Aller au contenu

Comment les investisseurs évaluent-ils le profil ESG des sociétés?

Rédigé par : Mintz

Source : National Law Review

Les fonds de placement qui ciblent des sociétés dotées de politiques environnementales, sociales et de gouvernance (ESG) ont enregistré une croissance record. Cependant, il est difficile pour les sociétés de savoir quelles mesures ESG auront une incidence sur la valeur de leurs actions. Les fournisseurs de cotes ESG se concentrent sur divers éléments et les marchés réagissent différemment aux mesures ESG prises par les sociétés, mais ces dernières peuvent tout de même influencer la façon dont leurs activités environnementales, sociales et de gouvernance sont évaluées.

L’investissement ESG visait initialement à exclure les actions de certaines sociétés ou de certains secteurs des portefeuilles de placement et, à mesure que la définition a évolué pour inclure les titres de sociétés ayant des pratiques sociales positives, le marché boursier a lui aussi évolué. Les actifs incorporels comme les droits de propriété intellectuelle, les données de clients et les logiciels représentent maintenant 90 % de la valeur des sociétés de l’indice S&P 500, contre 17 % en 1975, selon les sociétés qui font le suivi de ces données. En raison du décalage entre la valeur marchande et les modèles d’évaluation traditionnels des sociétés, qui favorisent les actifs corporels comme les bâtiments, l’équipement et l’immobilier, les gestionnaires d’actifs et les agences de notation cherchent de nouvelles façons d’évaluer les sociétés. Plus les normes évoluent, plus les sociétés peuvent prendre des mesures pour que leurs pratiques ESG soient reconnues.

Avant d’adopter une politique ESG, les sociétés devraient s’assurer de prendre un véritable engagement, car les investisseurs particuliers et les gestionnaires qui agissent à titre d’intermédiaires pour les régimes de retraite et les investisseurs analysent de plus en plus les opérations des sociétés. De nombreux propriétaires d’actifs et gestionnaires de placements sont signataires des Principes pour l’investissement responsable (PRI) des Nations Unies et doivent donc rendre compte de la façon dont les facteurs ESG sont intégrés dans leurs processus.

Dans le domaine de la gouvernance, l’intégration de pratiques exemplaires reconnues, notamment en ce qui a trait à la composition du conseil d’administration et aux politiques de rémunération des cadres supérieurs, ainsi qu’à l’élargissement des droits de vote des actionnaires, peut aider les sociétés à rehausser leur classement ESG. Les gestionnaires d’actifs se tournent souvent vers les grandes sociétés de services-conseils en matière de vote par procuration et de gouvernance, Institutional Shareholder Services et Glass Lewis, pour obtenir des conseils sur l’évaluation de ces enjeux. Les sociétés peuvent également utiliser le mécanisme de vote des actionnaires pour obtenir de la rétroaction et savoir si elles doivent adopter des politiques axées sur les facteurs ESG et, le cas échéant, décider d’un échéancier.

La création d’un rapport distinct sur l’engagement de la société à l’égard des facteurs ESG, au lieu ou en plus d’ajouter des renseignements sur les facteurs ESG au formulaire 10-K, est une autre façon de démontrer à la communauté des investisseurs l’engagement de la société à l’égard des objectifs ESG. Même si ce ne sont pas tous les analystes qui examinent actuellement ces rapports, car leurs ressources sont limitées et ils se fient aux données d’autres analystes, un changement s’impose dans cette pratique. L’adoption généralisée des outils d’apprentissage automatique et d’intelligence artificielle permet aux analystes de fouiller l’Internet et de recueillir plus facilement des données.

Outre la modification de ses politiques, le rehaussement et la protection de la réputation d’une société peuvent aussi faire augmenter sa cote ESG. Même si les activités sur les médias sociaux, les sanctions et la participation des cadres au sein des conseils d’administration des organisations qui soutiennent les objectifs ESG, par exemple, ne sont pas prises en compte dans l’évaluation des analystes, elles peuvent être intégrées dans la cote ESG globale. Les sociétés de données scientifiques sur les facteurs ESG regroupent les renseignements provenant de sources publiques et de parties prenantes partout dans le monde pour déterminer les risques ESG.

En raison de l’absence d’uniformisation des cotes ESG, il est difficile d’établir des liens directs entre les mesures prises par les sociétés, les cotes ESG et la valeur pour les actionnaires. Toutefois, l’importance grandissante accordée aux facteurs ESG dans la gestion des actifs et dans la communauté des investisseurs devrait accroître la valeur des activités ESG. La création d’une infrastructure axée sur les facteurs ESG aidera les sociétés à gagner de la valeur, car les investisseurs et le marché sont en train de se « rattraper » par rapport à l’engouement généralisé des sociétés pour les facteurs ESG.

 

Cet article a été rédigé par Mintz pour le National Law Review et sa publication a été autorisée par le réseau d’éditeurs Industry Dive. Pour toute question sur les droits de reproduction, veuillez écrire à legal@industrydive.com.

 




Content is loading, please wait