Investir dans les pays frontaliers grâce aux pays émergents – pleins feux sur quatre pays

Adam Kutas fait la lumière sur l’expansion fulgurante de certaines sociétés des marchés émergents dans les marchés frontaliers et explique le phénomène observé dans quatre pays.

Le nom du Fonds est l’un des points sur lequel j’aime attirer l’attention des investisseurs; il s’agit du Fonds Fidelity Marchés émergents frontaliers et non le Fonds Fidelity Marchés frontaliers. Pourquoi?

À Fidelity, nous avons remarqué que les sociétés des marchés émergents (ME) sont portées à investir dans les marchés frontaliers (MF). Ces sociétés cherchent des occasions au-delà de leurs frontières en partie parce que leur propre marché est parvenu à une plus grande maturité. Ainsi, les marchés émergents renferment d’excellentes idées de placement axées sur les tendances positives des marchés frontaliers, tout en offrant des niveaux de liquidité et de gouvernance relativement plus élevés.

Toutefois, ces idées de placement ont tendance à se trouver dans quatre pays des marchés émergents : l’Afrique du Sud, le Chili, la Pologne et la Thaïlande. Comme vous pouvez le constater dans le tableau 1 ci-dessous, près de 50 % des achats effectués par les sociétés de ces quatre pays sont situés dans les pays frontaliers alors qu’ils sont de seulement 10 %, environ, dans les autres marchés émergents.

Qu’est-ce qui est à l’origine de ce phénomène? À mon avis, les économies de ces quatre pays sont mieux établies et bénéficient d’un coût du capital moins élevé que leurs voisins.

Comme l’indique le tableau 2, la croissance du PIB réel de ces quatre pays tend à être plus lente que celle des autres pays émergents, si bien que les sociétés cherchent des occasions de croissance à l’extérieur.

De plus, le revenu par habitant des consommateurs de ces pays est relativement élevé par rapport à celui des marchés émergents et des marchés émergents frontaliers (voir le tableau 3), ce qui leur procure, en plus d’une part élevée du marché local, des flux de trésorerie considérables à réinvestir.

Étant donné l’écart important entre le coût du capital chez eux et celui des pays émergents frontaliers (voir le tableau 4), il est logique pour ces quatre pays de vouloir investir dans les marchés frontaliers, qui leur rappellent probablement leur propre marché il y a 20 ou 30 ans en ce qui a trait à la pénétration de l’ensemble des produits et services.

Si vous ajoutez à cela l’avantage de la géographie et des cultures ou des langues parfois similaires, vous avez une excellente recette contribuant à la formidable croissance des sociétés des marchés émergents dans les pays frontaliers. 

Ainsi, les sociétés d’Afrique du Sud ont tendance à aller au nord vers l’Afrique subsaharienne, les sociétés polonaises ont déployé leurs tentacules dans le reste de l’Europe de l’Est et du Sud, les sociétés chiliennes sont actives dans la région des Andes, tandis que les sociétés thaïlandaises ont investi des capitaux considérables en Indochine et au Myanmar.

Ce contexte a donné lieu à de nombreuses idées de placement actuellement mises en œuvre dans le portefeuille.

Merci pour la lecture.

Adam Kutas

 

Tableau 1 : Sociétés d’Afrique du Sud, du Chili, de la Pologne et de la Thaïlande par rapport au reste des pays émergents : % du total des transactions à l’extérieur ciblant les MEF
Sociétés d’Afrique du Sud, du Chili, de la Pologne et de la Thaïlande par rapport au reste des pays émergents : % du total des transactions à l’extérieur ciblant les MEF
Source : Credit Suisse

 

Tableau 2 : Croissance du PIB réel pour le Chili, la Pologne, l’Afrique du Sud et la Thaïlande par rapport à celle des marchés émergents (%) sur un an
Croissance du PIB réel pour le Chili, la Pologne, l’Afrique du Sud et la Thaïlande par rapport à celle des marchés émergents (%) sur un an
Source : Credit Suisse

 

Tableau 3 : Revenu national brut (RNB) par habitant (PPA ajusté en $ US) pour les MEF, les ME et Chili, Pologne, Afrique du Sud et Thaïlande
Revenu national brut (RNB) par habitant (PPA ajusté en $ US) pour les MEF, les ME et Chili, Pologne, Afrique du Sud et Thaïlande
Source : Banque mondiale

 

Tableau 4 : Taux directeur nominal pour le Chili, la Pologne, l’Afrique du Sud et la Thaïlande par rapport aux MEF (pondéré en fonction du PIB)
Tableau 4 : Taux directeur nominal pour le Chili, la Pologne, l’Afrique du Sud et la Thaïlande par rapport aux MEF (pondéré en fonction du PIB)
Source : Thomson Reuters


Toute opinion exprimée sur une société, un titre, une industrie ou un secteur du marché en particulier représente un point de vue personnel à un moment donné et ne constitue pas nécessairement celui de Fidelity ou d’une autre personne au sein de l’organisation. Ces opinions ne peuvent pas être considérées comme des conseils en placement fiables ni comme une indication d’achat ou de vente visant un des Fonds Fidelity. Ces opinions sont appelées à changer à tout moment en fonction de l’évolution des marchés et des autres facteurs, et Fidelity décline toute responsabilité en ce qui a trait à la mise à jour de ces points de vue.

Certaines déclarations émises dans ce commentaire peuvent contenir des énoncés prospectifs de nature prévisionnelle pouvant inclure des termes comme « prévoit », « anticipe », « a l’intention », « planifie », « croit », « estime » et d’autres expressions semblables ou leurs versions négatives correspondantes. Les énoncés prospectifs s’appuient sur des événements économiques et politiques généraux à venir, ainsi que sur d’autres facteurs pertinents exerçant une influence sur les marchés, notamment les taux d’intérêt et de change, les marchés boursiers et des capitaux, et le contexte économique en général, en supposant chaque fois qu’aucun changement n’est apporté au taux d’imposition en vigueur ni aux autres lois ou législations gouvernementales applicables. Les attentes et les prévisions à l’égard d’événements futurs sont intrinsèquement soumises, entre autres, aux risques et incertitudes parfois imprévisibles, et peuvent, par conséquent, s’avérer incorrectes dans l'avenir. Les énoncés prospectifs ne sont pas garants des rendements futurs, et les événements réels pourraient être substantiellement différents de ceux anticipés ou projetés dans les énoncés prospectifs. Certains facteurs importants peuvent contribuer à ces écarts, y compris, mais sans s’y limiter, les événements généraux de nature économique, politique et boursière en Amérique du Nord ou ailleurs dans le monde, les taux d’intérêt et de change, les marchés boursiers et des capitaux mondiaux, la concurrence commerciale et les événements catastrophiques. Vous devez donc éviter de vous fier indûment aux énoncés prospectifs. En outre, nous n’avons pas d’intention spécifique visant la mise à jour de ces énoncés par suite de l’obtention de nouveaux renseignements, de la concrétisation d’événements futurs ou pour toute autre raison.

Veuillez lire le prospectus ou la notice d'offre d'un fonds ou d’un mandat et consulter un conseiller en placements avant d’investir. Veuillez lire notre politique de confidentialité. En utilisant notre site Web ou en ouvrant une session, vous consentez à l’utilisation de témoins, telle qu’elle est décrite dans notre politique de confidentialité.  

Ce site est réservé aux personnes qui résident au Canada. Les fonds communs de placement et les FNB commandités par Fidelity Investments Canada s.r.i. ne peuvent être vendus que dans les provinces et territoires du Canada.

82738-v20181010