Aller au contenu

Une semaine à Toronto, au Canada, avec un salaire de 38 300 $

Source : Refinery29

Bienvenue à Money Diaries, où nous abordons le tabou omniprésent de l’argent. Nous demandons à de vraies personnes comment elles dépensent leur argent durement gagné au cours d’une période de sept jours — et nous suivons chaque dollar jusqu’au moindre centime.

Aujourd’hui : une coordonnatrice des finances et des collectes de fonds gagnant 38 300 $ par année consacre une partie de sa paie à l’achat d’une lampe Akari.

Note de la rédaction : Toutes les devises ont été converties du dollar canadien au dollar américain.

Emploi : Coordonnatrice des finances et des collectes de fonds
Secteur : Soins de santé
Âge : 25 ans
Endroit : Toronto, Canada
Salaire : 38 300 $
Valeur nette : 31 316 $ (J’ai 3 916 $ dans un fonds d’urgence et un CELI de 27 400 $ auquel je cotise chaque mois.)
Endettement : 0 $ (Mes grands-parents ont généreusement payé mes études. Je n’ai pas de prêt automobile, de solde de carte de crédit ou de prêt hypothécaire.)
Montant du chèque de paie (2 fois par mois) : 1 253 $
Pronom : Elle
Dépenses mensuelles
Loyer :
704 $ (Il s’agit de ma contribution pour le loyer du studio que j’occupe avec mon petit ami, T. Il paie un peu plus de loyer et couvre nos frais de services publics.)
Téléphone : 43 $
Internet : T. paie.
Assurance maladie et vision : Mon employeur s’en occupe.
Spotify et Netflix : 0 $ (Je suis toujours sur le plan familial. Je paie nos abonnements aux journaux et magazines en échange.)
New York Times, Toronto Star, Patreon et Jacobin : 35,25 $
CELI : 297,65 $
Retraite : 203,66 $ (Mon employeur verse une cotisation de contrepartie de 1,26 $ pour chaque dollar que j’ai investi.)
Épargne pour les voyages : 313 $

Dépenses annuelles
Il vous faut un logiciel de gestion du budget :
94 $ (Cela peut sembler cher, mais je dépenserais beaucoup plus d’argent sans un tel logiciel.)

Vous attendiez-vous à faire des études supérieures? Avez-vous fait des études supérieures? Si oui, comment les avez-vous payées?
Oui, on s’attendait à ce que je fasse des études de premier cycle et des études supérieures. Mes deux parents ont une maîtrise et croient que les diplômes sont nécessaires pour se démarquer dans le monde d’aujourd’hui. À l’époque où l’enseignement supérieur est arrivé, j’étais probablement assez indépendante pour repousser les choses si je le voulais vraiment, mais j’adorais l’université et j’étais enthousiaste à l’idée d’étudier davantage. Je savais que mes études étaient déjà financées par des bourses d’études et l’argent que mes grands-parents avaient mis de côté pour moi dès ma naissance.

En grandissant, quel genre de conversations avez-vous eues au sujet de l’argent? Vos parents vous ont-ils renseigné sur les finances?
Mes parents n’ont jamais parlé d’argent quand j’étais jeune. Ils ont tous deux grandi dans des conditions plutôt difficiles. Maintenant qu’ils gagnent bien leur vie, ils ont une nouvelle attitude à l’égard de l’argent. Ils vivent selon leurs moyens et achètent tous les jouets qu’ils ne pouvaient pas s’offrir lorsqu’ils étaient enfants. (Si vous regardiez le relevé de carte de crédit de mon père, on pourrait vous pardonner de penser qu’un gamin de 13 ans l’a volé.) Pour eux, le luxe d’avoir de l’argent réside en partie dans le fait qu’ils n’ont pas à s’inquiéter de leur situation financière. Bien que je le comprenne parfaitement, cela signifie que j’ai pris de mauvaises habitudes dont j’ai dû me défaire lorsque je suis devenue financièrement indépendante.

Quel était votre premier emploi et pourquoi l’avez-vous obtenu?
Mon premier emploi officiel était à The Gap lorsque j’avais 15 ans. Je m’en suis servi pour avoir de l’argent de poche. Je l’ai probablement dépensé sur de la pizza et des produits contre l’acné.

Avez-vous eu des soucis d’argent en grandissant?
Rarement. Mes parents n’ont jamais laissé entendre qu’il y avait quelque chose à craindre.

Vous souciez-vous de l’argent maintenant?
Oui! Je gagne bien ma vie pour un travail à but non lucratif, mais la ville est si chère. Je suis reconnaissante de pouvoir payer toutes mes factures et d’avoir un peu plus d’argent à mettre de côté pour l’avenir, mais à mesure que je vieillis, j’ai l’impression de prendre du retard sur mes pairs qui ont assez d’argent pour s’offrir des choses comme un condo et un mariage!

À quel âge êtes-vous devenu financièrement autonome et disposez-vous d’un filet de sécurité financière?
Je suis devenue financièrement indépendante à 22 ans. Si jamais je me retrouvais dans une situation difficile, je pourrais toujours demander l’aide de mes parents. J’essaie de créer un monde où je n’aurai jamais à demander, mais il est agréable de savoir que je pourrais toujours emprunter de l’argent ou déménager au besoin.

Recevez-vous ou avez-vous déjà reçu des revenus passifs ou en héritage? Si oui, veuillez préciser.
Mes grands-parents ont généreusement mis de l’argent de côté pour mes études avant de mourir. Cela a couvert mes études de premier cycle et la partie de mes études supérieures qui n’était pas couverte par des bourses d’études. Il s’agit de la seule somme d’argent passive que j’ai reçue à ce jour. Toutefois, si aucun changement radical ne survient, je peux m’attendre à hériter du tiers du patrimoine de mes parents. Je le partagerais avec mes deux frères. Je me sens très privilégiée d’être dans cette situation et je crois que cela me permet de me soucier moins de l’argent que bon nombre de mes pairs.

Jour no 1

7 h — Comme la plupart des matins, je commets mon pire péché contre l’environnement : je prends une douche de 20 minutes pour reprendre mes esprits. Me sentant un peu plus éveillée, je me sèche les cheveux, je m’habille et j’applique mes différents produits de soins de la peau. J’avale également deux bols de Cheerios multigrains et un café instantané. À mon avis, ces deux options de déjeuners sont sous-évaluées sur le plan criminel.

8 h 30 — Même si je me lève tôt, je suis toujours en retard. Je prends le métro plutôt que de me rendre au travail à pied. Contrairement à bon nombre de mes amis en ville, je vais au bureau. J’ai eu un emploi du temps hybride pour toute la période de la pandémie parce que je travaille dans le domaine des soins de santé. Je travaille pour une organisation à but non lucratif qui milite en faveur de la justice en matière de santé, notamment en gérant notre propre clinique pour ceux qui n’ont pas accès à la médecine par les canaux traditionnels. 2,48 $

12 h 30 – Le dîner est constitué des restes de la veille. Je mange aussi quelques morceaux de chocolat à l’orange.

16 h 45 — Je quitte le travail avec seulement quelques minutes de retard aujourd’hui. Je suis accro au travail, alors c’est une petite victoire. En rentrant chez moi, je m’arrête au marché des fruits pour faire l’épicerie. J’achète des citrons verts, des tomates, de l’ail et de la coriandre pour les huevos rancheros que je prévois de faire pour le souper. Je fais aussi des provisions pour la sauce soja et le thé de riz brun grillé parce que nous en manquons. 18,63 $

18 h — Je soupe tôt aujourd’hui, car j’ai prévu d’aller boire un verre avec quelques amis plus tard dans la soirée. Je fais le pico de gallo et le guac pendant que T. prépare les haricots et les tortillas. Je suis devenue une assez bonne cuisinière ces deux dernières années. J’aime beaucoup ça, mais je le ferais même si je n’aimais pas ça; je ne peux pas me permettre de manger au restaurant aussi souvent que mes amis ou T., qui ont choisi des emplois plus payants. C’est une bénédiction que ma nourriture soit aussi bonne maintenant, car cela signifie que je peux inciter mes amis à dépenser moins au restaurant. T. préfère souvent ma cuisine aux plats à emporter, et mes amis se feront un plaisir de venir si j’offre de préparer leurs plats préférés. Je suis une personne très sociable, donc je ne dirais jamais non à une activité, même si je n’en ai pas les moyens. Tout le monde y trouve donc son compte. J’ai l’occasion de voir mes amis, de cuisiner pour les gens que j’aime et de ne pas me préoccuper de partager le coût des entrées.

20 h – J’arrive au bar. Les restaurants intérieurs sont de nouveau fermés à Toronto. Mes amis et moi allons donc braver une terrasse chauffée, même s’il fait trois degrés Fahrenheit. Le bar est à 30 minutes à pied ou à 22 minutes en streetcar. Je choisis donc d’économiser 3,20 $ sur le transport en commun. Une fois sur place, je commande des bières plutôt que du vin pour économiser quelques dollars. J’en bois deux au cours de la soirée, qui se termine tard, car nous nous amusons tous, malgré le froid. Avec les taxes et le pourboire, les boissons reviennent à 19,66 $. Un de mes amis me ramène chez moi. 19,66 $

Total des dépenses de la journée : 40,77 $

Jour no 2

8 h — Je me lève un peu plus tard aujourd’hui parce que je travaille de la maison. Je décide de ne pas me préparer parce que j’ai l’intention d’aller faire du jogging pendant le dîner. Je passe plutôt les premières minutes de ma journée à lire. Je lis une histoire sur les tueries massives en Indonésie, soutenues par les États-Unis, pendant la guerre froide. Il s’agit d’un réveil difficile, mais c’est un bon livre. Lorsque mon petit ami T. se réveille, je nous prépare deux smoothies beurre de cacahuète-banane pour le petit-déjeuner avant de commencer ma journée de travail.

10 h 30 — Mon père m’appelle et me demande si je peux trouver des écouteurs à fil Apple dans la pharmacie près de chez moi. Apparemment, il n’arrive pas à les trouver dans les magasins où il habite en raison de problèmes d’approvisionnement. Je vais à la pharmacie et je n’ai pas de chance non plus. Mais je rentre à la maison avec des chocolats Ferrero Rocher pour T. 4,65 $

14 h — J’ai énormément de boulot, alors je n’ai pas l’occasion de courir pendant le dîner. Lorsque j’ai enfin le temps de faire une pause pour manger, je mets du riz dans le cuiseur à riz et je prends une douche rapide en attendant. Une fois douchée, je prépare le repas parfait, selon moi – gyeran bap. J’ai toujours les ingrédients à portée de main, et c’est aussi facile que de faire un sandwich, mais on se sent comme une cuisinière professionnelle à la fin. Je prends le mien avec du kimchi et un avocat.

18 h 30 — Après une journée chaotique, j’abandonne mon ordinateur portable et je fais la course pour rencontrer une amie pour un café. C’est une marche de 30 minutes, mais T. m’accompagne une partie du chemin pour prendre de l’air. J’y arrive et je commande un moka. Je ressens un pincement d’irritation lorsque mon amie dit à la serveuse que nous payons séparément, car c’est elle qui avait insisté pour que nous nous rencontrions afin de se faire pardonner de s’être désistée de ma fête d’anniversaire il y a quelques semaines. Je sais que je ne devrais pas être contrariée parce que cela n’a pas d’importance et qu’il ne s’agit littéralement que de 4,06 $ avec pourboire. Nous marchons sur le bord de l’eau avec nos cafés. Ensuite, nous nous disons au revoir et je prends la direction de chez moi. Sur ma route, j’arrête à l’épicerie pour acheter des tranches de dinde, des pommes, des fraises et des bâtonnets de carotte, entre autres (14,47 $). 18,53 $

20 h — À mon retour, T. m’attend avec des sushis. Il m’a commandé un rouleau de saumon et d’avocat, et un rouleau d’igname tempura ainsi qu’une soupe miso. Il a payé avec un bon d’échange offert par le travail pour compenser l’absence de célébrations de fin d’année au bureau. Je suis reconnaissante de pouvoir profiter de son cadeau. Nous regardons la télévision pendant que nous mangeons.

22 h — J’appelle mon frère cadet, qui vit à Vancouver, pendant ma routine de soins de la peau. Nous parlons d’idées de cadeaux d’anniversaire pour notre frère aîné. Après avoir raccroché, mon plan de me coucher tôt tombe à l’eau tandis que je navigue le Web couchée dans mon lit à la recherche d'idées. Ce n’est pas en vain, car je décide de lui offrir une lampe Akari. Il vient d’acheter un condo, alors je me permets cette extravagance. Il y a fort à parier que mon jeune frère aimera mon idée et m’offrira d’en payer la moitié. 341,48 $

Total des dépenses de la journée : 364,66 $

Jour no 3

7 h 50 — Panique! Mon alarme n’a pas sonné. Je me prépare le plus rapidement possible, ce qui signifie que je saute ma douche habituelle. Je prépare un sandwich pour le dîner, je fais bouillir de l’eau pour un café instantané et je prépare un smoothie rapide à emporter avec moi dans le métro. Par miracle, je suis prête et je sors en 40 minutes. Je prends le métro parce que je suis en retard (2,48 $). À mon grand soulagement, je ne renverse rien sur personne, en jonglant avec tous ces différents gobelets à emporter. 2,48 $

11 h — Mon patron a commandé des beignets pour le bureau de cette incroyable boulangerie végétalienne. Je prends un beignet saupoudré.

12 h — Même si je n’ai pas encore faim, je mange parce que je m’ennuie. Sans surprise, mon sandwich à la dinde est décevant. Je suppose que c’est ce qu’on obtient lorsqu’on fait quelque chose en 45 secondes.

18 h 30 — Je quitte le travail en ayant fait moins que ce que j’espérais, mais je suis vidée. J’achète un café chez Starbucks en rentrant chez moi. Je croise T. pendant ma promenade, et nous faisons un saut à l’épicerie pour acheter les ingrédients pour le souper. Je choisis ce qu’il nous faut pour des macaronis au fromage ainsi qu’une salade de fraises et de roquette. Il paie. Les macaronis au fromage sont généralement mon talon d’Achille en tant que cuisinière à domicile. Mais je continue d’essayer! Mon roux reste grumeleux, mais cette fois-ci, cela ne semble pas avoir d’importance! Le résultat est excellent, et j’en ressens une satisfaction embarrassante. Je suis très fière! On le mange avec la salade que T. a faite. 1,83 $

21 h — Le reste de la soirée est plutôt calme. Je prends un bain et je lis mon livre en écoutant le nouvel album de Porches pour la centième fois. Je me couche tôt.

Total des dépenses de la journée : 4,31 $

Jour no 4

8 h — Je me lève, je me fais un café et je lis mon livre sur le canapé. Je suis si près de le terminer que c’est ce que je fais, alors je prends du retard sur ma douche rotinière avant le travail. Lorsque je me connecte finalement avec 20 minutes de retard, personne ne m’a envoyé de message, donc tout va bien. Je n’aurai qu’à travailler 20 minutes de plus à la fin de la journée. Mon petit ami me prépare un café instantané et un smoothie.

12 h — Je fais cuire les restes de macaroni au fromage et je les mange à mon bureau en travaillant. Je grignote aussi des chocolats Hershey’s. Je me sens un peu dégoûtée par tous ces aliments riches, mais je n’ai pas le temps de m’étendre pour m’en remettre; je dois rendre service à ma mère pendant le dîner. Elle avait rendez-vous pour l’entretien de sa voiture, mais on l’a appelé pour une urgence au travail. Son bureau est à 10 minutes de marche de chez moi. Je m’y rends, prends place dans sa voiture et la conduis au garage. Pendant que j’attends, je trouve un café à proximité et je commande un latte au thé matcha (4,62 $). Je le ramène au garage et je travaille sur place jusqu’à 14 h 45 lorsque la voiture est prête. En rentrant chez moi, je m’arrête pour acheter un citron, du gingembre, du yogourt et des cuisses de poulet pour le poulet au beurre de ce soir. 22,20 $. 26,82 $

15 h — Depuis le confort de mon canapé, je reprends le travail.

16 h 30 — Je prends une pause du travail pour préparer le souper afin que le plat puisse mariner pendant quelques heures. Pendant que je prépare la marinade au yogourt, je demande à T. de couper les cuisses de poulet. M’occuper de la viande est ce que j’aime le moins lorsque je cuisine. J’en mange, mais je suis passée maître dans l’art malsain de la dissonance cognitive. Je mets tout dans le réfrigérateur et je retourne travailler.

19 h — Après quelques heures de travail, je me déconnecte. Techniquement, je finis à 16 h 30, ce qui me semble inconfortablement tôt pour moi car j’ai grandi dans une famille de bourreaux de travail. Pour être honnête, en comparaison de mes parents qui travaillent tant, terminer à 19 h me donne l’impression d’être une fainéante. Je sais que je ne devrais pas me sentir comme ça, mais c’est si facile de justifier le fait de travailler fort quand c’est pour une bonne cause. Je décide que ça va pour aujourd’hui parce que j’ai commencé un peu tard et que j’ai pris quelques minutes supplémentaires pour m’occuper de la voiture pendant le dîner.

19 h 20 — Il neige, un temps parfait pour courir, je trouve. C’est si beau et on reste au frais. Je cours jusqu’au lac et je regarde les flocons s’y dissoudre.

20 h — Je prends une douche, puis je sors ma cocotte pour la cuisson du poulet au beurre. T. prépare du riz et une salade de concombres. Ma mère a enfin fini de gérer les urgences au travail. Elle se joint à nous pour le souper avant de rentrer à la maison.

23 h — Après avoir rangé et pris soin de ma peau, je me mets au lit avec l’intention de commencer mon nouveau livre. Je m’endors plutôt immédiatement.

Total des dépenses de la journée : 26,82 $

Jour no 5

7 h 30 — Le bouton de rappel de sonnerie de mon réveil m’est inutile ce matin, et même si je me lève tard, je me douche quand même. Je me prépare lentement  avec un café instantané à la main. J’engloutis aussi un smoothie avant de partir. Un choix très prévisible de ma part. Je marche lentement, donc c’est encore une matinée de métro (2,48 $). En fait, j’en suis à trois sur trois cette semaine; je n’ai pas marché une seule fois pour aller travailler. C’est dommage, mon itinéraire habituel est vraiment paisible. La marche me semble encore plus attrayante ce matin, lorsque le type qui se trouve à côté de moi sur le quai se soulage dans les voies. 2,48 $

12 h — Ce n’est que lorsque mon estomac commence à gargouiller que je réalise que j’ai oublié mon dîner dans le réfrigérateur de la maison. Je n’aime pas m'acheter à dîner, alors j’essaie d’assouvir ma faim avec un café au lait Starbucks. Je passe ma commande sur l’application et je vais la chercher. Cependant, la récupérer s’avère plus difficile que prévu; il y a une manifestation anti-masque à l’extérieur, car le Starbucks est situé dans l’immeuble où habite le maire. Néanmoins, se faire traiter de « mouton » parce qu’on porte un masque vaut le coup, car mon latte est délicieux. 3,73 $

18 h — Je me rends directement à la galerie d’art après le travail. T. et moi allons à l’exposition sur la période bleue de Picasso. Nous avons tous les deux un abonnement annuel, donc les billets sont gratuits. Nous payons juste 3,10 $ pour le vestiaire. L’exposition me semble acceptable. Les pièces sont impressionnantes, mais je repars en sachant à peine plus de choses sur la période bleue qu’en y entrant. Je me fais une note mentale d’en lire plus sur le sujet. Les représentations subversives de la pauvreté et des femmes institutionnalisées semblent mériter un examen plus approfondi. 3,10 $

19 h 30 — T. et moi allons souper pour parler de l’exposition. Nous trouvons une table au nouveau restaurant vietnamien de Matty Matheson. Quelle chance! Je commande une soupe tonkinoise et de la bavette de boeuf. T. commande un sandwich vietnamien et nous partageons une théière de thé au jasmin. Le repas est excellent et l’endroit est chaleureux en cette soirée froide. Tout le monde est de bonne humeur. Je suis envahie par un sentiment de ravissement d'avoir la chance de vivre dans une ville aussi magnifique. T. paie.

22 h — Une fois à la maison, je me change et je me rends à la fête d’anniversaire d’une amie. Elle a loué un Airbnb à quelques minutes de chez moi pour la fête, ce qui est super pratique. T. ne connaît pas beaucoup cette amie, alors il ne se joint pas à nous. J’apporte une belle bouteille de vin rouge que je garde à portée de main pour les cadeaux de dernière minute. Je prends quelques bières et discute avec des amis de l’université. C’est un moment merveilleux! Vers 1 h du matin, je sens la fatigue me gagner. Je rentre chez moi et après une routine de soins de la peau écourtée je me couche.

Total des dépenses de la journée : 9,31 $

Jour no 6

10 h — Je me réveille en pleine forme. Mon plan de la journée commence à 13 h, alors je saute le déjeuner pour avoir le temps d’aller courir. Je cours mes 5 km habituels, dans une température parfaite pour la course à pied, selon moi : il fait frais, mais le ciel est bleu! Une fois à la maison, je me douche et je me pomponne. Je n’ai plus de crème coiffante, alors j’achète la crème coiffante Tracee Ellis Ross sur le site de Sephora. Elle coûte 10,52 $ avec la taxe et la livraison gratuite. J’espère que le produit est toujours aussi bon malgré son faible coût. T. m’apporte un café pendant que je me prépare. 10,52 $

12 h 30 — Je marche 30 minutes pour rejoindre un ami pour le dîner. Je regrette de ne pas m’être plus emmitouflée; il fait plus froid que ce que l’on pourrait penser. Nous nous promenons en discutant avant de finir dans un café doté d’une terrasse chauffée. Je commande une sandwich au porc pané avec des frites gaufrées. 9,90 $

16 h 30 — Sur le chemin du retour, j’envoie un texto à T. pour qu’il me rejoigne à l’épicerie. Nous prenons les ingrédients pour les spaghettis carbonara, sauf la pancetta, car nous en avons dans le frigo. Je prends aussi quelques ingrédients pour un gâteau. Je paie. 25,22 $

17 h — Bien que j’adore cuisiner, je n’ai jamais été bonne pâtissière. Le gâteau d’anniversaire de mon frère nécessite donc une répétition générale. Je fais un gâteau au chocolat et à la Guinness. (La recette ne requiert pas moins d’une tasse de bière!) Mon frère a craqué pour ce gâteau particulier une fois qu’il est venu me rendre visite lorsque je vivais encore en Angleterre. Pour le surprendre, sa petite amie et moi avons appelé la boulangerie où nous avions mangé ce gâteau et lui avons demandé la recette. L’exercice se déroule bien! J’espère que l’utilisation du mélangeur de ma mère rendra les choses encore meilleures.

18 h 30 – Oups! Il s’avère que la pancetta qui est dans le réfrigérateur a mal tourné. Au lieu d’aller en chercher d’autre, T. et moi nous servons de cette excuse pour commander des sushis à nouveau. T. va chercher notre commande, mais c’est à mon tour de payer, donc je l’envoie avec ma carte. Je prends un rouleau d’igname et un autre de saumon et d’avocat. Il prend une barquette et me laisse prendre sa soupe miso. 19,40 $

Total des dépenses de la journée : 65,04 $

Jour no 7

9 h — Je me réveille et je vois la neige qui tombe devant notre fenêtre. C’est tellement agréable de s’asseoir et de la regarder tomber pendant que je prends mon café du matin. Cependant, la paix est de courte durée. Bien vite, je rage pour l’une de mes amies. Elle m’appelle en larmes ; son petit ami, issu d’une relation à distance, a rompu avec elle deux semaines après qu’elle a réservé des billets pour s’envoler en Argentine pour le voir! Elle n’est pas certaine que les billets soient remboursables. Nous parlons pendant environ une heure jusqu’à ce qu’elle trouve l’énergie d’appeler les différentes compagnies aériennes.

11 h — Je fais pocher des œufs et chauffer des pommes de terre rissolées congelées pour inciter T. à sortir du lit.

13 h 30 — T. et moi prenons le transport en commun jusqu’à notre IKEA local (2,48 $). Nous n’avons besoin de rien. Nous déménageons dans quelques mois, donc techniquement, nous sommes à la recherche de nouvelles idées, mais pour dire vrai, nous cherchons plutôt quelque chose à faire. C’est assez amusant de flâner dans le magasin un dimanche. En fin de compte, nous n’achetons qu’une thibaude antidérapante pour maintenir notre tapis en place et le thé rooibos IKEA, que T. aime étrangement. Je paie (9,31 $). 11,79 $

14 h 30 – Dîner IKEA. Je prends leurs macaronis au fromage. T. paie mon dîner. C’est loin d’être aussi bon que la nostalgie me l’avait fait croire.

16 h 30 — Une fois de retour dans notre quartier, nous prenons de la pancetta dans notre épicerie locale. T. paie.

18 h — Je fais un saut à notre salle de gym et je pédale pendant 40 minutes. Le gym est assez petit, donc notre conseil de copropriété a voté pour le garder ouvert. Les habitants d’un seul logement peuvent y aller à la fois, et j’ai obtenu une place à 18 h un dimanche. Quelle chance! Par la suite, je vais prendre un bain et me prélasser en lisant mon livre.

19 h 30 — En mode dimanche relax, je fais un spaghetti carbonara réconfortant. Je prépare aussi une salade de roquette avec des ingrédients achetés plus tôt dans la semaine. J’écoute des disques de The National pendant que je cuisine. Sans doute ne faisons-nous pas honneur à notre repas, car T. et moi le mangeons en regardant une émission télévisée stupide.

21 h 30 — Je me prépare à me coucher tôt et je lis mon livre au lit. L’idée de travailler demain ne m’enchante pas, alors j’essaie de profiter de ce moment à ne rien faire au lit aussi longtemps que possible.

Total des dépenses de la journée : 11,79 $  

Cet article provient de Refinery29 et sa publication a été autorisée légalement par le biais de Content Marketplace d’Industry Dive. Pour toute question sur les droits de reproduction, écrivez à legal@industrydive.com.




Content is loading, please wait