Les « cadeaux » de la Chine aux pays frontaliers

image of the field from the above

Au cours de la dernière année, la Chine a fait couler beaucoup d’encre, qu’il s’agisse de la guerre commerciale avec les États-Unis, d’espionnage technologique ou de politique étrangère (« initiative ceinture et route »). Ces événements sont généralement considérés comme défavorables pour les marchés frontaliers (en particulier le troisième point, sur lequel je reviendrai, dans un autre billet). Dans le présent billet, qui est une prolongation de celui intitulé Les trois grands sauts des marchés frontaliers, j’examine l’impact de la Chine sur les pays frontaliers, en approfondissant les éléments qui permettent aux marchés frontaliers de « sauter » des étapes (dans ce cas-ci, grâce à la Chine).

À mon avis, on parle beaucoup de l’ascension de la Chine au rang de superpuissance, mais moins des cadeaux qu’elle fait au monde et qui pourraient avoir des répercussions profondes sur les marchés frontaliers, plus précisément dans le domaine des communications et de la production d’électricité (et probablement celui des véhicules électriques). Grâce aux investissements réalisés par le gouvernement et les entreprises, la Chine a fait baisser les coûts de fabrication des téléphones intelligents et des panneaux solaires (ce sera bientôt le cas des batteries pour véhicules électriques), ce qui les a rendus accessibles aux pays frontaliers, dont les revenus sont plus modestes. Comme je l’ai décrit dans mon précédent billet, cela permet aux pays frontaliers de sauter des étapes. Je vois les investissements chinois comme des « cadeaux » parce que les marchés frontaliers n’ont pas eu à en supporter le poids financier, mais ils en récoltent les fruits.

Commençons par le premier cadeau de la Chine : les téléphones intelligents. Aucun autre appareil n’a eu plus d’influence sur les marchés émergents et frontaliers que cet outil essentiel. Comme je l’ai dit dans mon billet précédent, le taux de pénétration des téléphones mobiles dans les pays frontaliers est, dans l’ensemble, similaire à celui des pays développés et émergents. La principale cause de cette croissance a été l’effondrement des prix des téléphones intelligents. Cette abordabilité fabuleuse est attribuable aux investissements massifs de la Chine dans ses capacités de production, grâce auxquels le pays est aujourd’hui le plus gros fabricant mondial de téléphones intelligents, avec une part de marché de 32 % (voir le Tableau 1). Ces infrastructures de production (et leur ampleur) ont fait baisser le prix moyen des téléphones intelligents, qui s’établit à environ 250 $ US, soit un recul de plus de 40 % depuis 2010.

 

Tableau 1 

Chart 1

Sources : IDC, Statistica, Bloomberg Intelligence

 

Au cours de la même décennie, la Chine a appliqué cette stratégie d’investissement aux secteurs de l’énergie et de la production d’électricité. Généralement, la Chine importe du pétrole pour la production d’électricité, ce qui cause de l’inquiétude à l’égard de la pollution et de la sécurité. La Chine a donc misé sur les énergies vertes, notamment sur les panneaux solaires, pour améliorer la qualité de son air et devenir autosuffisante dans le secteur de l’électricité. Comme on le voit dans le Tableau 2 (qui compare l’ajout annuel de capacités de production en mégawatts au coût de production d’énergie solaire), à partir de 2008, la Chine a investi massivement dans ses capacités de production d’énergie solaire, ce qui a entraîné un effondrement des prix des panneaux solaires. Aujourd’hui, les coûts de construction d’une centrale solaire sont moins élevés que ceux d’une centrale au charbon (voir le billet daté de juin 2017, intitulé L’énergie solaire pourrait-elle transformer les pays des marchés émergents et frontaliers?). Ces investissements ont été de véritables cadeaux pour les marchés frontaliers, parce que la plupart de ces économies souffrent d’une pénurie d’électricité et d’une forte dépendance aux importations de combustibles fossiles (ce qui pèse sur leur balance commerciale). L’accès à une énergie solaire plus abordable a énormément profité à des pays comme les Philippines; dans le secteur de l’électricité, ce pays est passé d’une pénurie chronique à une offre excédentaire au cours des dix dernières années. À long terme, la volatilité de l’inflation devrait diminuer, car l’énergie est généralement un important facteur d’inflation.

 

Tableau 2 

Chart 2

Source : Bloomberg New Energy Finance (BNEF)

 

La vague d’investissements actuelle vise les véhicules électriques. Le taux de pénétration du marché de l’automobile en Chine continue d’augmenter, mais comme pour la production d’électricité, le pays cherche à réduire sa dépendance aux importations de pétrole et à améliorer la qualité de son air. Toutefois, la plupart des Chinois n’ont pas les moyens de s’offrir une luxueuse Tesla et le gouvernement ne souhaite pas dépendre d’une technologie étrangère. Par conséquent, comme on le voit dans le Tableau 3, la Chine intensifie ses investissements dans le segment des véhicules électriques (en l’occurrence, dans la production de batteries au lithium ionique qui alimentent ces véhicules), dans l’espoir de s’élever au premier rang mondial sur ce marché. Comme pour les téléphones et l’énergie solaire, cette croissance des capacités fait baisser les coûts de production des véhicules électriques.

 

Tableau 3 

Chart 3

Source : BNEF

 

Dans les trois exemples ci-dessus, la baisse des prix des nouvelles technologies a eu des répercussions positives sur les pays frontaliers. Étant donné leurs revenus moins élevés, leurs réseaux téléphoniques filaires insuffisants et le soleil abondant, les marchés frontaliers sont prêts à profiter au maximum des cadeaux de la Chine, à savoir des moyens de communication, de production d’électricité et de transport plus performants et plus verts.

Les répercussions négatives, quant à elles, sont ressenties dans ces trois secteurs par les concurrents mondiaux, confrontés à des coûts plus élevés que ceux de la Chine. C’est probablement une des causes de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine. Plutôt que de prendre parti pour l’un ou l’autre des belligérants, je cherche à comprendre les conséquences de cette dynamique mondiale et à trouver les meilleures occasions de placement pour ceux qui investissent dans le Fonds Fidelity Marchés émergents frontaliers. Dans les marchés frontaliers, les gros consommateurs d’électricité (producteurs de platine, pays qui importent de grandes quantités de pétrole) sortiront gagnants, tandis que les détaillants d’essence et les producteurs de charbon seront sans doute perdants.

 

Merci d’avoir lu ce billet.

Adam Kutas, CFA

 

 


Les placements dans les fonds communs de placement peuvent être assortis de commissions, de commissions de suivi, de frais de gestion et de charges. Veuillez lire le prospectus d’un fonds avant d’investir, car il contient des renseignements détaillés sur les placements. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis; leur valeur est appelée à fluctuer fréquemment et le rendement passé pourrait ou non être reproduit.

Certaines déclarations formulées dans ce commentaire peuvent contenir des énoncés prospectifs de nature prévisionnelle pouvant inclure des termes tels que « prévoit », « anticipe », « a l’intention », « planifie », « croit », « estime » et d’autres expressions semblables ou leurs versions négatives correspondantes. Les énoncés prospectifs s’appuient sur des attentes et prévisions visant des facteurs généraux pertinents liés à la situation économique, au contexte politique et aux conditions du marché, comme les taux d’intérêt, et supposent qu’aucun changement n’est apporté au taux d’imposition en vigueur ni aux autres lois ou législations gouvernementales applicables. Les attentes et les prévisions à l’égard d’événements futurs sont intrinsèquement soumises, entre autres, aux risques et incertitudes parfois imprévisibles, et peuvent, par conséquent, se révéler incorrectes à l’avenir. Les énoncés prospectifs ne sont pas une garantie des rendements futurs, et les événements réels pourraient être substantiellement différents de ceux anticipés ou projetés dans les énoncés prospectifs. Certains éléments importants peuvent contribuer à ces écarts, y compris, notamment, les facteurs généraux liés à la situation économique, au contexte politique et aux conditions du marché en Amérique du Nord ou ailleurs dans le monde, les taux d’intérêt et de change, les marchés boursiers et les marchés des capitaux mondiaux, la concurrence commerciale et les catastrophes. Vous devez donc éviter de vous fier indûment aux énoncés prospectifs. En outre, nous n’avons pas l’intention de mettre à jour ces énoncés à la suite de l’obtention de nouveaux renseignements, de la concrétisation d’événements futurs ou pour quelque autre raison que ce soit.

De temps à autre, un gestionnaire, analyste ou autre employé de Fidelity peut exprimer une opinion sur une société, un titre, une industrie ou un secteur du marché. Les opinions exprimées par ces personnes représentent un point de vue personnel à un moment donné et ne constituent pas nécessairement celles de Fidelity ou d’autres personnes au sein de l’organisation. Ces opinions sont appelées à changer à tout moment en fonction de l’évolution des marchés et d’autres facteurs, et Fidelity décline toute responsabilité en ce qui a trait à la mise à jour de ces points de vue. Ceux-ci ne peuvent pas être considérés comme des conseils en placement fiables, ni comme une indication d’achat ou de vente visant un des Fonds Fidelity, car les décisions de placement relatives aux Fonds Fidelity sont prises en fonction de nombreux facteurs.

© 2019 Fidelity Investments Canada s.r.i. Tous droits réservés.

Veuillez lire le prospectus ou la notice d'offre d'un fonds ou d’un mandat et consulter un conseiller en placements avant d’investir. Veuillez lire notre politique de confidentialité. En utilisant notre site Web ou en ouvrant une session, vous consentez à l’utilisation de témoins, telle qu’elle est décrite dans notre politique de confidentialité.  

Ce site est réservé aux personnes qui résident au Canada. Les fonds communs de placement et les FNB commandités par Fidelity Investments Canada s.r.i. ne peuvent être vendus que dans les provinces et territoires du Canada.

146450-v2019322