Mettez vos finances en ordre en sept étapes

Conseils pour gérer vos finances en solo après le divorce

 

Points à retenir

  • Ouvrez de nouveaux comptes et établissez un nouveau budget.

  • Mettez à jour votre assurance vie et votre assurance maladie.

  • Protégez-vous contre les imprévus.

 

Après avoir traversé les obstacles juridiques inhérents au divorce, les ex-conjoints doivent entreprendre une nouvelle vie, chacun de son côté. Pour réussir cette nouvelle vie, il est essentiel de faire appel à des spécialistes pour mettre en ordre vos finances.

Souvent, au sein d’un couple marié, un des conjoints prend en charge les finances (y compris la planification) du couple, notamment la gestion des comptes bancaires, des cartes de crédit, des emprunts (hypothécaires et autres) et des placements. Même si cette répartition des tâches fonctionne bien durant le mariage, lorsque la relation prend fin, un des conjoints peut se trouver en position de faiblesse pour ce qui est des questions financières. En cas de divorce, il est important de se protéger financièrement.

 

Voici quelques mesures à prendre :

1. Établissez votre identité financière individuelle.

Après la séparation, vous devez fermer les comptes bancaires conjoints et ouvrir de nouveaux comptes séparés, obtenir des cartes de crédit et comptes de placement individuels et établir des relations distinctes avec vos conseillers ou trouver de nouveaux conseillers. Pour apporter ces changements, les institutions financières auront besoin de certains documents.

 

2. Établissez un nouveau budget et plan financier et mettez à jour votre régime d’épargne-retraite.

Le divorce peut entraîner une réduction de vos revenus, ce qui nécessite des ajustements. Pour commencer, vous pouvez dresser la liste de vos dépenses essentielles (logement, alimentation, assurance, transport) et discrétionnaires (divertissement, vacances, habillement, etc.). Ces dépenses devront être comparées à vos nouveaux revenus et, si nécessaire, vous devrez réduire certaines dépenses discrétionnaires. Demandez l’aide de votre conseiller pour établir un nouveau budget et mettre à jour votre régime d’épargne-retraite.

 

3. Souscrivez des assurances pour vous prémunir contre les imprévus.

Si vous avez des enfants à charge, il serait bon d'accroître la protection de votre assurance vie ou d’en souscrire une afin que les enfants soient à l’abri en cas de décès d’un parent. N’oubliez pas de mettre à jour la liste de vos bénéficiaires si votre ex-conjoint en fait toujours partie. De plus, vous devriez aborder la question de l’assurance-invalidité avec votre conseiller financier, pour protéger votre famille en cas de blessure ou de maladie.

 

4. Protégez votre dossier de crédit.

Vous venez de reconquérir votre indépendance et votre dossier de crédit peut devenir un atout précieux. Il convient de le protéger. Vous et votre ex-conjoint devriez avoir un dossier de crédit personnel établi. Il y a deux agences d’évaluation du crédit au Canada : TransUnion Canada (www.transunion.ca) et Equifax Canada (www.consumer.equifax.ca). Les consommateurs peuvent obtenir gratuitement un exemplaire de leur dossier de crédit. Il est important de vérifier votre dossier avec soin et de faire l’inventaire de tous les comptes qui sont à votre nom ou que vous détenez avec votre ex-conjoint. Après un divorce, il convient de fermer les comptes de crédit conjoints et de passer à des comptes individuels, afin que toute modification de la cote de crédit de votre ex-conjoint n’ait pas de répercussions négatives sur la vôtre.

 

5. Vérifiez si vous êtes admissible au partage des crédits de pension du RPC/RRQ.

Votre nouvelle indépendance peut s’accompagner d’un avantage financier, acquis durant le mariage et lié au Régime de pensions du Canada (ou au Régime de rentes du Québec). Le RPC/RRQ a été amendé en 1978 pour permettre le partage des crédits de pension acquis durant les années de mariage. Cela signifie que les crédits peuvent être partagés, même si un des époux n’a pas versé de cotisations RRC/RRQ. Votre conseiller financier peut vous aider à déterminer si vous êtes admissible.

 

6. Prolongez l’assurance maladie.

Selon les avocats spécialisés en droit de la famille, si un des conjoints bénéficie d’un régime d’assurance maladie d’employeur, il est souhaitable que l’autre conjoint insiste sur le maintien de la protection durant le partage du patrimoine familial, si cela est permis. Au Canada, la prolongation de l’assurance est également recommandée, car certains assureurs exigent une protection sans interruption lorsque le conjoint qui n’a plus de régime d’assurance cherche à s’en procurer un par l’intermédiaire de son employeur ou à titre privé.

 

7. Protégez-vous contre l’éventuel décès de votre ex-conjoint.

Enfin, même si la route des deux conjoints se sépare, le décès de l’un peut avoir d’importantes répercussions sur les finances de l’autre.

Une pension alimentaire pour conjoint ou toute autre créance à régler peut être imputée à la succession du conjoint décédé. Pour parer à cette éventualité, certains conjoints souscrivent une assurance vie suffisante pour que le produit, qui est libre d’impôt, soit utilisé par la succession pour le paiement de la somme due. De plus, il est très important de réviser les testaments, procurations et désignations de bénéficiaires afin d’y apporter toutes les modifications nécessaires après le divorce.

La dissolution d’un mariage est un processus complexe et, pour commencer votre nouvelle vie sous les meilleurs auspices, il est important d’assurer votre sécurité financière, actuelle et future.



Sources :
www.fidelity.com/viewpoints/suddenly-single (en anglais seulement)
WALLERSTEIN, Judith, et Sandra BLAKESLEE, What About the Kids: Raising Your Children Before, During and After Divorce (New York: Hyperion Press, 2003).
VAZ-OXLADE, Gail, Divorce: A Canadian Woman’s Guide (Pearson Education Canada, 2009).
VAZ-OXLADE, Gail, Money Rules: Rule Your Money or Your Money Will Rule You (Toronto: Harper Collins, 2012).
www.transunion.ca
www.consumer.equifax.ca
www.fidelity.com/life-events/navigating-finances-during-divorce/overview (en anglais seulement)

Les fonds de placement peuvent être assortis de commissions, de frais et de charges. Veuillez lire le prospectus ou la notice d’offre d’un fonds et consulter un conseiller en placements avant d’investir. Les fonds ne sont pas garantis, leur valeur est appelée à fluctuer fréquemment et les investisseurs pourraient réaliser un profit ou subir une perte. Le rendement passé pourrait ou non être reproduit.

Veuillez lire notre politique de confidentialité. En utilisant notre site Web ou en ouvrant une session, vous consentez à l’utilisation de témoins, telle qu’elle est décrite dans notre politique de confidentialité.

Ce site est réservé aux personnes qui résident au Canada. Les fonds communs de placement et les FNB commandités par Fidelity Investments Canada s.r.i. ne peuvent être vendus que dans les provinces et territoires du Canada.

32314-v202073

Close Search