Perspectives pour 2019

glass globe on paper with charts and graphs

Adam Kutas | Gestionnaire de portefeuille

Janvier 2019

Chaque année, durant les congés de fin d’année, je compile un amalgame de recherches, j’essaie d’éviter mes écrans d’ordinateur et je réfléchis aux perspectives pour l’année à venir. Les marchés boursiers sont généralement calmes pendant cette période, ce qui est favorable à des réflexions plus approfondies. Toutefois, cela n’a pas été le cas cette année. À la fin de 2018, la volatilité a bondi lorsque les marchés ont enfin pris en compte la plus grande partie de l’augmentation du coût du capital des sociétés. Par ailleurs, les prix du pétrole et des autres produits de base se sont effondrés en raison des craintes relatives à une offre excédentaire des producteurs et à l’affaiblissement de la demande attribuable à un consensus grandissant d’une récession pour plusieurs marchés importants. Pour bon nombre de participants au marché, ces mouvements sont le présage de perspectives généralement baissières pour 2019.

Certains observateurs du marché ne se sont pas aperçus que cette volatilité s’est généralement limitée aux marchés développés, principalement les États-Unis. En effet, les marchés émergents et frontaliers ont été relativement stables par rapport aux creux qu’ils avaient atteints au milieu de l’année. Les marchés frontaliers avaient inscrit des gains intéressants en 2016 et 2017, et il n’est donc pas étonnant d’assister à un rajustement des attentes et à la suppression d’investisseurs marginaux. À mon avis, ces creux correspondaient probablement à un repli cyclique dans une perspective globale favorable sur le plan structurel pour ces catégories d’actifs. Ce point de vue constructif repose sur une combinaison de paramètres fondamentaux ascendants pour les entreprises, sur la confiance des investisseurs, sur les valorisations des actions, ainsi que sur des perspectives généralement positives quant au contexte macroéconomique des gagnants structurels (comme le Vietnam, le Bangladesh et le Cambodge), mais aussi des pays frontaliers axés sur les produits de base (comme la Colombie, le Niger et l’Arabie Saoudite).

Voyons tout d’abord les rendements des placements en 2018. Comme le montre le Tableau 1, l’indice MSCI Marchés émergents frontaliers a reculé de près de 15 % en dollars américains l’année dernière; un tel repli serait fâcheux pour n’importe quel portefeuille. Pourtant, ce rendement est conforme à celui des autres catégories d’actions internationales, comme celles des marchés développés et des marchés émergents. Le seul marché qui a affiché de meilleurs résultats est l’indice S&P 500, qui a cédé près de 5 %. Au sein des marchés frontaliers, la baisse attribuable aux facteurs macroéconomiques des actions argentines a été le principal facteur de la faiblesse (voir le Tableau 2). En revanche, les actions koweïtiennes ont affiché de bons rendements alors que le marché a pris en compte leur passage potentiel au « statut de marché émergent » par MSCI.

Tableau 1 : Rendements des marchés boursiers à la fin de 2018, en dollars américains
Tableau 1, l’indice MSCI Marchés émergents frontaliers a reculé de près de 15 % en dollars américains l’année dernière; un tel repli serait fâcheux pour n’importe quel portefeuille.
Source : FMR
Tableau 2 : Cinq meilleurs et cinq pires pays en 2018, en dollars américains
%. Au sein des marchés frontaliers, la baisse attribuable aux facteurs macroéconomiques des actions argentines a été le principal facteur de la faiblesse
Source : FMR

Après un tel repli, que peut-on attendre des paramètres fondamentaux? Comme nous pouvons le voir dans le Tableau 3, les rendements des capitaux propres (une mesure de la rentabilité) continuent d’augmenter à l’échelle mondiale : les sociétés des marchés émergents frontaliers ont inscrit des gains d’environ 13 % à 14 % dans l’ensemble, soit des résultats supérieurs à ceux de leurs pairs des marchés émergents et des marchés développés, à l’exception des États-Unis. Du point de vue de la croissance des bénéfices, comme l’indique le Tableau 4, les sociétés des marchés frontaliers devraient progresser d’environ 11 % en 2019, tandis que les résultats nets pourraient s’accroître de 17 %. Ces taux de croissance surpassent ceux des marchés émergents et des marchés développés, ce qui a généralement été le cas par le passé, étant donné que les pays frontaliers se situent à des étapes moins avancées de leur développement économique et devraient par conséquent connaître une croissance plus rapide (comparable à celle des sociétés à petite capitalisation par rapport aux grandes entreprises de premier ordre).

Tableau 3 : Rendements des capitaux propres
, les rendements des capitaux propres (une mesure de la rentabilité) continuent d’augmenter à l’échelle mondiale
Sources : FactSet, MSCI

 

Tableau 4 : Attentes en matière de croissance des revenus et des bénéfices
  Revenus (%) Croissance du BPA (%)
  2017 2018 (e) 2019 (e) 2016 2017 2018 (e) 2019 (e)
Marchés développés 9 % 9 % 4 % 5 % 26 % 27 % 10 %
Marchés émergents 13 % 9 % 7 % 17 % 26 % 17 % 12 %
Marchés émergents frontaliers 1 % 13 % 11 % -12 % 12 % 29 % 17 %

Source : IBES

Nous avons donc des sociétés qui progressent à un taux dépassant les deux chiffres et à un niveau rentable. Mais quel est le prix que nous payons pour une telle croissance? Comme le montre le Tableau 5, qui utilise les ratios cours-valeur comptable comme mesure de référence pour les cours, les actions des marchés frontaliers tirent très bien leur épingle du jeu. Elles sont un peu plus chères que celles de l’ensemble des marchés émergents et des marchés développés, mais beaucoup plus abordables que les actions américaines. Bien que la prime de valorisation se situe autour de 10 % seulement, le ratio cours-valeur comptable plus élevé des actions des pays frontaliers est stimulé par les cours plus élevés sur les marchés des Philippines et du Koweït (deux marchés sous-pondérés dans le portefeuille du Fonds). Cela dit, si on tient compte des perspectives de croissance et des cours payés, les actions des pays frontaliers se comparent très favorablement, étant donné que les investisseurs paient un prix raisonnable pour une meilleure croissance et que leur confiance est affaiblie en raison du contexte difficile en 2018.

Tableau 5 : Ratios cours-valeur comptable
qui utilise les ratios cours-valeur comptable comme mesure de référence pour les cours, les actions des marchés frontaliers tirent très bien leur épingle du jeu
Sources : FactSet, MSCI

En conclusion, bien que les manchettes continuent de troubler la majorité des investisseurs, les sélectionneurs d’actions qui explorent les marchés liés aux produits de base devraient y trouver des titres de croissance intéressants à des prix attrayants, particulièrement par rapport à la plupart des marchés développés coûteux.

 

Merci d’avoir lu ce billet.

Adam Kutas, CFA


Tout placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions ou des commissions de suivi. Veuillez lire le prospectus d’un fonds avant d’investir, car il contient des renseignements détaillés sur les placements. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis; leur valeur est appelée à fluctuer fréquemment et le rendement passé pourrait ou non être reproduit.

Certaines déclarations formulées dans ce commentaire peuvent contenir des énoncés prospectifs de nature prévisionnelle pouvant inclure des termes tels que « prévoit », « anticipe », « a l’intention », « planifie », « croit », « estime » et d’autres expressions semblables ou leurs versions négatives correspondantes. Les énoncés prospectifs s’appuient sur des attentes et prévisions visant des facteurs généraux pertinents liés à la situation économique, au contexte politique et aux conditions du marché, comme les taux d’intérêt, et supposent qu’aucun changement n’est apporté au taux d’imposition en vigueur ni aux autres lois ou législations gouvernementales applicables. Les attentes et les prévisions à l’égard d’événements futurs sont intrinsèquement soumises, entre autres, aux risques et incertitudes parfois imprévisibles, et peuvent, par conséquent, se révéler incorrectes à l’avenir. Les énoncés prospectifs ne sont pas une garantie des rendements futurs, et les événements réels pourraient être substantiellement différents de ceux anticipés ou projetés dans les énoncés prospectifs. Certains éléments importants peuvent contribuer à ces écarts, y compris, notamment, les facteurs généraux liés à la situation économique, au contexte politique et aux conditions du marché en Amérique du Nord ou ailleurs dans le monde, les taux d’intérêt et de change, les marchés boursiers et les marchés des capitaux mondiaux, la concurrence commerciale et les catastrophes. Vous devez donc éviter de vous fier indûment aux énoncés prospectifs. En outre, nous n’avons pas l’intention de mettre à jour ces énoncés à la suite de l’obtention de nouveaux renseignements, de la concrétisation d’événements futurs ou pour quelque autre raison que ce soit.

De temps à autre, un gestionnaire, analyste ou autre employé de Fidelity peut exprimer une opinion sur une société, un titre, une industrie ou un secteur du marché. Les opinions exprimées par ces personnes représentent un point de vue personnel à un moment donné et ne constituent pas nécessairement celui de Fidelity ou d’autres personnes au sein de l’organisation. Ces opinions sont appelées à changer à tout moment en fonction de l’évolution des marchés et d’autres facteurs, et Fidelity décline toute responsabilité en ce qui a trait à la mise à jour de ces points de vue. Ceux-ci ne peuvent pas être considérés comme des conseils en placement fiables, ni comme une indication d’achat ou de vente visant un Fonds Fidelity, car les décisions de placement relatives aux Fonds Fidelity sont prises en fonction de nombreux facteurs.

Veuillez lire le prospectus ou la notice d'offre d'un fonds ou d’un mandat et consulter un conseiller en placements avant d’investir. Veuillez lire notre politique de confidentialité. En utilisant notre site Web ou en ouvrant une session, vous consentez à l’utilisation de témoins, telle qu’elle est décrite dans notre politique de confidentialité.  

Ce site est réservé aux personnes qui résident au Canada. Les fonds communs de placement et les FNB commandités par Fidelity Investments Canada s.r.i. ne peuvent être vendus que dans les provinces et territoires du Canada.

118567-v2019117

Close Search