Aller au contenu

Quatre raisons d’origine psychologique qui pourraient expliquer vos problèmes financiers

Rédigé par : Jennifer Nelson

Source : Real Simple

Le fait de démystifier les causes émotionnelles de vos problèmes financiers pourrait être essentiel si vous souhaitez apporter des changements positifs importants. Voici quelques enjeux d’ordre financier qui émanent peut-être en réalité de vous.

Se retrouver souvent à court d’argent, être sous-employé ou constamment tenter de se départir de dettes, voilà des problèmes d’argent courants, n’est-ce pas? Pas nécessairement. Comme vous le diront les thérapeutes financiers, bon nombre de ces soucis ne relèvent pas d’enjeux financiers à proprement parler, mais plutôt d’un problème d’estime de soi, de séquelles d’un traumatisme ou de la peur de manquer de quelque chose.

Le fait de démystifier les causes émotionnelles de vos problèmes financiers pourrait être essentiel pour vous aider à y voir plus clair en ce qui concerne les changements positifs importants à apporter. Vous croyez peut-être que vous ne « savez pas gérer votre argent », alors que vous ne faites que reproduire les mauvaises habitudes de vos parents. Ou encore, si vous êtes continuellement à court d’argent, vous vivez peut-être des problèmes d’estime de soi et le fait de dépenser vous aide à compenser un sentiment d’infériorité.

Voici quelques enjeux d’ordre financier qui émanent peut-être en réalité de vous. Est-ce l’argent ou...

La peur de répéter le passé

« Même si vous voyez les tendances dans votre comportement, comprendre leur origine et accepter que vous n’ayez possiblement eu qu’un seul modèle, sans avoir été outillé pour chercher ou créer de nouvelles stratégies, vous permettra de ne pas répéter les " erreurs " commises par les gens autour de vous », affirme Hanna J. Morrell, coach en habitudes financières globales à Pacific Stoa Financial Wellness à Salem, en Oregon.

Selon Mme Morrell, il faut savoir réorienter sa façon de voir les choses et avoir le courage de commencer ou de continuer à chercher d’autres façons de faire des choix différents. Si vos parents ou les gens qui prenaient soin de vous n’avaient pas de saines habitudes financières, regardez là où ils ont échoué et faites le contraire.

Croyaient-ils que chaque nouveau placement allait leur rapporter gros et y misaient tout pour être déçus fois après fois? Dépensaient-ils sans compter ou négligeaient-ils de se préparer pour composer avec les urgences? Pour ne pas répéter ces erreurs, il importe de les analyser et d’essayer de faire des choix différents.

Peut-être pourriez-vous vous montrer particulièrement critique à l’égard des occasions financières qui semblent trop belles pour être vraies. Établissez un budget et respectez-le pour éviter les habitudes financières cavalières, ou commencez à constituer un fonds d’urgence dès aujourd’hui. Voilà des façons concrètes de faire consciemment des choix financiers différents.

Pour cesser de perpétuer de mauvais comportements sur le plan de vos finances, il faut comprendre leur origine et savoir que vous n’êtes pas condamné à répéter les mêmes erreurs.

La peur de ne pas en avoir assez

Avez-vous toujours eu peur de « ne pas en avoir assez »? Il n’y a jamais assez d’argent pour payer les factures, vous n’êtes pas assez intelligent pour obtenir un meilleur emploi, vous ne réussirez jamais à rembourser les soldes de vos cartes de crédit. Cela vous dit quelque chose? « La peur de manquer de quelque chose nous indique, à tort, que nous n’en avons pas assez », explique Mme Morrell. Cette dernière demande toutefois à ses clients de remettre cet état d’esprit en question et de se demander : « est-ce une situation temporaire, ou vais-je vivre le reste de ma vie de cette façon? »

« En situation de manque ou de crise (même une petite crise), nos cerveaux nous laissent croire que nous ressentirons toujours ce que nous ressentons en ce moment », poursuit Mme Morrell. « Que cette situation difficile durera éternellement. Le fait de vous demander si la situation durera éternellement vous permet de dissiper cette idée fausse tout en contribuant à changer votre perspective. Grâce à un petit ajustement de perspective, vous êtes en mesure de faire de meilleurs choix. »

Kelley Kitley, LCSW, thérapeute à Serendipitous Psychotherapy, LLC, croit fermement que la loi de l’attraction est une prophétie qui se réalise d’elle-même. « Si nous pensons toujours ou souvent que nous n’en avons pas assez, c’est ce qui nous attendra », affirme-t-elle. « Mais si notre esprit est axé sur l’abondance, celle-ci se présentera possiblement à nous. »

Mme Kitley vous invite à dresser une liste des choses que vous appréciez dans votre vie. Cela peut être aussi simple que le lit dans lequel vous dormez, le café que vous buvez chaque matin ou la possibilité de faire des marches. On tient parfois pour acquises les petites choses de la vie. Si nous nous concentrons sur les concepts d’« assez » et d’« abondance », nous commencerons à les attirer dans nos vies et à apprécier un tas de choses.

Une faible estime de soi

Et si votre endettement excessif et vos achats compulsifs chroniques n’avaient rien à voir avec votre amour des chaussures et des gadgets, mais étaient liés à une faible estime de soi? Si vous n’êtes pas bien dans votre peau, vous achetez peut-être des choses pour vous sentir mieux ou vous donner l’impression que vous valez plus. Selon Erin Skye Kelly, auteure du livre Get the Hell Out of Debt: The Proven 3-Phase Method that Will Radically Shift your Relationship To Money, la plupart des comportements humains peuvent être divisés en quatre grands segments : 

  1. Les choses désagréables, mais bonnes pour nous.
  2. Les choses agréables et bonnes pour nous.
  3. Les choses agréables, mais mauvaises pour nous.
  4. Les choses désagréables et mauvaises pour nous. 

En cas de problèmes d’estime de soi, dit-elle, un trop grand nombre d’habitudes tombent dans les catégories 3 et 4 – essentiellement, les choses qui sont mauvaises pour vous (dépenses excessives, dettes, absence d’épargne et de budget). « Afin de renforcer votre estime de soi, faites plus d’activités ou développez plus d’habitudes qui entrent dans les catégories 1 et 2 », explique Mme Kelly.

Épargner procure un sentiment agréable et cela est bon pour nous. Rembourser ses dettes n’est peut-être pas agréable, mais il s’agit d’une bonne chose. Il peut sembler difficile de respecter un budget, mais cela est une excellente pratique. Une fois que vous développez résolument de telles habitudes, elles commencent à renforcer votre estime de soi, de sorte que vous perdez au fur et à mesure vos mauvaises habitudes financières.

Un traumatisme non résolu

La plupart des gens vivront certains soucis d’ordre financier, comme la perte d’un emploi, l’inflation, la difficulté d’épargner et des problèmes systémiques. Vient ensuite la façon dont les gens gèrent le stress causé par ces problèmes financiers. Annie M. Varvaryan, D. Psy., psychologue clinicienne à Couch Conversations Psychotherapy and Counseling, Inc., à Montrose en Californie, affirme que lorsque vient s’ajouter un traumatisme, comme la perte d’un être cher, un divorce ou une maladie, cela complique les problèmes financiers et la façon dont ils se manifestent dans votre vie.

Peut-être gérerez-vous ce traumatisme en dépensant davantage, ou en remplissant votre garde-robe ou votre maison d’articles inutiles. Ou encore, resterez-vous passif et cesserez-vous de regarder et de payer vos factures. « Les dépenses excessives et les décisions financières impulsives sont des mécanismes de défense », explique Mme Varvaryan. Ce sont des distractions par rapport à ce qui se passe vraiment. Acheter des choses agit sur le cerveau comme une récompense et donne une sensation de bien-être éphémère qui vous aide à ne pas ressentir la douleur que vous éprouvez. La meilleure façon de déterminer si vos erreurs financières sont le résultat d’un traumatisme non traité est de reconnaître ces comportements et de déterminer si vous les adoptez pour éviter de penser au traumatisme.

« Une fois qu’une personne a pris conscience de ce comportement, elle peut se demander s’il est utile ou non à son processus de guérison en se posant les questions suivantes : Est-ce que m’acheter de nouvelles choses me permet réellement de guérir? Que dois-je faire pour me remettre de cette expérience? Comment faire pour dépenser d’une manière plus structurée pour me récompenser sans ignorer mes sentiments ou mes expériences passées? » continue Mme Varvaryan.

Lorsque vous serez en mesure de travailler sur votre guérison, vous pourriez commencer à adopter d’autres comportements, y compris passer plus de temps dans la nature, être en contact avec ceux en qui vous avez confiance et que vous aimez, écrire vos pensées dans un journal pendant 15 minutes chaque jour, écouter de la musique ou chercher un thérapeute. Dans le cadre d’une thérapie, les personnes ayant vécu un traumatisme peuvent apprendre comment cette expérience influe sur leur vie, discuter de leurs pensées et de leurs sentiments à l’égard de leur traumatisme et trouver des façons de gérer ces sentiments plutôt que d’adopter de mauvaises habitudes financières.

 

Cet article a été rédigé par Jennifer Nelson de Real Simple et sa publication a été autorisée légalement par le site Content Marketplace d’Industry Dive. Pour toute question sur les droits de reproduction, écrivez à legal@industrydive.com.




Content is loading, please wait