Aller au contenu

En ce contexte de marchés baissiers, le moment est-il venu pour les jeunes d’investir?

Rédigé par : Patricia Sklar, CPA, CFP®, CFA®

Source : Kiplinger

« Devrais-je investir une partie de l’argent que j’ai de côté? » 

Je fais affaire avec plusieurs jeunes professionnels prospères qui ont très bien réussi au cours de la dernière décennie – ils ont bâti des carrières ou des entreprises qui leur ont généré d’importants flux de trésorerie et sont bien placés pour se constituer une importante valeur nette en investissant. Toutefois, ces gens n’ont pas connu la combinaison d’événements générateurs de volatilité que traverse l’Amérique du Nord (du jamais vu depuis des années) : un marché boursier baissier, des cryptomonnaies en chute libre, une inflation galopante,une flambée des prix des logements et de l’essence, ainsi que la guerre en Ukraine.

De nombreux trentenaires et quarantenaires hésitent maintenant à investir de nouvelles sommes sur le marché boursier, qu’ils ne voient que baisser. Bien que personne ne possède de boule de cristal, une occasion d’achat existe – selon les bonnes conditions. N’oubliez pas que l’une des plus anciennes règles de placement consiste à acheter à faibles prix.

Aux personnes qui possèdent de l’argent à investir, que ce soit en raison d’un récent bonus, de la vente d’un immeuble locatif, d’un héritage ou simplement de leur épargne habituelle, je les invite à répondre à trois questions avant de décider d’investir de nouveaux fonds sur le marché boursier. 

Votre fonds d’urgence est-il suffisant?

Il est important de disposer de l’équivalent d’au moins trois à six mois de frais de subsistance en épargne. Une plus grande somme pourrait même être nécessaire si vous croyez que vous pourriez perdre votre emploi si l’économie ralentit ou que vos clients ne sont pas en mesure de vous payer.

Personne n’a envie de devoir puiser dans son portefeuille d’actions pour couvrir ces dépenses quand le marché risque de baisser davantage. Comme presque tout le monde paie plus cher chaque mois sa nourriture, son essence et d’autres biens de première nécessité, examinez votre budget mensuel pour voir à quoi il ressemble vraiment aujourd’hui.

Un jeune professionnel prospère qui a un fonds d’urgence suffisant, qui est convaincu de pouvoir payer ses factures pour les prochains mois et qui cotise à un REER et à d’autres régimes de retraite devrait continuer à verser un pourcentage de sa paie dans ces comptes.  Si vous êtes propriétaire d’entreprise, le moment est peut-être bien choisi pour établir un plan de retraite, si ce n’est pas déjà fait. 

Poursuivez-vous d’autres objectifs financiers?

Un client m’a récemment demandé si l’argent qu’il avait mis de côté pour une mise de fonds sur une maison devrait plutôt être investi sur le marché boursier.

Bien que les prix des logements et les taux d’intérêt aient grimpé en flèche au cours des derniers mois, j’ai répondu « non ». L’achat d’une maison est un investissement à long terme qui, en plus de procurer un abri à votre famille, bâtit votre patrimoine à long terme.

En revanche, les cours boursiers pourraient demeurer bas pendant un certain temps. Cette réponse s’applique également à d’autres achats considérés nécessaires pour améliorer votre vie, comme le paiement de frais de scolarité ou l’achat d’une nouvelle voiture. Si vous ne prévoyez pas de dépense importante, continuons avec la troisième question. 

Cherchez-vous à faire un gain rapide?

La décision d’investir sur le marché boursier entraîne des conséquences à long terme. Investir régulièrement pendant plusieurs années, voire des décennies, est la clé de la constitution d’un patrimoine. Sans cet état d’esprit, une personne qui achète une action maintenant pourrait décider de la vendre à un moment inopportun et commettre une erreur coûteuse.

Bon nombre de mes jeunes clients professionnels ont raté l’occasion de faire des placements durant la grande récession de 2008 et 2009.  La leçon à tirer : à ce moment-là, de nombreux investisseurs ont liquidé leurs actions et quitté le marché boursier. Ils ont laissé leurs émotions prendre le dessus et ont raté en partie ou en totalité le marché haussier de 13 ans qui a bâti le patrimoine de millions de Nord-Américains.

Si vous voyez vos placements à long terme, la réponse est « oui » – le temps est venu d’envisager d’investir sur le marché boursier. L’indice S&P 500 ayant reculé d’environ 20 % par rapport à ses sommets records, le moment est bien choisi pour acheter des actions.

Lorsque je souligne ce fait, les clients me demandent évidemment si  les cours boursiers pouvaient encore chuter.

Je leur réponds que c’est possible, bien sûr. Cependant, personne ne sait quand le marché atteindra son creux. En effet, il est impossible de prédire l’évolution du marché. Les actions ont chuté de plus de 30 % au début de la pandémie de COVID-19 et pratiquement personne n’a prédit qu’elles allaient rebondir en quelques mois et établir des records pour le reste de 2020 et 2021.

Le marché boursier affiche une bonne feuille de route en matière de rendements positifs sur plusieurs années et décennies, et certaines des plus importantes séances haussières se produisent pendant un marché baissier. Si vous disposez des réserves de liquidités nécessaires pour répondre à vos besoins à court terme, investir maintenant à long terme sera probablement payant pour l’avenir.

Cet article a été rédigé par Patricia Sklar, CPA, CFP®, CFA® de Kiplinger et sa publication a été autorisée légalement sous licence par le site commercial de contenu d’Industry Dive. Pour toute question sur les droits de reproduction, écrivez à legal@industrydive.com.




Content is loading, please wait