La réduction drastique des émissions dynamisera les énergies vertes pendant des décennies

Le monde doit réduire drastiquement les émissions de carbone pour éviter les effets les plus graves des changements climatiques. Facile à dire, difficile à faire. Il s’agit de mettre fin à plus de 150 années de hausse des émissions de gaz à effet de serre et d’atteindre les objectifs de carboneutralité d’ici 30 ans.

Et cela coûtera environ 144 mille milliards de dollars, soit près de sept fois le PIB annuel des États-Unis1. Cela dit, l’urgence de la décarbonation offre aux énergies renouvelables et aux technologies à faibles émissions de carbone la possibilité de croître pendant des décennies.

Environ 37 milliards de tonnes de gaz à effet de serre ont été émises en 20192. Ensuite, la pandémie de COVID-19 s’est déclarée et les usines ont fermé, les avions ont été cloués au sol et les populations ont été confinées. Malgré les restrictions les plus draconiennes de l’histoire moderne imposées sur la mobilité humaine, la réduction des émissions mondiales de CO2 n’a été que de 8 à ­9 % au premier semestre de 20203.

Par où commencer?

Malheureusement, il n’existe pas de solution miracle offrant une réduction de 100 % instantanée. Nous pouvons toutefois prendre des mesures dès aujourd’hui, par exemple en remplaçant les centrales au charbon et les carburants à base de pétrole par les meilleures solutions faiblement carbonées à notre disposition. L’installation d’éoliennes réduit de 93 % les émissions (comparativement aux usines alimentées par des combustibles fossiles)4. L’électrification réduira de plus de 50 % les émissions de chaque automobile pour son cycle de vie. Du côté des poids-lourds, les piles à hydrogène peuvent réduire de 87 % les émissions de carbone5. Le burger sans viande réduit les émissions de 90 % et la viande produite en laboratoire les réduit de 78 %. L’isolation à elle seule peut diminuer de moitié les émissions associées aux bâtiments6.

De nombreuses technologies, comme celles utilisées pour les énergies solaire et éolienne, sont économiques, même sans subventions. D’autres nécessitent d’importants investissements publics et privés pour rivaliser avec les technologies fortement carbonées, plus économiques. Pour atteindre les objectifs de décarbonation de l’Accord de Paris, il faudra mettre les bouchées doubles dans tous les domaines. Donc même si les valorisations des sociétés du segment des énergies éolienne et solaire semblent élevées aujourd’hui, nous sommes convaincus que, pour nombre d’entre elles, les prévisions de croissance à long terme se concrétiseront largement.

Le prix du carbone augmentera

Selon les estimations de la Banque mondiale, il faudra que le prix du carbone soit entre 2,5 et 5 fois plus élevé d’ici 2030 pour que les objectifs de réduction des émissions prévues dans l’Accord de Paris soient atteints. Dans le passé, les systèmes de plafonnement et d’échange de carbone ont été controversés à cause de la « fuite » de carbone. Ce phénomène survient lorsqu’un pays applique une tarification du carbone, ce qui fait augmenter le coût des biens qui sont produits dans le pays et entraîne l’importation de biens plus abordables, produits dans un pays qui n’a pas de système de tarification du carbone. Malgré ce risque, un élargissement des marchés du carbone se dessine et, à mesure que de nouveaux pays adhéreront à ces marchés, leur efficacité augmentera. Cela pourrait dynamiser la croissance des entreprises des énergies vertes, le coût des énergies « brunes » augmentant.

La Chine, qui s’est engagée à atteindre la neutralité carbone, s’apprête à déployer un programme national de plafonnement et d’échange du CO2 qu’elle a lancé à titre de projet pilote en 2014. Son incidence a été limitée jusqu’ici à cause de la faiblesse du prix du carbone, mais cela devrait changer, car le prix augmente. De plus, un tel programme national en Chine pourrait inclure des secteurs qui représentent, selon les estimations, 20 % des émissions mondiales d’ici 2030, ouvrant la porte à une décarbonation de grande ampleur. Les États-Unis pourraient lui emboîter le pas, sous l’impulsion du président Biden. Le programme de plafonnement et d’échange de l’Union européenne vise les émissions des centrales électriques et d’autres usines, mais il pourrait être étendu à d’autres secteurs. Pour éviter la fuite de carbone, le Pacte vert pour l’Europe propose un mécanisme d’ajustement des émissions carbone aux frontières qui obligerait les importateurs à payer pour leurs émissions.

La décarbonation à grande échelle est porteuse de formidables occasions

Ce sont les technologies à faibles émissions de carbone existantes qui pourraient bénéficier le plus des investissements nécessaires pour atteindre le premier seuil de 50 % de décarbonation, soit 1 000 milliards de dollars par an, selon Goldman Sachs. Cela inclut les énergies renouvelables, l’automatisation des secteurs industriels et agricoles, les bâtiments efficients, l’infonuagique (dont l’empreinte carbone est de 50 % à 80 % inférieure à celle des centres de données sur place)7, les produits de remplacement du lait et de la viande, les matériaux légers et les plateformes de vente de produits d’occasion. Une fois les technologies existantes pleinement adoptées, un investissement supplémentaire d’environ 3 800 milliards de dollars par an destiné à de nouvelles solutions sera nécessaire pour combler l’écart8. Le développement de certaines technologies, comme l’hydrogène vert et le captage du carbone, est encore en phase de démarrage; d’autres n’ont pas encore été inventées. Nombre d’entre elles auront besoin d’électricité renouvelable.

Les investissements annuels moyens injectés dans les énergies solaire et éolienne dépasseront 400 milliards de dollars par an (l’objectif étant 1,5˚–2,0˚) pendant des décennies*. De plus, si les énergies solaire et éolienne, renforcées par les capacités de stockage des batteries et de l’hydrogène vert, remplacent toute la production des usines thermiques d’aujourd’hui, bénéficient d’une hausse de la demande due à la croissance démographique et à l’émergence de la classe moyenne, et alimentent le parc mondial de véhicules électriques, la demande pour ces énergies atteindra des niveaux environ 17 fois supérieurs aux niveaux actuels*.

Il faut ajouter à cela l’électrification du chauffage domestique, la fabrication d’hydrogène vert pour remplacer le gaz naturel et la réduction des émissions dans les secteurs difficiles à décarboner comme l’acier, le ciment et l’ammoniac. Une fois ces ressources comptabilisées, la demande potentielle en énergies solaire et éolienne atteint des niveaux plus de 25 fois supérieurs aux niveaux actuels9.

L’hydrogène a connu plusieurs faux départs. Toutefois, comme le coût des énergies renouvelables continue de baisser et que l’hydrogène vert commence à être produit à grande échelle, cela pourrait réduire, d’ici dix ans, les émissions de carbone que l’on croyait jusqu’ici impossibles à freiner. Sur les 70 millions de tonnes d’hydrogène produites aujourd’hui, seulement un petit pourcentage (1 %) est de l’hydrogène vert (c’est-à-dire produit à l’aide d’électricité renouvelable)10. Toutefois, si les projections voulant que l’hydrogène vert peut répondre à un quart de la demande d’énergie mondiale d’ici 2050 sont justes11, sa production pourrait augmenter pour atteindre environ 700 millions de tonnes.

La décarbonation est un défi dont l’ampleur est inédite dans l’histoire de l’Humanité. Toutefois, les entreprises qui le relèvent ont devant elles une période de croissance de 30 années, qui dépasse même la révolution Internet. Si les investissements sont suffisamment ambitieux et si les technologies actuelles et futures sont pleinement adoptées, la transition vers une économie faiblement carbonée peut devenir une réalité. Nous ne parviendrons peut-être pas à la carboneutralité aussi vite que nous l’espérons, mais nous pouvons nous en approcher grandement.

Vous aimeriez en savoir plus sur les fonds durables? Considérez les Fonds Fidelity suivants :





FNB Fidelity Développement durable mondial

Stratégie : sélection des chefs de file et filtrage négatif

Le FNB Fidelity Développement durable mondial et son fonds commun de placement sont des stratégies multifactorielles d’actions mondiales visant à procurer de solides rendements ajustés au risque en investissant dans des sociétés qui s’illustrent sur le plan environnemental, social et de la gouvernance.






Fonds Fidelity Leadership au féminin

Stratégie : intégration des facteurs ESG et placements thématiques

Le Fonds Fidelity Leadership au féminin est une stratégie d’actions américaines de base qui vise à procurer de solides rendements ajustés au risque en investissant principalement dans des sociétés qui privilégient le leadership et l’avancement des femmes au sein de leur organisation.




1Source: « Carbonomics ». Goldman Sachs, octobre 2020.

2Source: « CO 2 Emissions Will Break Another Record in 2019 ». Scientific American, décembre 2019.

3Source: « Near-Real-Time Monitoring of Global CO 2 Emissions Reveals the Effects of the COVID-19 Pandemic ». Nature News, Nature Publishing Group, octobre 2020.

4Source: Estimations de Fidelity International, à partir de données de Siemens/Vestas.

5Source: Ben Sharpe, « Zero-emission tractor-trailers in Canada » (Conseil international pour un transport propre, 2019)

6Source: Rapport d’impact 2019 de Tesla et VW ; « Carbon Brief » and EPA; « Life-Cycle Implications of Hydrogen Fuel Cell Electric Vehicle Technology for Medium and heavy trucks », Lee, Elgowainy et Kotz, 2018; « Meatless burger and Beyond Meat burger »; Beyond Burger Life Cycle Assessment, septembre 2018.

7Source: Livre blanc 2018 de Microsoft sur le bilan carbone de l’infonuagique.

8Source: Goldman Sachs, octobre 2020. Cette estimation du coût de la décarbonation utilise les prix actuels de technologies émergentes comme l’hydrogène vert, mais à mesure que leur utilisation augmentera, les coûts devraient baisser.

*Source: Estimations de BP, analyse de Bernstein.

9Source: AIE. « Renewables 2020 » 2020.

10Source: Wood Mackenzie. « The Future for Green Hydrogen », octobre 2019.

11Source: Bloomberg New Energy Finance, octobre 2020.

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec votre conseiller en placements ou visitez fidelity.ca

From time to time a manager, analyst or other Fidelity employee may express views regarding a particular company, security, and industry or market sector. The views expressed by any such person are the views of only that individual as of the time expressed and do not necessarily represent the views of Fidelity or any other person in the Fidelity organization. Any such views are subject to change at any time, based upon markets and other conditions, and Fidelity disclaims any responsibility to update such views. These views may not be relied on as investment advice and, because investment decisions for a Fidelity Fund are based on numerous factors, may not be relied on as an indication of trading intent on behalf of any Fidelity Fund.

The statements contained herein are based on information believed to be reliable and are provided for information purposes only. Where such information is based in whole or in part on information provided by third parties, we cannot guarantee that it is accurate, complete or current at all times. It does not provide investment, tax or legal advice, and is not an offer or solicitation to buy. Graphs and charts are used for illustrative purposes only and do not reflect future values or returns on investment of any fund or portfolio. Particular investment strategies should be evaluated according to an investor’s investment objectives and tolerance for risk. Fidelity Investments Canada ULC and its affiliates and related entities are not liable for any errors or omissions in the information or for any loss or damage suffered.

©2021 Fidelity Investments Canada ULC. All rights reserved.

Les fonds de placement peuvent être assortis de commissions, de frais et de charges. Veuillez lire le prospectus ou la notice d’offre d’un fonds et consulter un conseiller en placements avant d’investir. Les fonds ne sont pas garantis, leur valeur est appelée à fluctuer fréquemment et les investisseurs pourraient réaliser un profit ou subir une perte. Le rendement passé pourrait ou non être reproduit.

Veuillez lire notre politique de confidentialité. En utilisant notre site Web ou en ouvrant une session, vous consentez à l’utilisation de témoins, telle qu’elle est décrite dans notre politique de confidentialité.

Ce site est réservé aux personnes qui résident au Canada. Les fonds communs de placement et les FNB commandités par Fidelity Investments Canada s.r.i. ne peuvent être vendus que dans les provinces et territoires du Canada.

494706-v2021226

Close Search