d’incertitude liée à la pandémie. « En vivant en dessous de vos moyens avec un seul salaire pour assumer vos dépenses mensuelles, vous vous protégez contre tout choc imprévu », affirme-t-elle. Par exemple, si vous dépendez des deux revenus pour subvenir aux besoins de votre ménage et que l’un d’entre vous perd soudainement son emploi ou devient incapable de travailler en raison de problèmes de santé, vous serez dans une meilleure situation en raison de votre approche à revenu unique.

Mettez le plan en œuvre.

La transition vers un ménage à revenu unique vous donne une stratégie d’épargne pour planifier l’avenir, mais la mise en œuvre de votre plan nécessite un certain engagement. Voici un plan d’action pour commencer.

Définissez votre « pourquoi ».

Lauren Bringle, conseillère financière agréée, vous invite à réfléchir à ces questions lorsque vous amorcez la transition vers un revenu unique. Pourquoi voulez-vous vivre avec un seul salaire? Quel est votre objectif? Qu’est-ce que vous cherchez à réaliser en vivant avec un seul revenu? « Vous voulez peut-être prendre une retraite anticipée pour voyager, payer les études de vos enfants afin qu’ils n’aient pas à s’endetter, acheter la maison de vos rêves plus tôt, ou autre chose, dit-elle. Trouvez une raison qui vous aidera à rester motivé et concentré lorsque vous serez tenté de vous éloigner de votre objectif. »

Dressez une liste de toutes les dépenses que vous faites.

Mme Bringle suggère de dresser la liste de vos dépenses : factures, assurances, transport, nourriture, abonnements, repas au restaurant, voyages, argent pour des loisirs et tout le reste. Il peut aussi être utile de consulter vos relevés bancaires et de carte de crédit des 30 derniers jours, mais n’oubliez pas de tenir compte des dépenses qui ne se présentent qu’une fois par année ou moins souvent qu’une fois par mois, conseille-t-elle.

« Une fois que vous avez une idée claire de tout ce à quoi vous consacrez votre argent, il peut être plus facile de déterminer où vous voulez et devez réduire vos dépenses », affirme Mme Bringle.

Commencez les compressions.

Pensez à ce que vous pouvez facilement réduire – et réduisez ces dépenses de façon rigoureuse, comme le conseille Mme Bringle. Ensuite, déterminez ce que vous êtes prêt à réduire légèrement.

« Par exemple, en examinant la liste de vos dépenses, vous serez peut-être surpris de constater combien d’argent vous dépensez pour des abonnements que vous n’utilisez jamais », explique Mme Bringle. Ensuite, choisissez des catégories où vous pouvez dépenser, mais moins. « Vous pourriez peut-être remplacer deux repas au restaurant par des repas préparés à la maison chaque semaine, si vous mangez au restaurant plusieurs fois par semaine, explique Mme Bringle. L’équilibre qui vous convient varie selon vos loisirs, vos besoins et vos objectifs. »

Désignez une catégorie « intouchable » pour chaque salarié.

Par « intouchable », Mme Bringle entend la catégorie dans laquelle vous ne voulez pas réduire vos dépenses (ou réduire au-delà d’un certain point) parce que c’est quelque chose que vous aimez vraiment et qui vous apporte de la joie.

« Et il en va de même pour votre conjoint, souligne-t-elle. Si votre budget est trop restrictif, vous risquez d’abandonner très rapidement, comme dans le cas d’un régime-choc. »

Établissez plutôt un budget qui conviendra à chacun de vous à long terme. Selon Mme Bringle, si par un exemple vous adorez faire du yoga et que vous allez souvent au studio, l’abonnement mensuel à un studio de yoga est « intouchable » lorsqu’il s’agit de trouver des endroits où couper dans le budget.

 

Cet article a été rédigé par Erica Lamberg de Real Simple et sa publication a été autorisée légalement par le biais du Content Marketplace d’Industry Dive. Pour toute question sur les droits de reproduction, veuillez écrire à legal@industrydive.com.




Content is loading, please wait