Moyen-Orient - Une hausse opportune de l’indice

middle east

Dans l’univers des placements à revenu fixe, de nombreux investisseurs surveillent de près les hausses et les baisses des cotes attribuées aux pays et aux entreprises par les agences de notation mondiales. De tels changements peuvent se répercuter sur la valeur des titres en raison des entrées de capitaux passifs (ainsi, l’inclusion dans un indice peut entraîner pour certaines obligations une augmentation du nombre d’acheteurs de fonds à gestion passive), ainsi que sur la capacité d’investissement, selon le mandat de certains fonds (p. ex., obligations de qualité seulement).


Dans l’univers des actions des marchés émergents et des marchés frontaliers, une variable comparable qu’il convient de surveiller est la révision à la hausse et à la baisse des cotes par MSCI. Ce fournisseur d’indices répartit tous les pays dans les catégories « développés », « émergents » ou « frontaliers ». Et en raison de la montée des fonds indiciels à gestion passive (ou fonds négociés en bourse), toute révision à la hausse de la cote d’un pays (et tout changement d’indice correspondant, le cas échéant, par exemple de pays émergent à pays développé, comme ce fut le cas pour Israël en 2010) peut avoir un impact considérable sur les résultats du marché boursier de ce pays. Une révision à la hausse peut aussi réduire le coût du capital des sociétés inscrites à la Bourse du pays en question (puisque les entrées de fonds font grimper les valeurs marchandes, les sociétés plus fructueuses peuvent généralement emprunter des fonds à un taux d’intérêt inférieur). Ce changement est attribuable aux réserves de capitaux, qui sont beaucoup plus abondantes dans les marchés développés que dans les marchés frontaliers; autrement dit, les fonds à gestion passive qui reproduisent le rendement des marchés développés sont beaucoup plus importants que ceux qui reproduisent le rendement des marchés émergents ou des marchés frontaliers.


C’est d’ailleurs la situation à laquelle nous assisterons au cours des 12 prochains mois dans les marchés émergents et frontaliers, particulièrement dans les pays du Moyen-Orient. Ces marchés gagnent en importance du point de vue de l’indice (et peut-être aussi du point de vue des coûts en capital moindres), parce que la région affiche une hausse marquée au sein des indices boursiers et obligataires des marchés émergents.


Comme l’illustre le Tableau 1, le Moyen-Orient, qui était absent de l’indice en 2014, représentera vraisemblablement 5 % de l’indice grâce à l’inclusion de l’Arabie saoudite. Les changements apportés par MSCI ont été influencés par les réformes des marchés financiers (dans le cas de l’Arabie saoudite) et par la hausse des limites en matière de propriété étrangère au cours des dernières années (dans le cas des Émirats arabes unis, du Qatar et du Koweït).


Tableau 1 : Pourcentage des pays du Moyen-Orient dans l’indice MSCI Marchés émergents

chart 1 for Kutas  middle east blog 2018 FR

Source : MSCI.
 

En ce qui concerne les obligations, comme l’illustre le Tableau 2, la pondération des obligations souveraines à revenu fixe du Moyen-Orient devrait passer de 0 % à l’heure actuelle à 12 % d’ici la même période en 2019, simplement en raison de l’augmentation du nombre d’émissions d’obligations d’État par les différents gouvernements.
 

Tableau 2 : Pourcentage des pays du Moyen-Orient dans l’indice JPM EMBI Global Bond

chart 2 for Kutas  middle east blog 2018

Source : JPM.
 

Cette situation aura-t-elle une forte incidence sur le rendement des actions? Je n’en suis pas certain, mais compte tenu de la hausse des prix du pétrole, il n’est pas tellement étonnant que certains des marchés les plus rentables depuis le début de l’année, en dollars américains*, se trouvent dans cette région. Les valorisations y sont en général attrayantes, les paramètres fondamentaux de nombreuses entreprises semblent avoir atteint leur niveau le plus bas, et il est probable que la région ne suscite pas l’intérêt de la plupart des investisseurs mondiaux en actions. Ce facteur est encore plus évident en ce qui concerne l’Arabie saoudite, qui a récemment ouvert son marché aux investisseurs mondiaux. Comme l’indique le Tableau 3, moins de 5 % du marché boursier est détenu par des investisseurs étrangers, alors que ce pourcentage s’établit à près de 50 % pour les marchés plus traditionnels, comme le Brésil.


Tableau 3 : Propriété étrangère totale du marché boursier (en % de la capitalisation boursière)

chart 3 for Kutas  middle east blog 2018

Sources : Marchés boursiers nationaux et Credit Suisse, au premier trimestre de 2018.
 

Les fonds frontaliers sont positionnés au sein de ces marchés, avec une exposition aux secteurs des services bancaires, du commerce de détail et du transport de combustibles.

 

Merci d’avoir lu ce billet.

 

Adam Kutas


* FMR., au 30 septembre 2018.

Tout placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions ou des commissions de suivi. Veuillez lire le prospectus d’un fonds avant d’investir, car il contient des renseignements détaillés sur les placements. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis; leur valeur est appelée à fluctuer fréquemment et le rendement passé pourrait ou non être reproduit.

Certaines déclarations formulées dans ce commentaire peuvent contenir des énoncés prospectifs de nature prévisionnelle pouvant inclure des termes tels que « prévoit », « anticipe », « a l’intention », « planifie », « croit », « estime » et d’autres expressions semblables ou leurs versions négatives correspondantes. Les énoncés prospectifs s’appuient sur des attentes et prévisions visant des facteurs généraux pertinents liés à la situation économique, au contexte politique et aux conditions du marché, comme les taux d’intérêt, et supposent qu’aucun changement n’est apporté au taux d’imposition en vigueur ni aux autres lois ou législations gouvernementales applicables. Les attentes et les prévisions à l’égard d’événements futurs sont intrinsèquement soumises, entre autres, aux risques et incertitudes parfois imprévisibles, et peuvent, par conséquent, se révéler incorrectes à l’avenir. Les énoncés prospectifs ne sont pas une garantie des rendements futurs, et les événements réels pourraient être substantiellement différents de ceux anticipés ou projetés dans les énoncés prospectifs. Certains éléments importants peuvent contribuer à ces écarts, y compris, notamment, les facteurs généraux liés à la situation économique, au contexte politique et aux conditions du marché en Amérique du Nord ou ailleurs dans le monde, les taux d’intérêt et de change, les marchés boursiers et les marchés des capitaux mondiaux, la concurrence commerciale et les catastrophes. Vous devez donc éviter de vous fier indûment aux énoncés prospectifs. En outre, nous n’avons pas l’intention de mettre à jour ces énoncés à la suite de l’obtention de nouveaux renseignements, de la concrétisation d’événements futurs ou pour quelque autre raison que ce soit.

De temps à autre, un gestionnaire, analyste ou autre employé de Fidelity peut exprimer une opinion sur une société, un titre, une industrie ou un secteur du marché. Les opinions exprimées par ces personnes représentent un point de vue personnel à un moment donné et ne constituent pas nécessairement celui de Fidelity ou d’autres personnes au sein de l’organisation. Ces opinions sont appelées à changer à tout moment en fonction de l’évolution des marchés et d’autres facteurs, et Fidelity décline toute responsabilité en ce qui a trait à la mise à jour de ces points de vue. Ceux-ci ne peuvent pas être considérés comme des conseils en placement fiables, ni comme une indication d’achat ou de vente visant un Fonds Fidelity, car les décisions de placement relatives aux Fonds Fidelity sont prises en fonction de nombreux facteurs.

© 2018 Fidelity Investments Canada s.r.i. Tous droits réservés.

Veuillez lire le prospectus ou la notice d'offre d'un fonds ou d’un mandat et consulter un conseiller en placements avant d’investir. Veuillez lire notre politique de confidentialité. En utilisant notre site Web ou en ouvrant une session, vous consentez à l’utilisation de témoins, telle qu’elle est décrite dans notre politique de confidentialité.  

Ce site est réservé aux personnes qui résident au Canada. Les fonds communs de placement et les FNB commandités par Fidelity Investments Canada s.r.i. ne peuvent être vendus que dans les provinces et territoires du Canada.

93897-v2018117