Fin de la mondialisation – Partie 2 – Sphères d’influence

Adam Kutas | Gestionnaire de portefeuille

Juillet 2020

(En télétravail à) Londres, Royaume-Uni

Le fait de vivre au Royaume-Uni donne un accès privilégié à l’actualité européenne, car les fils de presse britanniques relaient de nombreuses nouvelles que la presse mondiale risque d’ignorer. Deux nouvelles à propos de l’Allemagne ont attiré mon attention; elles ont un lien avec le billet du mois dernier, intitulé Fin de la mondialisation?

  • « Pour contrer les ambitions commerciales de la Chine, l’Union européenne lui lance un coup de semonce et adopte des droits de douane sans précédent, en réponse aux subventions que l’État chinois verse aux exportateurs. Lundi, pour la première fois, l’UE s’est attaquée aux aides financières versées par un État à des exportateurs établis dans un autre pays, subventions qui, selon l’UE, créent des distorsions sur le marché. Jusqu’ici, les droits de douane européens visaient seulement les subventions versées par le pays dans lequel les exportateurs sont établis. » – Bloomberg, 15 juin 2020 (traduit de l’anglais).
  • « Jeudi, le projet de loi porté par la chancelière Angela Merkel, qui vise à mieux protéger les entreprises allemandes d’une prise de contrôle par des intérêts étrangers, a reçu l’approbation finale du Parlement. Cette décision intervient alors que certains craignent des acquisitions par des sociétés financées par la Chine et d’autres pays. » – Bloomberg, 18 juin 2020 (traduit de l’anglais).

La conclusion de mon précédent billet était que la mondialisation, qui n’a jamais cessé d’avancer, connaît probablement un épisode de ralentissement. Ce mois-ci, je pousse la réflexion un peu plus loin. Certes, la mondialisation marque sans doute un temps d’arrêt, mais il est probable que, dans trois grandes sphères d’influence, à savoir celles des États-Unis, de la Chine et de l’Europe, une sorte de « mondialisation régionale », c’est-à-dire l’élimination de barrières commerciales et une tendance à l’intégration, soit en train de s’accélérer, en particulier pour la Chine et l’Europe. Par exemple, les liens se consolident entre la Chine et les Philippines ou entre l’UE et le Maroc alors que des barrières s’érigent à l’échelle mondiale, notamment entre la Chine et les États-Unis.

Dans le cas de l’Europe, la tendance à l’intégration (le Brexit étant une exception) répond notamment à l’inquiétude entourant la concurrence de la Chine et des États-Unis. (Les Canadiens comprendront une telle démarche, puisqu’en 1867, la Confédération des deux Canada et des provinces maritimes est née, en partie, des craintes suscitées par l’hégémonie des États-Unis après la guerre de 1812 et les raids féniens de 1866). Malgré toutes les manchettes à propos du sentiment anti-UE et des querelles entre gouvernements européens, on pourrait dire que l’Europe connaît un tournant décisif dans son intégration, puisqu’elle vient de faire un pas important vers une union budgétaire et la création de subventions et d’instruments de dette mutualisée européens.

Qu’est-ce que cela signifie pour les marchés frontaliers? La plupart des investisseurs craignent que la fin de la mondialisation entraîne une augmentation des barrières commerciales, ce qui nuirait à de nombreux marchés frontaliers et émergents. Toutefois, la plupart des marchés frontaliers appartiennent à la sphère d’influence de la Chine, dans laquelle l’intégration s’accélère. Cette tendance s’appuie sur l’Initiative « ceinture et route » (ICR), dont j’ai parlé dans un billet précédent. Dans le graphique 1, les pays en vert adhèrent à l’ICR (toutefois, l’ampleur de leur participation varie considérablement d’un pays à l’autre). Quand on compare cette carte au graphique 2, qui montre les pays dans lesquels le géant chinois Huawei installe son réseau de télécommunication 5G, on constate un chevauchement assez net. Les revenus étant généralement assez bas dans les marchés frontaliers, la technologie chinoise, plus abordable, s’est taillé une vaste part de marché dans ces pays, en particulier dans les secteurs des technologies et des télécommunications. Comme le montre le graphique 3, la valeur des exportations technologiques de la Chine vers les marchés frontaliers est aujourd’hui plus de dix fois supérieure à celle des exportations des États-Unis, en dollars américains.

Ces relations commerciales sont une source de valeur pour les deux parties et sont positives pour la réputation de la Chine. Le Cambodgien moyen, par exemple, a accès à un téléphone intelligent et à une excellente couverture réseau d’un bout à l’autre du pays et a peut-être recours à des services de technologie financière (probablement grâce à Alipay, la plateforme d’Alibaba, le géant chinois de la technologie); tout cela a grandement amélioré sa qualité de vie. De son côté, la Chine a accès à des marchés nouveaux et en croissance, et se bâtit une sphère d’influence géopolitique.

Si tout cela est exact, il est peu probable que la Chine érige des barrières susceptibles de limiter ces avantages; elle devrait plutôt accélérer cette tendance. Cela devrait beaucoup profiter aux entreprises des pays frontaliers et aux sociétés chinoises qui délocalisent des usines vers des pays comme le Vietnam : elles réduisent leurs coûts de production et donnent aux pays frontaliers accès à des technologies plus abordables. Par conséquent, le Fonds continue de miser sur un panier de fabricants chinois de textiles et de chaussures, et sur des sociétés de télécommunication et des banques qui peuvent profiter des avantages de l’abordabilité et de l’expansion de la connectivité, attribuables à la « mondialisation régionale ».

Merci d’avoir lu ce billet. Prenez soin de vous.

Adam J. Kutas, CFA

 

Graphique 1 – Initiative « ceinture et route » de la Chine
Initiative « ceinture et route » de la Chine
Sources : PECO et Alliance internationale des organisations scientifiques (2018)

 

Graphique 2 – Régions dans lesquelles Huawei installe son réseau 5G
Régions dans lesquelles Huawei installe son réseau 5G
Source : NPR (China’s Tech Giant Huawei Spans Much Of The Globe Despite U.S. Efforts To Ban It, 2019. (Le géant chinois des télécommunications Huawei s’installe un peu partout dans le monde malgré les efforts déployés par les États-Unis pour le faire interdire, en anglais seulement.)

Crédit : Emily Feng, Amy Cheng et Thomas Willbrun / NPR

 

Graphique 3 – Secteur des TIC – Exportations de la Chine vers les MÉF
Secteur des TIC – Exportations de la Chine vers les MÉF
Sources : CNUCED et FMR

Tout placement dans un fonds commun de placement ou un FNB peut donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des frais de gestion, des frais de courtage et des charges. Veuillez lire le prospectus du fonds commun de placement ou du FNB avant d’investir, car il contient des renseignements détaillés sur le placement. Les fonds communs de placement et les FNB ne sont pas garantis. Leur valeur est appelée à fluctuer fréquemment, et les investisseurs pourraient réaliser un profit ou subir une perte. Le rendement passé pourrait ou non être reproduit.

Certaines déclarations formulées dans ce commentaire peuvent contenir des énoncés prospectifs de nature prévisionnelle pouvant inclure des termes tels que « prévoit », « anticipe », « a l’intention », « planifie », « croit », « estime » et d’autres expressions semblables ou leurs versions négatives correspondantes. Les énoncés prospectifs s’appuient sur des attentes et prévisions visant des facteurs généraux pertinents liés à la situation économique, au contexte politique et aux conditions du marché, comme les taux d’intérêt, et supposent qu’aucun changement n’est apporté au taux d’imposition en vigueur ni aux autres lois ou législations gouvernementales applicables. Les attentes et les projections à l’égard d’événements futurs sont intrinsèquement assujetties, entre autres, à des risques et à des incertitudes parfois imprévisibles, et peuvent, par conséquent, se révéler incorrectes à l’avenir. Les énoncés prospectifs ne sont pas une garantie des rendements futurs, et les événements réels pourraient être substantiellement différents de ceux anticipés ou projetés dans les énoncés prospectifs. Certains éléments importants peuvent contribuer à ces écarts, y compris, notamment, les facteurs généraux liés à la situation économique, au contexte politique et aux conditions du marché en Amérique du Nord ou ailleurs dans le monde, les taux d’intérêt et de change, les marchés boursiers et les marchés des capitaux mondiaux, la concurrence commerciale et les catastrophes. Vous devez donc éviter de vous fier indûment aux énoncés prospectifs. En outre, nous n’avons pas l’intention de mettre à jour ces énoncés suite à de nouveaux renseignements, à des événements futurs ou pour toute autre raison.

De temps à autre, un gestionnaire, analyste ou autre employé de Fidelity peut exprimer une opinion sur une société, un titre, une industrie ou un secteur du marché. Les opinions exprimées par ces personnes représentent un point de vue personnel à un moment donné et ne constituent pas nécessairement le point de vue de Fidelity ou d’autres personnes au sein de l’organisation. Ces opinions sont appelées à changer à tout moment en fonction de l’évolution des marchés et d’autres facteurs, et Fidelity décline toute responsabilité en ce qui a trait à la mise à jour de ces points de vue. Ces opinions ne peuvent pas être considérées comme des conseils en placement, ni comme une indication d’achat ou de vente visant un Fonds Fidelity, car les décisions de placement relatives aux Fonds Fidelity sont prises en fonction de nombreux facteurs.

© 2020 Fidelity Investments Canada s.r.i. Tous droits réservés.

Les marques de commerce de tierces parties appartiennent à leur propriétaire respectif. Elles sont utilisées avec leur permission.

Les fonds de placement peuvent être assortis de commissions, de frais et des charges. Veuillez lire le prospectus ou la notice d’offre d’un fonds et consulter un conseiller en placements avant d’investir. Les fonds ne sont pas garantis, leur valeur est appelée à fluctuer fréquemment et les investisseurs pourraient réaliser un profit ou subir une perte. Le rendement passé pourrait ou non être reproduit.

Veuillez lire notre politique de confidentialité. En utilisant notre site Web ou en ouvrant une session, vous consentez à l’utilisation de témoins, telle qu’elle est décrite dans notre politique de confidentialité.

Ce site est réservé aux personnes qui résident au Canada. Les fonds communs de placement et les FNB commandités par Fidelity Investments Canada s.r.i. ne peuvent être vendus que dans les provinces et territoires du Canada.

360644-v202077

Close Search