50/15/5 : une règle générale pour gérer l’épargne et les dépenses

Il ne s’agit pas de compter le moindre sou, mais de savoir où va votre argent parmi trois catégories.

Points à retenir

  • Essayez de limiter vos dépenses essentielles à 50 % de votre salaire net.
  • Efforcez-vous d’épargner 15 % de votre salaire brut pour la retraite (y compris les cotisations de votre employeur).
  • Mettez de côté 5 % de votre salaire net pour constituer une réserve à court terme en cas de dépenses imprévues.

Budget. Quel mot déplaisant! Que pensez-vous de « règle 50/15/5 »? Il s’agit de notre règle simple pour gérer les dépenses et l’épargne : efforcez-vous de consacrer au maximum 50 % de votre salaire net aux dépenses, de placer 15 % de votre salaire brut dans votre REER et d’épargner 5 % de votre salaire net sous forme d’économies à court terme. (Il est possible que votre situation soit différente, mais cette règle générale peut tout de même vous servir de point de départ.)

Pourquoi 50/15/5? Nous avons analysé des centaines de scénarios afin d’en dégager des paramètres en matière de dépenses et d’épargne pour permettre aux gens d’avoir suffisamment d’argent pour leur retraite. Selon nos recherches, ces recommandations constituent un excellent moyen de préserver votre stabilité financière tant que vous travaillez, et de conserver le même mode de vie lorsque vous prendrez votre retraite.

 

Dépenses essentielles : 50 %

Certaines dépenses sont tout simplement inévitables : il est impératif de vous nourrir et d’avoir une résidence. Essayez de limiter à 50 % de votre salaire net les dépenses inévitables, notamment :

  • le logement : hypothèque, loyer, taxe foncière, services publics (électricité, etc.), assurance habitation et frais de copropriété;
  • l’alimentation : épicerie seulement; ne comptez pas les dépenses de repas à emporter ou au restaurant, à moins qu’elles ne soient essentielles dans votre cas (parce que vous ne cuisinez jamais, par exemple);
  • les soins de santé : dépenses que vous devez assumer (médicaments sur ordonnance, quotes-parts, etc.);
  • le transport : location de véhicule, essence, assurance auto, stationnement, péage, entretien et frais de transports en commun;
  • le soin des enfants : frais de garderie et de scolarité;
  • le remboursement de dettes et autres obligations financières : paiements de carte de crédit, remboursement de prêt étudiant, pensions alimentaires pour conjoint et pour enfants, assurance-vie.

Ne dépassez pas 50 %. Les dépenses essentielles ne sont pas forcément immuables. De petits changements peuvent faire une différence notable : ajuster le thermostat de quelques degrés pour le chauffage en hiver ou la climatisation en été, surveiller les promotions des denrées alimentaires et faire des réserves, apporter son propre lunch au travail... Il peut être également rentable de choisir une automobile plus économique, de faire du co-voiturage ou de prendre les transports en commun.

Si vous devez sérieusement réduire vos frais de subsistance, il serait peut-être opportun d’envisager de déménager dans une maison ou un appartement moins coûteux. Il existe de multiples moyens de faire des économies. Parmi vos dépenses essentielles, déterminez lesquelles sont prioritaires et lesquelles pourraient être réduites.

Épargne-retraite : 15 %

Il est important d’économiser pour l’avenir, peu importe votre âge. Pourquoi? Parce que les régimes de pension ne suffisent pas. En fait, nous estimons qu’environ 45 % du revenu d’un retraité devra provenir de son épargne. C’est pourquoi nous recommandons aux ménages de consacrer 15 % de leur revenu brut à l’épargne-retraite. Ce montant englobe leurs cotisations, ainsi que les cotisations correspondantes de l’employeur et l’apport d’un programme de participation aux bénéfices, le cas échéant. Les clés de la réussite sont de commencer à épargner tôt, d’épargner de façon régulière et de choisir des placements judicieux, notamment un compte d’épargne fiscalement avantageux comme un REER.

 

Comment parvenir à épargner 15 %? S’il ne vous est actuellement pas possible d’économiser cette somme, vérifiez si votre employeur offre un programme d’épargne qui augmente automatiquement vos cotisations chaque année jusqu’à ce qu’elles atteignent l’objectif visé. Une autre stratégie serait de commencer par verser le montant minimum pour avoir droit aux cotisations correspondantes de l’employeur, puis verser une somme supplémentaire, par exemple à la suite d’une augmentation de salaire ou d’une prime annuelle, dans votre régime d’épargne d’employeur ou votre compte de retraite personnel jusqu’à concurrence de votre plafond de cotisation annuel.

Épargne à court terme : 5 %

Une réserve en cas d’urgence est toujours une bonne idée. Les cas d’urgence, qu’il s’agisse de maladie ou de chômage, sont des situations bouleversantes qui risquent de s’aggraver faute de planification financière. Selon les experts, il faudrait avoir une réserve suffisante pour couvrir les dépenses essentielles pendant trois à six mois. Versez chaque mois une certaine somme dans votre compte d’urgence, comme s’il s’agissait d’une facture, jusqu’à ce que vous ayez accumulé un montant suffisant.

La réserve d’urgence est destinée à couvrir vos besoins en cas de circonstances graves, comme la perte d’un emploi. Nous vous recommandons également d’économiser une petite part de votre salaire pour parer aux imprévus moins dramatiques, qu’il s’agisse d’une invitation à un mariage (ou plusieurs!), d’un écran de téléphone cellulaire brisé ou d’un pneu crevé. Il faut également penser à une foule de dépenses souvent négligées, dont l’entretien et les réparations automobiles, les sorties éducatives des enfants, la quote-part des médicaments sur ordonnance, les cadeaux des fêtes, les costumes d’Halloween, etc.

 

Un coussin constitué de 5 % de votre salaire mensuel net vous aidera à couvrir ces dépenses ponctuelles. Économiser pour ce genre de dépenses est une bonne habitude à prendre. Vous éviterez ainsi de puiser dans votre réserve d’urgence ou d’alourdir le solde d’une carte de crédit, car de telles dettes peuvent devenir difficiles à rembourser à la longue. En revanche, si vous réglez chaque mois la totalité du solde de votre carte de crédit et que vos achats vous rapportent des points ou des remises en espèces, payer ces dépenses ponctuelles par carte de crédit peut être une bonne stratégie.

Comment parvenir à épargner 5 %? Pourquoi ne pas établir un virement automatique pour prélever ce montant de votre paie et le placer dans un compte destiné à cette épargne à court terme?

Prochaines étapes

Nos recommandations ne sont qu’un point de départ. Vous devez évaluer votre situation et adapter ces directives en fonction de vos besoins. Si votre façon de gérer votre argent se rapproche de la règle 50/15/5, bravo! S’il vous reste encore de l’argent après cette répartition de votre revenu, vous pouvez l’épargner ou le dépenser à votre guise. Voici quelques suggestions. Commencez par rembourser les dettes à taux d’intérêt élevé. Ensuite, faites des réserves pour les études ou le mariage d’un enfant, par exemple. Enfin, si vous envisagez de devancer l’âge de votre retraite ou si vous n’avez pas épargné scrupuleusement, verser cet argent dans votre compte d’épargne-retraite serait une bonne idée.

Rassurez-vous, il ne s’agit pas de suivre à la trace chaque sou que vous gagnez. Analyser vos dépenses et votre épargne actuelles en fonction de nos trois catégories vous aidera à maîtriser votre situation en toute confiance. Toutefois, n’oubliez pas que, pour la plupart d’entre nous, la situation financière évolue avec le temps. Vos ressources financières peuvent changer en cas de nouvel emploi, de mariage, de naissance ou de tout autre événement de la vie. Il est conseillé de revoir régulièrement votre programme de dépenses et d’épargne, surtout après un changement important.



Tout placement dans un fonds commun de placement ou un FNB peut donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des frais de gestion, des frais de courtage et des charges. Veuillez lire le prospectus d’un fonds commun de placement ou d’un FNB avant d’investir, car il contient des renseignements détaillés sur le placement. Les fonds communs de placement et les FNB ne sont pas garantis. Leur valeur est appelée à fluctuer fréquemment et les investisseurs pourraient réaliser un profit ou subir une perte. Le rendement passé pourrait ou non être reproduit.

Les énoncés aux présentes sont fondés sur des renseignements jugés fiables et sont uniquement fournis à titre informatif. Si ces renseignements reposent sur de l’information provenant, en tout ou en partie, de tiers, il nous est impossible de garantir qu’ils sont en tout temps exacts, complets et à jour. Ils ne peuvent être interprétés comme des conseils en placement ni comme des conseils d’ordre juridique ou fiscal, et ils ne constituent ni une offre ni une sollicitation d’achat. Les graphiques et les tableaux sont utilisés à des fins d’illustration seulement et ne reflètent pas la valeur future ni le rendement d’un fonds ou d’un portefeuille. Toute stratégie de placement doit être évaluée en fonction des objectifs de placement et de la tolérance au risque de l’investisseur. Fidelity Investments Canada s.r.i., ses sociétés affiliées et les entités qui lui sont apparentées ne peuvent être tenues responsables des erreurs ou omissions éventuelles ni des pertes ou dommages subis.

© 2021 Fidelity Investments Canada s.r.i. Tous droits réservés.

Les fonds de placement peuvent être assortis de commissions, de frais et de charges. Veuillez lire le prospectus ou la notice d’offre d’un fonds et consulter un conseiller en placements avant d’investir. Les fonds ne sont pas garantis, leur valeur est appelée à fluctuer fréquemment et les investisseurs pourraient réaliser un profit ou subir une perte. Le rendement passé pourrait ou non être reproduit.

Veuillez lire notre politique de confidentialité. En utilisant notre site Web ou en ouvrant une session, vous consentez à l’utilisation de témoins, telle qu’elle est décrite dans notre politique de confidentialité.

Ce site est réservé aux personnes qui résident au Canada. Les fonds communs de placement et les FNB commandités par Fidelity Investments Canada s.r.i. ne peuvent être vendus que dans les provinces et territoires du Canada.

462722-v2021114

Close Search