Pourquoi les marchés émergents frontaliers et pas simplement les marchés frontaliers?

Why Frontier Emerging, not just Frontier

Depuis le lancement du Fonds Fidelity Marchés émergents frontaliers, de nombreux clients demandent pourquoi ce fonds est associé à l’indice MSCI Marchés émergents frontaliers (MÉF) et non à l’indice MSCI Marchés frontaliers (MF), qui couvre uniquement les marchés frontaliers. C’est une excellente question et cela touche au cœur même de notre démarche de construction, qui consiste à bâtir un portefeuille de placements intéressant, composé de sociétés en croissance très présentes sur les marchés frontaliers, tout en gérant les risques de liquidité et de gouvernance pouvant apparaître dans certains pays frontaliers.

Lorsque nous nous sommes lancés dans le segment des marchés frontaliers avec un premier fonds pilote, en 2014, nous avons réfléchi à l’indice de référence approprié. Nous avons d’abord jugé préférable d’utiliser l’indice MSCI des pays frontaliers. Toutefois, nous avions quelques réserves quant à la liquidité de cet univers de placements, qui était, en outre, trop concentré sur la région du Moyen-Orient.

Nous avons aussi remarqué que les principaux fonds concurrents utilisaient plutôt l’indice MSCI MÉF. Cet indice regroupe tous les pays de la catégorie « frontaliers » et les marchés émergents les plus petits. Sa raison d’être est essentiellement d’offrir un univers de placement plus mondial, sa répartition étant à peu près la suivante : 50 % Asie, 25 % Amérique latine et 25 % région EMOA (Europe, Moyen-Orient et Afrique). De plus, les éléments qui le composent offrent une liquidité élevée. Cette construction mixte réduit la volatilité liée aux pays lorsque ceux de la catégorie « frontaliers » sont élevés au rang de pays émergents. Au cours de la dernière année, ce fut le cas du Pakistan, qui est passé dans la catégorie des pays émergents sans quitter l’indice MÉF.
 

Ensuite se pose la question de la similarité entre l’indice MÉF et l’indice des marchés émergents. Le Tableau 1 montre la composition de chaque indice et on peut voir les pays qui sont présents à la fois dans l’indice MÉF et l’indice MSCI Marchés émergents (MÉ). Le Tableau 2 montre le pourcentage de chevauchement entre les indices MÉF et MÉ; il est en moyenne de 2 %, ce qui est plutôt faible.
 

Tableau 1 – Pays inclus dans les indices MSCI MÉ, MF et MÉF

Why Frontier Emerging, not just Frontier

Tableau 2 – Indice MSCI MÉF, en pourcentage de l’indice MSCI MÉ

Why Frontier Emerging, not just Frontier

Le prochain élément de comparaison est le comportement des indices MF et MÉF par rapport à l’indice MÉ. Le Tableau 3 présente le bêta historique des indices MÉF et MF par rapport à l’indice MÉ, dont l’univers est plus large.
 

Tableau 3 – Bêtas des indices MÉF et MF par rapport à l’indice MSCI MÉ (période mobile de 36 mois)

Why Frontier Emerging, not just Frontier

En examinant le Tableau, on voit que la ligne rouge et la ligne bleue ont des comportements assez semblables par rapport à l’indice MÉ; la corrélation avec l’indice MÉ est d’environ 60 % pour les deux indices. C’est une bonne chose, car cela montre que les deux indices évoluent indépendamment de l’indice MÉ. Cela permet aux conseillers de créer des portefeuilles mieux diversifiés.

D’après le Tableau 3, que l’on choisisse l’indice MÉF ou l’indice MF, l’effet est minime. Toutefois, comme on le voit dans le Tableau 4, la liquidité (selon le volume quotidien moyen des opérations ou VQMO) offerte par l’univers des marchés frontaliers (de taille plus modeste) équivaut à seulement 50-60 % de la liquidité de l’indice des MÉF. Le problème de liquidité est presque toujours cité par les investisseurs comme un des principaux risques associés aux marchés frontaliers. L’indice MÉF est plus vaste et offre une meilleure liquidité, ce qui permet de réduire ce risque.
 

Tableau 4 – VQMO ($ US) des composantes de l’indice MF, en pourcentage du VQMO des composantes de l’indice MÉF

Why Frontier Emerging, not just Frontier

En conclusion, quand on utilise l’indice MÉF, on obtient un chevauchement de seulement 2 % avec l’indice MÉ, des corrélations généralement similaires avec les marchés généraux et une nette réduction du risque de liquidité. Toutes ces caractéristiques cumulées devraient procurer un meilleur univers de placement aux clients désireux d’investir dans les marchés frontaliers.


Merci d’avoir lu ce billet.

Adam Kutas

 

Sources : Tous les tableaux proviennent de FMR et de MSCI.

* * *


* FMR., au 30 septembre 2018.

Tout placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions ou des commissions de suivi. Veuillez lire le prospectus d’un fonds avant d’investir, car il contient des renseignements détaillés sur les placements. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis; leur valeur est appelée à fluctuer fréquemment et le rendement passé pourrait ou non être reproduit.

Certaines déclarations formulées dans ce commentaire peuvent contenir des énoncés prospectifs de nature prévisionnelle pouvant inclure des termes tels que « prévoit », « anticipe », « a l’intention », « planifie », « croit », « estime » et d’autres expressions semblables ou leurs versions négatives correspondantes. Les énoncés prospectifs s’appuient sur des attentes et prévisions visant des facteurs généraux pertinents liés à la situation économique, au contexte politique et aux conditions du marché, comme les taux d’intérêt, et supposent qu’aucun changement n’est apporté au taux d’imposition en vigueur ni aux autres lois ou législations gouvernementales applicables. Les attentes et les prévisions à l’égard d’événements futurs sont intrinsèquement soumises, entre autres, aux risques et incertitudes parfois imprévisibles, et peuvent, par conséquent, se révéler incorrectes à l’avenir. Les énoncés prospectifs ne sont pas une garantie des rendements futurs, et les événements réels pourraient être substantiellement différents de ceux anticipés ou projetés dans les énoncés prospectifs. Certains éléments importants peuvent contribuer à ces écarts, y compris, notamment, les facteurs généraux liés à la situation économique, au contexte politique et aux conditions du marché en Amérique du Nord ou ailleurs dans le monde, les taux d’intérêt et de change, les marchés boursiers et les marchés des capitaux mondiaux, la concurrence commerciale et les catastrophes. Vous devez donc éviter de vous fier indûment aux énoncés prospectifs. En outre, nous n’avons pas l’intention de mettre à jour ces énoncés à la suite de l’obtention de nouveaux renseignements, de la concrétisation d’événements futurs ou pour quelque autre raison que ce soit.

De temps à autre, un gestionnaire, analyste ou autre employé de Fidelity peut exprimer une opinion sur une société, un titre, une industrie ou un secteur du marché. Les opinions exprimées par ces personnes représentent un point de vue personnel à un moment donné et ne constituent pas nécessairement celui de Fidelity ou d’autres personnes au sein de l’organisation. Ces opinions sont appelées à changer à tout moment en fonction de l’évolution des marchés et d’autres facteurs, et Fidelity décline toute responsabilité en ce qui a trait à la mise à jour de ces points de vue. Ceux-ci ne peuvent pas être considérés comme des conseils en placement fiables, ni comme une indication d’achat ou de vente visant un Fonds Fidelity, car les décisions de placement relatives aux Fonds Fidelity sont prises en fonction de nombreux facteurs.

© 2018 Fidelity Investments Canada s.r.i. Tous droits réservés.

Veuillez lire le prospectus ou la notice d'offre d'un fonds ou d’un mandat et consulter un conseiller en placements avant d’investir. Veuillez lire notre politique de confidentialité. En utilisant notre site Web ou en ouvrant une session, vous consentez à l’utilisation de témoins, telle qu’elle est décrite dans notre politique de confidentialité.  

Ce site est réservé aux personnes qui résident au Canada. Les fonds communs de placement et les FNB commandités par Fidelity Investments Canada s.r.i. ne peuvent être vendus que dans les provinces et territoires du Canada.

107476-v20181211