Vietnam : une position privilégiée dans la guerre commerciale

Hanoi Vietnam

La possibilité d’acquérir une plus vaste part du secteur manufacturier, surtout celui de la Chine, est l’une des principales occasions de placement qu’offrent actuellement les marchés frontaliers. Trois pays sont exceptionnellement bien placés pour tirer parti de cette évolution à l’échelle mondiale : le Bangladesh, le Cambodge et le Vietnam. Or, cette tendance structurelle à long terme s’est accélérée au cours de la dernière année en raison de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, qui a régulièrement fait les manchettes. De nombreuses entreprises (principalement chinoises) ont relocalisé leurs usines dans des pays comme le Vietnam pour réduire leurs coûts d’exploitation et leur vulnérabilité au chapitre de la production, étant donné les risques accrus liés à la barrière commerciale.

Le Tableau 1 illustre bien cette tendance et présente la croissance des investissements directs étrangers (IDE) des entreprises chinoises au Vietnam, lesquels se sont chiffrés à plus de 1,3 milliard de dollars américains en 2016.

Tableau 1 : Investissements directs étrangers de la Chine au Vietnam (M$ US)

chart 1 for vietnam blog 2018

Source : Bureau national des statistiques de la Chine.

Cette relocalisation d’usines sous-tend les données du Tableau 2, qui illustre l’augmentation de l’excédent commercial entre le Vietnam et les États-Unis. Cette tendance est très positive pour le contexte souverain du Vietnam, puisqu’elle génère des recettes en devises fortes qui permettent à la monnaie vietnamienne de se raffermir et aux consommateurs de progresser sur la courbe de consommation, à mesure que leur pouvoir d’achat augmente.

Tableau 2 : Balance commerciale entre le Vietnam et les États-Unis (M$ US)
 

chart 2 for vietnam blog 2018

Source : U.S. Census Bureau.

Pour en avoir le cœur net, j’ai décidé de mener ma propre enquête. Par conséquent, après avoir assisté à la plus importante conférence d’investisseurs en Asie, à Hong Kong, j’ai visité des entreprises d’Hanoï, capitale du Vietnam, afin de faire le point sur les placements existants du Fonds et de repérer de nouvelles idées.

 

J’ai passé quelques jours à visiter principalement des banques et des sociétés industrielles. La plupart des équipes de direction que j’ai rencontrées se disaient plutôt satisfaites : le pays profite du conflit commercial entre les États-Unis et la Chine, et les avantages pour les fabricants de « couvrir » leurs risques en installant leurs opérations au Vietnam sont de plus en plus évidents. Ces rencontres m’ont permis de constater que les équipes de direction, particulièrement celles des fabricants chinois de textiles et de chaussures qui avaient ouvert la voie il y a environ cinq ans, ont confiance que cette tendance ira en s’accélérant.

 

Il convient toutefois de s’intéresser de près au système bancaire et au besoin de capital, étant donné la transition prévue à la norme mondiale des conventions comptables IFRS 9. Le portefeuille de prêts des institutions bancaires vietnamiennes croît d’environ 15 % par année, en raison surtout de la croissance du nombre de prêts hypothécaires et de prêts aux particuliers. Cependant, étant donné que les banques ne répondent pas aux exigences minimales des règles comptables IFRS 9, des émissions d’actions sont à prévoir à moyen terme, ce qui pourrait plomber la confiance des investisseurs. Par ailleurs, le gouvernement souhaite privatiser un plus grand nombre d’entreprises, y compris sa propre participation dans les banques. Une telle opération, qui pourrait se traduire par une offre excédentaire à court terme, sera également positive à long terme, puisque l’économie sera ainsi de plus en plus soutenue par les entreprises privées.

 

Cette situation aura l’avantage d’améliorer les valorisations de la plupart des entreprises. Lors de ma visite à Hô Chi Minh-Ville en mars, la plupart des valorisations étaient assez élevées, ce qui m’avait poussé à réduire les positions du portefeuille. Toutefois, au cours des six derniers mois, nous avons assisté à une correction, les marchés émergents dans l’ensemble et les marchés frontaliers ayant reculé. Je dirais donc que les actions vietnamiennes sont correctement évaluées à l’heure actuelle – elles ne sont pas bon marché, mais elles ne sont pas onéreuses non plus, compte tenu de leur croissance intéressante. Ce dernier point est important, puisque la taille relative du Vietnam au sein de l’univers des placements frontaliers augmente. Comme le montre le Tableau 3, les actions vietnamiennes représentent actuellement plus de 8 % de l’indice MSCI Marché émergents frontaliers en raison des premiers appels publics à l’épargne et des privatisations qui ont eu lieu récemment. Les investisseurs ont ainsi un accès accru à ce marché qui affiche probablement la plus forte croissance en Asie.

Tableau 3 : Le marché du Vietnam, exprimé en pourcentage de l’indice MSCI Marchés émergents frontaliers

chart 3 for Kutas  vietnam blog 2018

Source : MSCI.
 

Merci de votre intérêt.

Adam Kutas, CFA


1 FMR., au 30 juin 2018.

Tout placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions ou des commissions de suivi. Veuillez lire le prospectus d’un fonds avant d’investir, car il contient des renseignements détaillés sur les placements. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis; leur valeur est appelée à fluctuer fréquemment et le rendement passé pourrait ou non être reproduit.

Certaines déclarations formulées dans ce commentaire peuvent contenir des énoncés prospectifs de nature prévisionnelle pouvant inclure des termes tels que « prévoit », « anticipe », « a l’intention », « planifie », « croit », « estime » et d’autres expressions semblables ou leurs versions négatives correspondantes. Les énoncés prospectifs s’appuient sur des attentes et prévisions visant des facteurs généraux pertinents liés à la situation économique, au contexte politique et aux conditions du marché, comme les taux d’intérêt, et supposent qu’aucun changement n’est apporté au taux d’imposition en vigueur ni aux autres lois ou législations gouvernementales applicables. Les attentes et les prévisions à l’égard d’événements futurs sont intrinsèquement soumises, entre autres, aux risques et incertitudes parfois imprévisibles, et peuvent, par conséquent, se révéler incorrectes à l’avenir. Les énoncés prospectifs ne sont pas une garantie des rendements futurs, et les événements réels pourraient être substantiellement différents de ceux anticipés ou projetés dans les énoncés prospectifs. Certains éléments importants peuvent contribuer à ces écarts, y compris, notamment, les facteurs généraux liés à la situation économique, au contexte politique et aux conditions du marché en Amérique du Nord ou ailleurs dans le monde, les taux d’intérêt et de change, les marchés boursiers et les marchés des capitaux mondiaux, la concurrence commerciale et les catastrophes. Vous devez donc éviter de vous fier indûment aux énoncés prospectifs. En outre, nous n’avons pas l’intention de mettre à jour ces énoncés à la suite de l’obtention de nouveaux renseignements, de la concrétisation d’événements futurs ou pour quelque autre raison que ce soit.

De temps à autre, un gestionnaire, analyste ou autre employé de Fidelity peut exprimer une opinion sur une société, un titre, une industrie ou un secteur du marché. Les opinions exprimées par ces personnes représentent un point de vue personnel à un moment donné et ne constituent pas nécessairement celui de Fidelity ou d’autres personnes au sein de l’organisation. Ces opinions sont appelées à changer à tout moment en fonction de l’évolution des marchés et d’autres facteurs, et Fidelity décline toute responsabilité en ce qui a trait à la mise à jour de ces points de vue. Ceux-ci ne peuvent pas être considérés comme des conseils en placement fiables, ni comme une indication d’achat ou de vente visant un Fonds Fidelity, car les décisions de placement relatives aux Fonds Fidelity sont prises en fonction de nombreux facteurs.

© 2018 Fidelity Investments Canada s.r.i. Tous droits réservés.

Veuillez lire le prospectus ou la notice d'offre d'un fonds ou d’un mandat et consulter un conseiller en placements avant d’investir. Veuillez lire notre politique de confidentialité. En utilisant notre site Web ou en ouvrant une session, vous consentez à l’utilisation de témoins, telle qu’elle est décrite dans notre politique de confidentialité.  

Ce site est réservé aux personnes qui résident au Canada. Les fonds communs de placement et les FNB commandités par Fidelity Investments Canada s.r.i. ne peuvent être vendus que dans les provinces et territoires du Canada.

88949-v20181025