Aller au contenu

Bulletin trimestriel sur la chaîne de blocs | T2 2022

Rédigé par Meghan Chen, stratège, Actifs numériques
Ce bulletin reflète les évolutions au 30 juin 2022

Section 1 : Rendement du bitcoin

Au deuxième trimestre de 2022, le cours du bitcoin a chuté de 58,6 %, ce qui s’est traduit par un rendement de - 58,8 % (cumul annuel). L’indice CMBI 10 Excluding Bitcoin de
Coin Metrics, qui mesure le rendement d’un panier des dix plus importants cryptoactifs après le bitcoin, pondéré en fonction de leur capitalisation boursière ajustée selon le flottant, a terminé le trimestre en baisse d’environ 70,5 %, ce qui s’est traduit par un rendement de -72,8 %1 depuis le début de l’année.

Un peu d’histoire

Il y a eu plusieurs baisses importantes dans l’histoire du marché des cryptomonnaies. En février 2014, Mt. Gox, une bourse de bitcoins qui, à son apogée en 2013, a traité environ 70 % de toutes les transactions de bitcoins à l’échelle mondiale2, a suspendu ses opérations et déclaré faillite à la suite de piratage et de vols qui ont entraîné la perte de centaines de milliers de bitcoins appartenant à des clients3. Au début d’avril 2014, le prix du bitcoin était passé sous la barre des 500 $, en baisse par rapport à son sommet de plus de 1 000 $ en novembre 2013. 

Tout au long de 2018, il y a eu un délestage généralisé des cryptomonnaies, après l’éclatement de la bulle des premières émissions de cryptomonnaie de 2017. Le prix du bitcoin a chuté de plus de 70 % en 2018. Au premier trimestre de 2020, le marché des cryptomonnaies a connu un important repli, en même temps que la plupart des autres marchés financiers, à la suite de la montée de la pandémie de COVID-19. Le prix du bitcoin a chuté, passant de plus de 10 000 $ à la mi-février 2020 à environ 5 000 $ à la mi-mars 2020. Puis, en mai 2021, les manchettes sur l’interdiction du minage et du commerce du bitcoin par la Chine4, ainsi que les microblogues d’Elon Musk soulignant les préoccupations entourant l’impact environnemental du minage du bitcoin5, ont contribué à une liquidation qui a fait plonger le cours du bitcoin, ce dernier étant passé de plus de
57 000 $ au début de mai à environ 30 000 $ en juillet 2021. 

Graphique montrant le prix du bitcoin en dollars américains au fil du temps. Des indicateurs montrent divers événements : Mt. Gox suspend ses opérations en février 2014; la bulle des premières émissions de cryptomonnaie explose au début de 2018; la COVID-19 provoque un marché baissier en mars 2020; et la Chine interdit le minage de bitcoins en mai 2021.
Source : Cours du BTC selon Coin Metrics.

Dans tous ces cas, le marché a fini par se redresser et les cours des cryptomonnaies ont atteint de nouveaux sommets. 

Le marché baissier actuel

L’actuel marché baissier des cryptomonnaies, qui a commencé à la fin de 2021 et s’est prolongé pendant les deux premiers trimestres de 2022, est en grande partie alimenté par une liquidation généralisée des actifs à risque en raison de facteurs macroéconomiques. Le cours du bitcoin a atteint un sommet historique de plus de 67 000 $ au début de novembre 2021; cependant, l’annonce du 10 novembre 2021 concernant l’IPC américain d’octobre (prix en hausse de 6,2 % sur un an) a augmenté les attentes d’une intervention de la banque centrale. Les hausses de taux et le resserrement quantitatif qui ont suivi en réponse à l’inflation élevée ont suscité des craintes de récession et signalent la fin d’une période sans précédent de croissance rapide de la masse monétaire qui a contribué à la hausse des prix des actifs à risque au cours des deux dernières années. L’inflation et l’aversion pour le risque ont été exacerbées par la guerre entre la Russie et l’Ukraine ainsi que par les problèmes liés à la chaîne d’approvisionnement découlant de la politique zéro COVID de la Chine. Dans ce contexte, les actifs à risque ont souffert depuis le début de l’année, les indices S&P 500 et NASDAQ affichant respectivement des rendements de -20 % et -29 % (cumul annuel).

En plus des pressions macroéconomiques sur les actifs risqués, deux nouvelles liées aux cryptomonnaies au cours du trimestre ont particulièrement secoué le marché. La première concerne l’effondrement de Terra au début de mai, à la suite de la désindexation de sa cryptomonnaie stable, l’UST. Avant son effondrement, Terra était l’une des principales chaînes de blocs en raison de la capitalisation boursière de son jeton fondamental, le luna. Dans sa tentative (avortée) de stabiliser l’ancrage de l’UST, la Luna Foundation Guard, une organisation établie pour soutenir l’écosystème Terra, a déployé près de 80 000 bitcoins de ses réserves6, ce qui a pesé sur le cours du bitcoin. Le 11 mai, le cours du bitcoin est passé sous la barre des 30 000 $ pour atteindre son plus bas niveau depuis juillet 2021.

Le 12 juin, le marché des cryptomonnaies a subi une pression supplémentaire lorsque la société américaine de prêt de cryptomonnaies Celsius Network a interrompu les retraits et les transferts sur sa plateforme en raison de « conditions de marché extrêmes », après avoir connu une hausse des rachats dans le sillage de l’effondrement de Terra et de la volatilité globale du marché7. Cette décision a empêché 1,7 million d’utilisateurs de racheter leurs actifs8, ce qui a alimenté les rumeurs selon lesquelles la plateforme était devenue insolvable. Un prêteur de cryptomonnaie est semblable à une banque, en ce qu’il permet aux utilisateurs de déposer leur cryptomonnaie et d’obtenir un rendement. Toutefois, les prêteurs de cryptomonnaie ne sont pas soumis aux mêmes niveaux de réglementation que les banques traditionnelles en matière de transparence, de pratiques de gestion du risque, entre autres, et ne bénéficient généralement pas de protections comme l’assurance-dépôts gouvernementale. L’insolvabilité potentielle de Celsius pourrait avoir des répercussions sur l’ensemble du marché des cryptomonnaies, la société ayant déployé d’importants actifs sur plusieurs protocoles FiDé. S’il est mis en liquidation, le dénouement de ses positions pourrait avoir des effets d’entraînement qui se traduiraient par de nouvelles baisses de cours et des liquidations pour d’autres utilisateurs de FiDé. Le cours du bitcoin a chuté de plus de 20 % pendant la semaine qui a suivi l’annonce, atteignant un plancher de 17 600 $ le 18 juin, après une sortie d’environ 500 millions de dollars du Purpose Bitcoin ETF (BTCC) la veille9.

Pour plus de détails sur l’effondrement de Terra et le gel des retraits de Celsius, veuillez consulter l’article sur la volatilité et les FNB Crypto.

L’annonce de Celsius a été suivie d’une série d’autres mauvaises nouvelles. Peu après, des craintes d’insolvabilité ont entouré le fonds spéculatif crypto Three Arrows Capital (3AC) après que la société eut omis de répondre aux appels de marge de ses prêteurs10; la plateforme de jalonnement crypto et de production de rendement Finblox a imposé une limite de retrait mensuel pour « évaluer l’effet de 3AC sur la liquidité11 »; le prêteur crypto Babel Finance a suspendu les retraits sur sa plateforme12; le courtier en crypto Voyager Digital a obtenu des facilités de crédit de la part de la société de négociation Alameda Research et a ensuite abaissé les limites de retrait après avoir révélé une exposition de plus de 600 millions de dollars à 3AC13,14; le principal prêteur de crypto BlockFi a obtenu une facilité de crédit renouvelable de 250 millions de dollars de FTX pour « renforcer davantage [son] bilan15 »; et le marché à terme de crypto CoinFlex a suspendu les retraits en invoquant des « conditions de marché extrêmes » ainsi que l’incertitude concernant une certaine contrepartie16. Le prêteur de cryptomonnaies Genesis ferait face à des « centaines de millions » de pertes potentielles, liées en partie à son exposition à 3AC et à Babel Finance17. Le 29 juin, un tribunal des Îles Vierges britanniques a ordonné la liquidation de 3AC18, qui avait été investie dans un certain nombre de projets de cryptomonnaie en difficulté, dont Terra.

Les stratégies à effet de levier et à haut risque employées par diverses plateformes de cryptomonnaies et au sein de l’ensemble de l’écosystème FiDé ont contribué à la cascade de liquidation et de baisses de cours. Un récent rapport de Chainalysis montre qu’au premier semestre de 2022, la principale source de fonds des protocoles de prêt provenait d’autres protocoles de prêt et de production de rendement. Cette situation peut accroître le risque de cascade en cas de repli des marchés. Les événements récents ont mis en évidence le degré d’interrelation et de contagion potentielle entre les plateformes de cryptomonnaies et inciteront probablement à une surveillance accrue des pratiques de gestion des risques de ces plateformes. Il pourrait s’agir d’une occasion pour le secteur de tirer parti de la transparence des chaînes de blocs afin d’analyser le risque systémique et d’élaborer de meilleures pratiques pour l’avenir.

Rendement et corrélations du bitcoin

Le bitcoin résiste mieux que beaucoup d’autres cryptomonnaies de premier plan au chapitre de la performance en cumul annuel, conformément à l’idée que, bien qu’il soit perçu comme risqué par rapport aux actifs traditionnels, il représente un « refuge » relatif parmi les cryptomonnaies. Les récents événements concernent davantage l’écosystème FiDé que le réseau Bitcoin, qui continue de fonctionner comme prévu. Cependant, les corrélations entre les principales cryptomonnaies ont tendance à être élevées (la corrélation des rendements quotidiens sur 12 mois entre le bitcoin et l’ether est supérieure à 85 %), malgré des différences importantes entre les cryptomonnaies. En raison de la nature émergente de ce secteur, les gens ont tendance à acheter et à vendre leurs avoirs en cryptomonnaies simultanément. Dans ce contexte de volatilité, la SEC a rejeté, le 29 juin, la demande de Grayscale de convertir son Grayscale Bitcoin Trust en premier FNB Bitcoin Spot aux États-Unis, en invoquant des préoccupations, notamment la manipulation du marché20. Grayscale poursuit la SEC à ce sujet. 

Au cours des six derniers mois, la corrélation entre le bitcoin et l’ensemble du marché boursier a augmenté, reflétant l’idée selon laquelle le bitcoin et d’autres cryptoactifs se négocient comme des actifs à risque, à mesure que les investisseurs repositionnent leurs portefeuilles. La corrélation sur une période mobile de 90 jours entre le bitcoin et le NASDAQ à la fin du trimestre se situait à plus de 65 %, contre moins de 40 % à la fin de l’année 2021. La corrélation plus élevée entre les marchés des cryptomonnaies et des actions est également due à des participants de plus en plus semblables sur ces marchés, à mesure que l’adoption des cryptomonnaies par les institutions et les particuliers augmente.

Corrélation des rendements sur 90 jours ouvrables entre le bitcoin et des indices boursiers

Diagramme à ligne brisée montrant la corrélation sur 90 jours ouvrables entre le bitcoin et le NASDAQ, ainsi qu’entre le bitcoin et l’indice S&P 500, de juin 2015 à juin 2022. Le graphique indique une hausse de la corrélation au cours des derniers mois.
Remarque : Rendements du bitcoin représentés par l’indice Fidelity Bitcoin. Tous les rendements sont exprimés en devises de base.

Le ratio valeur marchande/valeur réelle est un indicateur des sommets et des creux du marché du bitcoin. On calcule le ratio valeur marchande/valeur réelle en divisant la capitalisation boursière du bitcoin par sa capitalisation réalisée, dont le calcul est basé sur l’évaluation de chaque unité de bitcoin au prix de sa dernière transaction sur la chaîne. Traditionnellement, un ratio élevé de la capitalisation boursière par rapport à la capitalisation réalisée signale que le prix du bitcoin est proche d’un maximum local, tandis qu’un ratio faible indique que le prix est proche d’un minimum local. 

Ratio valeur marchande/valeur réelle du bitcoin (flottant)

Diagramme à ligne brisée montrant le ratio valeur marchande/valeur réelle du bitcoin ajusté selon le flottant, de juin 2021 à juin 2022. Selon le graphique, le ratio valeur marchande/valeur réelle est récemment passé sous la barre de un.
Source : Coin Metrics. L’approvisionnement en flottant ne comprend pas les unités d’approvisionnement qui sont manifestement perdues ou brûlées, en plus des jetons détenus par des portefeuilles qui sont inactifs depuis au moins cinq ans. La capitalisation boursière du flottant est calculée en multipliant l’offre du flottant par le cours actuel du marché.

Ce que nous réserve l’avenir

Le deuxième semestre de l’année pourrait être marqué par des catalyseurs positifs pour le marché des cryptomonnaies, comme une plus grande clarté réglementaire ou la transition d’Ethereum à la preuve d’enjeu (PoS) dans un événement anticipé appelé « fusion ». Au début de juin, Ethereum a terminé une « répétition générale » de la fusion lorsque son testnet Ropsten est passé avec succès à PoS. Au cours des prochains mois, des essais similaires auront lieu sur d’autres testnets Ethereum21. Si tout va bien, la fusion devrait avoir lieu plus tard cette année, ce qui pourrait raviver la confiance à l’égard d’Ethereum et de l’ensemble du marché des cryptomonnaies.

Certains demeurent optimistes dans un contexte de morosité. Lors du Consensus de cette année, une conférence annuelle sur la chaîne de blocs et les cryptomonnaies, un climat d’optimisme et d’ouverture sur l’avenir régnait en dépit du marché baissier. L’événement a attiré environ 17 000 participants et a mis en vedette une longue liste d’intervenants allant des développeurs et des créateurs aux décideurs politiques, aux universitaires et aux représentants d’institutions telles que des gestionnaires d’actifs, des bourses de cryptomonnaies et des sociétés de technologie financière. À la fin de juin, Michael Saylor, PDG de la société d’analyse de logiciels MicroStrategy, a annoncé que la société avait acheté 480 bitcoins supplémentaires pour environ 10 millions de dollars, malgré les pertes non réalisées sur ses avoirs existants en bitcoins22

Les événements défavorables liés aux cryptomonnaies, comme ceux que nous avons vus au cours du trimestre, font partie des difficultés de croissance et de l’évolution d’une catégorie d’actifs toujours émergente ainsi que de l’écosystème financier naissant qui se construit autour d’elle. De façon plus générale, le marché des cryptomonnaies fait maintenant face à un nouveau paradigme macroéconomique. Jusqu’à récemment, les marchés des cryptomonnaies n’avaient jamais vraiment connu autre chose que de l’argent facile. Le bitcoin est né au lendemain de la crise financière de 2008, dans une ère de faibles taux d’intérêt et d’assouplissement quantitatif. À court terme, les cours des cryptomonnaies pourraient continuer d’être lestés par l’environnement macroéconomique, ainsi que par les gros titres induisant de la volatilité. Toutefois, les propositions de valeur fondamentales de la technologie des chaînes de blocs, à savoir la décentralisation, la transparence et l’accessibilité, restent intactes et pourraient favoriser l’adoption de l’écosystème des chaînes de blocs à long terme. 

Section 2 : Adoption du bitcoin

En avril, Strike, une société de paiement dont l’objectif est de faciliter les paiements rapides et peu coûteux en bitcoins en s’appuyant sur le Lightning Network, a annoncé son intégration à Shopify. Strike affirme que le partenariat avec Shopify « offrira aux commerçants une façon plus rapide et plus abordable d’accepter des dollars américains au moyen de la technologie Bitcoin23 ». Selon le communiqué de presse, l’intégration de Strike vise à offrir une solution de rechange aux réseaux de cartes traditionnels et le produit sera accessible à tout consommateur dans le monde disposant d’un portefeuille compatible avec Lightning Network, dont plus de 70 millions d’utilisateurs de CashApp. Cette annonce souligne la possibilité que le bitcoin et son réseau Lightning associé soient utilisés comme palier de règlement monétaire offrant une alternative aux modes de paiement traditionnels, susceptibles d’être assortis de frais et de délais de traitement relativement plus élevés pour transférer de fonds entre les parties. 

Valeur totale transférée et nombre de transferts sur le réseau Bitcoin

Graphique à barres montrant la valeur des transferts et le nombre de transferts de bitcoins par année, de 2015 jusqu’à présent en 2022. Le graphique montre que la tendance générale est à la hausse.
Source : Valeur de transfert ajustée et nombre de transferts depuis Coin Metrics, au 30 juin 2022. Reflète uniquement les transferts sur la chaîne.

Nombre quotidien d’adresses Bitcoin actives (moyenne sur une période mobile de 30 jours)

Diagramme à ligne brisée montrant l’augmentation générale au fil du temps du nombre quotidien d’adresses actives de bitcoins en moyenne sur une période mobile de 30 jours.
Source : Coin Metrics.

Plusieurs cas d’utilisation potentielle de cryptoactifs ont été illustrés dans le contexte de la guerre entre la Russie et l’Ukraine. Peu après l’invasion de février, Visa et Mastercard ont suspendu leurs opérations en Russie, empêchant leurs clients d’utiliser leurs cartes russes à l’étranger ou pour des paiements internationaux en ligne24. Cette situation, combinée aux contrôles des capitaux imposés en Russie25, a incité certains Russes à l’étranger ou se rendant à l’étranger à se tourner vers les marchés de cryptomonnaies pour avoir accès à des fonds26. Certains Ukrainiens se tournent également vers les cryptomonnaies comme solution de rechange aux établissements financiers ukrainiens27, probablement en raison des avantages de l’autodétention et de la portabilité des cryptomonnaies dans une situation instable où la confiance dans les banques traditionnelles semble moins convaincante. De plus, les cryptomonnaies ont été une source de dons en Ukraine, offrant les avantages potentiels de la rapidité et de l’efficacité du transfert. Selon la société d’analyse Crystal Blockchain, plus de 135 millions de dollars ont été collectés par des fonds ukrainiens à la mi-mai28.

La République centrafricaine (RCA) est devenue le deuxième pays (après le Salvador) à adopter le bitcoin comme monnaie légale en avril. Le pays a également élaboré des plans pour favoriser l’adoption généralisée des cryptomonnaies. À l’instar du Salvador, la RCA n’émet pas sa propre monnaie indépendante et utilise plutôt le franc CFA ancré à l’euro. L’adoption du bitcoin pourrait faciliter les transactions internationales pour les entreprises de la RCA, en raison de la facilité relative de la conversion du bitcoin en d’autres devises, comparativement au franc CFA29.

Section 3 : Principales nouvelles du trimestre

Nouvelles générales

Fidelity va permettre aux entreprises de proposer des bitcoins dans les comptes 401(k) : Fidelity Investments, l’un des plus grands fournisseurs de 401(k) aux États-Unis, a annoncé en avril qu’elle allait lancer un nouveau compte d’actifs numériques en milieu professionnel. L’offre de produits permettra aux employeurs de donner à leurs employés la possibilité d’investir jusqu’à 20 % des actifs de leurs 401(k) en bitcoins. Les bitcoins détenus dans le compte d’actifs numériques seront conservés par Fidelity Digital Assets. MicroStrategy a déjà annoncé qu’elle exploiterait ce nouveau produit, qui devrait être généralisé au milieu de 2022, pour ses employés. L’annonce de Fidelity a suscité des critiques de la part du ministère du Travail américain, qui s’est dit « vivement préoccupé par ce que Fidelity a fait ». En juin cependant, le Crypto Council for Innovation, un groupe du secteur des cryptomonnaies qui compte parmi ses partisans Coinbase et Block, a réagi aux préoccupations du ministère du Travail concernant l’inclusion des cryptomonnaies dans les régimes 401(k), en déclarant que le ministère « ne prend en compte que les risques des cryptomonnaies, en ignorant leurs avantages potentiels ».

Vitalik Buterin publie un livre blanc proposant des « soulbound tokens » : En mai, Vitalik Buterin, cofondateur d’Ethereum, a publié avec deux coauteurs un livre blanc intitulé Decentralized Society: Finding Web3’s Soul, dans lequel des « soulbound tokens » et des « Souls » sont proposés. Les soulbound tokens (SBT) sont des jetons non fongibles qui ne peuvent pas être transférés, bien qu’ils puissent être révocables par l’émetteur sous certaines conditions, et les Souls sont des portefeuilles qui détiennent des SBT. L’idée est que les SBT peuvent être utilisés pour constituer le « CV » numérique d’une personne en matière de réputation et d’accomplissements, et peuvent représenter diverses affiliations, adhésions et références. Par exemple, une personne peut avoir un Soul qui stocke des SBT représentant des diplômes décernés par une université. Les SBT ont de nombreuses applications potentielles. Par exemple, ils pourraient être utilisés en FiDé pour permettre des prêts/emprunts non garantis basés sur la réputation, tenant lieu d’enregistrement de l’historique pertinent pour le crédit. Les SBT pourraient également être utilisés pour améliorer la complexité et la sécurité des mécanismes de vote de DAO. Les SBT sont actuellement en cours de développement et ne sont pas encore disponibles.

MetaMask collabore avec Asset Reality pour aider les victimes d’escroqueries : En mai, MetaMask, un portefeuille d’autodétention populaire, a annoncé un partenariat stratégique avec Asset Reality, une solution de bout en bout pour la récupération, la gestion et l’accès aux cryptoactifs saisis. Grâce à ce partenariat, MetaMask et Asset Reality chercheront à aider les victimes d’escroqueries à récupérer, dans la mesure du possible, leurs actifs numériques. Asset Reality travaille avec des sociétés de criminalistique sur la chaîne comme Chainalysis et des cabinets d’avocats spécialisés en cryptomonnaies. Bien que ce service soit gratuit pour les utilisateurs de MetaMask, les victimes devront tout de même couvrir les frais juridiques si elles décident d’emprunter cette voie pour le recouvrement. Le service aidera également les victimes à unir leurs forces et à mener une action collective si elles ont été piratées ou escroquées par la même entité. Ce partenariat pourrait améliorer l’expérience des utilisateurs, qui peuvent s’empêcher de recourir à l’autodétention en raison du risque de piratage ou d’escroquerie.

Des sénatrices américaines présentent un nouveau projet de loi pour réglementer les actifs numériques : Au début de juin, les sénatrices américaines Cynthia Lummis et Kirsten Gillibrand ont présenté le Responsible Financial Innovation Act, un projet de loi qui vise à créer le premier cadre réglementaire complet pour les actifs numériques aux États-Unis au niveau fédéral. Dans une déclaration annonçant le projet de loi proposé, la sénatrice Lummis l’a décrit comme un cadre qui créerait « une transparence réglementaire pour les organismes chargés de superviser les marchés d’actifs numériques, qui fournirait un cadre réglementaire solide et adapté aux cryptomonnaies stables et qui intégrerait les actifs numériques dans nos lois fiscales et bancaires existantes ». Les points abordés par le projet de loi sont notamment la création de définitions clés relatives aux actifs numériques, la détermination de l’autorité réglementaire sur les actifs numériques en ce qui concerne la CFTC et la SEC, les exigences pour les émetteurs de cryptomonnaies stables, les exigences pour la constitution ou l’organisation des DAO en vertu des lois d’un pays et les dispositions fiscales relatives aux accords de prêt d’actifs numériques ainsi qu’aux activités d’extraction et de jalonnement. La proposition clarifie également la définition de « courtier » dans le cadre de la nouvelle exigence de déclaration des actifs numériques de la loi sur les investissements dans les infrastructures et les emplois et reporte la date de mise en œuvre au 1er janvier 2025.  

Le Sénat de l’État de New York adopte le projet de loi sur le moratoire relatif à l’extraction de cryptomonnaies : En juin, le Sénat de New York a adopté un projet de loi qui imposerait un moratoire de deux ans sur les nouveaux permis ainsi que sur le renouvellement des licences pour les opérations de minage dit de « preuve de travail » qui utilisent du carburant lié au carbone dans l’État38. Pendant le moratoire, l’État réalisera une étude sur l’impact environnemental potentiel du minage de « preuve de travail »39. Après l’interdiction de l’extraction de bitcoins en Chine, les États-Unis ont connu une intensification de l’activité minière, des États comme New York et le Texas devenant particulièrement populaires auprès des sociétés minières en quête d’énergie bon marché. Pour devenir officiellement une loi, le projet de loi doit être soumis à l’approbation du gouverneur de New York.

Finance décentralisée

Compound Treasury reçoit la note de crédit de S&P : Compound Treasury, une émission institutionnelle de la société de FiDé Compound Labs, a annoncé qu’elle avait reçu une note de crédit de B- de S&P Global Ratings en mai. Lancée en juin 2021, Compound Treasury s’adresse aux entreprises qui cherchent à produire du rendement sur leurs réserves de liquidités. Les comptes offrent un TAEG de 4 % sur les dépôts en USD ou en USDC (cryptomonnaie stable), sont classés comme des titres et ne sont proposés qu’aux investisseurs qualifiés40. S&P a indiqué que « les principales faiblesses de la notation comprennent, à notre avis, la très petite base de capital de la société, le risque réglementaire associé aux cryptomonnaies, le risque et la complexité opérationnels considérables, le risque de convertibilité entre les cryptomonnaies stables privées et la monnaie fiduciaire, et les obstacles potentiels pour générer un rendement de 4 % »41.  Selon son site Web, Composound Treasury est la première société de FiDé à recevoir une note de crédit de S&P Global Ratings.

L’émetteur d’USDC, Circle, lance une cryptomonnaie stable adossée à l’euro : À la mi-juin, Circle Internet Financial, l’émetteur de la cryptomonnaie stable ancrée au dollar USDC, a annoncé qu’il se préparait à lancer une « cryptomonnaie entièrement réservée et ancrée à l’euro » appelée Euro Coin (EUROC)42. La nouvelle cryptomonnaie stable a été lancée sur la chaîne de blocs Ethereum en tant que jeton ERC-20 le 30 juin, et le soutien pour d’autres chaînes de blocs est prévu plus tard cette année. Selon le communiqué de presse, l’EUROC est « réglementée » et « entièrement adossée à des réserves libellées en euros détenues de façon traditionnelle par des institutions financières de premier plan au sein du périmètre réglementaire des États-Unis ». Au sein de l’UE, la législation sur les marchés des actifs cryptographiques (MiCA) vise à harmoniser la réglementation des cryptoactifs dans l’ensemble des États membres de l’UE et comprend des règles relatives aux émetteurs de cryptomonnaies stables. On ne sait toujours pas comment une cryptomonnaie stable adossée à l’euro et émise selon les normes américaines pourrait être perçue par les organismes de réglementation de l’UE43

La bourse de cryptomonnaies dYdX va quitter Ethereum : En juin, la bourse de cryptomonnaies dYdX a annoncé qu’elle quitterait le réseau Ethereum et lancerait une chaîne de blocs autonome. Cette chaîne autonome fera partie de l’écosystème Cosmos, un ensemble de chaînes de blocs interconnectées qui peuvent communiquer et échanger des actifs. À l’heure actuelle, dYdX utilise StarkWare, une solution de mise à l’échelle de la couche 2 d’Ethereum qui permet des transactions plus rapides et moins coûteuses. Contrairement à la plupart des bourses décentralisées, dYdX utilise un modèle traditionnel de carnet d’ordres qui vise à réduire les dérapages et à être mieux adapté au traitement des transactions de dimensions institutionnelles. Une chaîne de blocs autonome offrirait à dYdX une plus grande souplesse pour personnaliser les structures de frais et d’autres caractéristiques en fonction de son modèle boursier44. Bien que le passage à une chaîne propre à l’application augmente la personnalisation, dYdX laisse derrière elle le vaste réseau décentralisé qui sécurise les applications construites sur Ethereum.

Jetons non fongibles

OpenSea apporte son soutien aux jetons non fongibles de Solana : En avril, OpenSea, le plus important marché de jetons non fongibles (JNF) par volume d’opérations, a annoncé qu’elle commencerait à soutenir certaines collections de JNF sur Solana. La société a fait l’éloge des faibles coûts de gaz, de l’utilisation efficace de l’énergie et de la rapidité des transactions de Solana. L’arrivée de Solana sur le marché de pointe des JNF était attendue depuis longtemps. Selon son site Web, OpenSea prend actuellement en charge deux pourvoyeurs de portefeuilles Solana, Phantom et Glow. OpenSea a toujours été principalement axée sur les sociétés de télécommunications sans but lucratif établies par Ethereum. Cette décision marque une expansion qui permettrait à OpenSea de concurrencer directement les plateformes de JNF axées sur Solana, comme Magic Eden, et pourrait servir de moteur à la poursuite de l’adoption des JNF basés sur Solana. 

Des millions de JNF dérobés à Bored Ape : En avril, un pirate informatique a volé des JNF d’une valeur de plusieurs millions de dollars après avoir piraté le compte Instagram officiel du Bored Ape Yacht Club (BAYC) et l’avoir utilisé pour poster un lien d’hameçonnage qui transférait des jetons depuis les portefeuilles de cryptomonnaies des utilisateurs46. Les utilisateurs croyaient qu’ils étaient en train de connecter leur portefeuille pour participer à une opération de largage. La façon dont le compte Instagram BAYC a été piraté n’est pas claire. Yuga Labs, propriétaire de BAYC, a affirmé que l’authentification à deux facteurs était activée dans le compte Instagram, une mesure de sécurité qui aurait dû rendre extrêmement difficile l’accès non autorisé au compte47. Des attaques comme celle-ci soulignent l’importance de l’hypervigilance des utilisateurs lorsqu’il s’agit de connecter leur portefeuille à un tiers.

Coinbase lance le marché des JNF : Au début de mai, Coinbase a ouvert au public son marché de JNF basé sur l’Ethereum, après avoir testé la version bêta avec un groupe restreint d’utilisateurs en avril. La plateforme a connu des débuts plutôt ternes, le marché n’ayant enregistré que 900 transactions et un volume de ventes de 73 ethers au cours de la première semaine de son bêta48. Le marché de JNF de Coinbase cherche à rivaliser avec d’importants marchés comme OpenSea et s’élance avec des frais de transaction nuls pendant une période limitée49. Afin d’attirer davantage d’utilisateurs sur sa plateforme, Coinbase souhaite s’associer à des artistes JNF dans le monde entier, qui effectueront des dépôts de collection sur Coinbase JNF dans le futur. Elle prévoit également d’ajouter l’option d’achat de JNF avec un compte Coinbase ou une carte de crédit, afin que l’écosystème soit plus accessible au grand public50.

Métavers

Fidelity lance Fidelity Stack sur Decentraland : En avril, Fidelity Investments a annoncé l’ouverture du « Fidelity Stack », une expérience sur la plateforme Decentraland où les visiteurs peuvent apprendre les bases de l’investissement. La structure présente une conception à plusieurs niveaux avec un hall, une piste de danse et un jardin sur le toit que les utilisateurs peuvent explorer à pied ou par téléport51. L’annonce a été faite le même jour que le lancement du Fidelity Metaverse ETF (FMET) sur le Nasdaq le 21 avril. En mai, Fidelity Canada a également lancé un FNB axé sur le métavers, le FNB indiciel Fidelity Métavers total (FMTV). 

Yuga Labs vend des terrains virtuels dans le futur espace de métavers Otherside : En avril, Yuga Labs, la société derrière le Bored Ape Yacht Club, a organisé une vente de terrains numériques pour son projet de métavers Otherside, qui est actuellement en cours de développement. L’entreprise a vendu des JNF appelés « Otherdeeds » qui représentent des titres de propriété pour 55 000 parcelles de terrain distinctes dans un espace social à venir, générant environ 300 millions de dollars de ventes52. La vente du terrain a créé des frais de transaction (gas fees) parmi les plus élevés de l’histoire du réseau Ethereum, les investisseurs ayant dépensé plus de 176 millions de dollars en frais sur une période de 24 heures53. Les détenteurs d’Otherdeeds pourront participer à la construction de prototypes, à des démonstrations et à des essais qui façonneront la conception finale et l’expérience de la plateforme de métavers Otherside54.

Meta lance un marché pour Horizon Worlds : En avril, Meta a annoncé le lancement d’un marché pour Horizon Worlds, la plateforme sociale mondiale virtuelle de la société. Le marché permet aux créateurs de la plateforme de vendre des objets et des effets virtuels dans le monde qu’ils créent. Cette initiative s’inscrit dans le sillage d’autres plateformes sociales comme Roblox et Rec Room, qui permettent aux créateurs de vendre les objets qu’ils fabriquent. Meta retiendra une part des ventes des créateurs d’Horizon, empochant 25 % du pourcentage restant après déduction des frais de plateforme. Pour les plateformes telles que Quest Store, qui prélèvent des frais de 30 %, la réduction est de 47,5 %, ce qui signifie que 52,5 % des revenus reviennent aux créateurs55. Les données économiques comme celle-ci mettent en évidence l’avantage d’utiliser les JNF sur les réseaux publics de chaînes de blocs pour enregistrer la propriété d’actifs, soit l’approche adoptée par les plateformes de métavers comme Decentraland. À titre de comparaison, le marché des JNF OpenSea prend 2,5 % de chaque transaction. 

Glossaire

Opération de largage (airdrop) : distribution d’un jeton cryptographique, généralement gratuit, à diverses adresses de portefeuilles.

DAO – organisation autonome décentralisée (decentralized autonomous organization) : organisation qui vise à avoir une gouvernance décentralisée en tirant parti de la chaîne de blocs.

FiDé – finance décentralisée (decentralized finance) : terme générique décrivant les services financiers sur les chaînes de blocs publiques qui n’ont pas besoin de s’appuyer sur des intermédiaires centralisés comme les banques.

ERC-20 : norme pour les jetons fongibles émise sur Ethereum.

Hashrate : mesure de la puissance de calcul utilisée pour extraire des cryptomonnaies.

Layer 2 : terme qui fait référence à un ensemble de solutions de mise à l’échelle d’Ethereum qui traitent les transactions en dehors du réseau principal d’Ethereum tout en tirant parti de la sécurité décentralisée d’Ethereum.

Lightning Network : couche de protocole au-dessus de Bitcoin qui vise à permettre des transactions en bitcoins plus rapides et moins coûteuses. 

Métavers : terme qui fait référence à un futur état potentiel Internet caractérisé par un réseau de réalité augmentée et de mondes virtuels qui peuvent être appréhendés de manière persistante et dans un environnement partagé par un grand nombre d’utilisateurs.

JNF – jeton non fongible : type de jeton de chaîne de blocs qui peut représenter un actif particulier.

Clé privée : clé utilisée pour signer des transactions en cryptomonnaies et prouver la propriété d’une adresse de chaîne de blocs.

Preuve d’enjeu : mécanisme consensuel de la chaîne de blocs dans lequel les participants placent des cryptomonnaies comme « enjeu » dans le système.

Preuve de travail : mécanisme consensuel de chaîne de blocs dans lequel les participants utilisent de la puissance de calcul pour résoudre des énigmes mathématiques.

Cryptomonnaies stables : pièces numériques qui cherchent à ancrer leur valeur à celle d’une référence externe, comme le dollar américain.

Valeur totale verrouillée : valeur des cryptoactifs déposés dans un protocole FiDé.

Portefeuille : portefeuille spécial utilisé pour stocker des cryptomonnaies.

 

 

Content is loading, please wait