Les sept erreurs financières les plus graves de ma vingtaine

Comme à peu près tout le monde, dans ma vingtaine, je n’ai pas échappé aux erreurs financières. Bien sûr, la plupart me semblent aujourd’hui si flagrantes que je me demande à quoi je pensais à l’époque.

Je parle ici d’erreurs que beaucoup de gens commettent. Heureusement, j’ai réussi à les réparer et à améliorer mes finances de façon spectaculaire. Si vous rencontrez des problèmes semblables, laissez-moi vous expliquer mes plus grandes erreurs financières… et les solutions que j’ai trouvées.

1. Ne pas épargner une partie de chaque paie

Mon erreur la plus coûteuse a été de ne pas prendre l’habitude d’épargner. Je voulais mettre de l’argent de côté, sans toutefois en faire une priorité. Je me disais que j’épargnerais tous mes surplus de fin de mois. Comme le savent tous ceux qui l’ont essayée, cette méthode fonctionne rarement.

Quand j’ai commencé à aborder mes finances avec plus de sérieux, j’ai adopté l’une des habitudes financières les plus recommandées : j’ai commencé à me payer en premier, c’est-à-dire à transférer des fonds dans mon compte d’épargne dès que je recevais ma paie.

Pour ce faire, il n’est pas nécessaire d’avoir un revenu disponible si important. Même si vous économisez 20 $ par mois, votre épargne s’accumule quand même. Plus important encore, en procédant de la sorte, vous prenez l’habitude d’épargner.

2. Trop dépenser avec des cartes de crédit

Quand j’étais plus jeune, j’avais décidément de mauvaises habitudes avec mes cartes de crédit. Fonctionnant sans budget, je dépensais ce que je croyais pouvoir me permettre. Je faisais des achats sans avoir les fonds nécessaires dans mon compte, me disant que je les aurais avant l’échéance de ma facture. De plus, comme je reportais mes soldes, je devais payer des intérêts sur mes cartes de crédit.

Par chance, je n’ai jamais perdu les pédales ni atteint la limite d’une carte. Il n’en reste pas moins que mes dépenses excessives m’ont coûté de l’argent.

Grâce à quelques changements simples, j’ai pu mieux gérer mes cartes de crédit. J’ai fait un budget. J’ai commencé à suivre mes dépenses au lieu de faire des suppositions. Je me suis aussi promis de toujours régler intégralement mes factures de carte de crédit, quoi qu’il arrive.

3. Remettre à plus tard les placements et l’épargne-retraite

Quand on me parlait de l’importance de commencer jeune à épargner en vue de la retraite, je n’étais jamais très attentif. Je me disais qu’il me restait des décennies avant la retraite et que je trouverais une solution en cours de route.

Or, en matière d’épargne-retraite, il est extrêmement avantageux de s’y prendre tôt. Grâce aux intérêts composés, une avance de quelques années peut vous aider à épargner des dizaines de milliers de dollars de plus.

C’est une autre habitude que j’ai dû acquérir. En plus de garnir mon compte d’épargne tous les mois, j’ai établi des cotisations de retraite périodiques.

4. Ne pas avoir de fonds d’urgence

Me trouverez-vous bizarre si je vous dis que les fonds d’urgence m’ont toujours paru déprimants? On met de l’argent de côté non pas pour quelque chose d’agréable, mais en prévision d’un problème.

Or, j’ai découvert qu’il était beaucoup plus déprimant de ne pas avoir de fonds d’urgence lorsqu’on en a besoin. C’est aussi pour cette raison que je surutilisais mes cartes de crédit : je n’avais pas de filet de sécurité pour les dépenses urgentes.

Une fois que j’en ai eu assez, j’ai fait ouvrir un compte d’épargne réservé aux urgences. J’y ai cotisé régulièrement jusqu’à ce qu’il contienne l’équivalent de six mois de frais de subsistance. Je me suis alors rendu compte que les fonds d’urgence n’avaient rien de déprimant. Bien au contraire, le mien me libère des tensions financières.

5. Négliger de planifier les grosses dépenses

Auparavant, je m’attaquais aux grosses dépenses au fur et à mesure. Je ne planifiais pas en vue, par exemple, de remplacer les pneus de ma voiture, de partir en vacances ou de changer d’appartement.

Ce manque d’organisation m’a causé beaucoup de stress inutile. Même durant les périodes où j’étais censé me détendre, comme les vacances, je m’inquiétais à cause de l’argent.

Pour moi, la meilleure solution a été de me fixer des objectifs d’épargne en vue de chaque dépense importante. J’épargne un montant donné par mois pour atteindre chaque objectif. J’ai d’ailleurs trouvé utile de réserver à chacun un compte d’épargne distinct.

6. Utiliser trop longtemps une carte de crédit médiocre

Par le passé, j’ai eu des dettes de cartes de crédit, mais j’ai toujours bien géré ma cote de crédit. Je paie à temps et n’emprunte pas trop, ce qui m’a aidé à avoir une bonne cote dès mon jeune âge.

Le problème, c’est que j’ai attendu beaucoup trop longtemps pour en profiter. Au lieu de chercher les meilleures cartes de crédit et d’en choisir une qui offre de bonnes récompenses, j’en ai simplement demandé une à ma banque. Des années durant, j’ai obtenu une remise dérisoire de 1 % sur chacun de mes achats, alors que d’autres cartes offrent un taux beaucoup plus élevé.

C’est probablement le plus grand changement pour lequel j’ai opté. Aujourd’hui, les cartes de crédit me passionnent. Avant de faire une demande, je compare toujours les cartes de crédit pour m’assurer de faire le bon choix.

7. Perdre du temps avec des objectifs financiers irréalistes

Malgré quelques mauvaises habitudes financières, dans ma vingtaine, j’avais très envie de faire plus d’argent. Cependant, j’étais en quête de remèdes faciles, et non de vraies solutions.

J’espérais pouvoir doubler ou tripler ma mise. Bref, je cherchais une façon de m’enrichir rapidement. Je n’ai heureusement pas perdu d’argent avec ces idées saugrenues. Par contre, j’ai perdu du temps.

J’ai fini par comprendre que les placements ne donneraient pas de résultats du jour au lendemain, mais me permettraient au moins de commencer à bâtir mon patrimoine. J’ai commencé à acheter des parts de fonds commun de placement dans un compte de courtage; il s’agit de mon meilleur investissement à ce jour.

Avant, je ne savais évidemment pas gérer mon argent. Après avoir beaucoup appris et beaucoup travaillé, je suis désormais en bien meilleure posture. Si votre situation financière ne vous satisfait pas entièrement, peut-être obtiendrez-vous les résultats désirés en corrigeant les erreurs que vous commettez à cet égard.

Cet article a été rédigé par Lyle Daly, de The Motley Fool, et a été autorisé légalement sous licence par le réseau d’éditeurs Industry Dive. Veuillez adresser toutes les questions sur les licences à legal@industrydive.com.


Les fonds de placement peuvent être assortis de commissions, de frais et de charges. Veuillez lire le prospectus ou la notice d’offre d’un fonds et consulter un conseiller en placements avant d’investir. Les fonds ne sont pas garantis, leur valeur est appelée à fluctuer fréquemment et les investisseurs pourraient réaliser un profit ou subir une perte. Le rendement passé pourrait ou non être reproduit.

Veuillez lire notre politique de confidentialité. En utilisant notre site Web ou en ouvrant une session, vous consentez à l’utilisation de témoins, telle qu’elle est décrite dans notre politique de confidentialité.

Ce site est réservé aux personnes qui résident au Canada. Les fonds communs de placement et les FNB commandités par Fidelity Investments Canada s.r.i. ne peuvent être vendus que dans les provinces et territoires du Canada.

515202-v2021318

Close Search