L’inclusion en instance de l’Arabie saoudite dans l’indice MSCI Marchés émergents sera-t-elle suivie du recul habituel?

image of the field from the above

Lorsque j’assiste aux conférences sur l’EMOA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) et le FEM (Fonds Marchés émergents), les discussions de la plupart des investisseurs tournent autour de l’inclusion en instance de l’Arabie saoudite dans l’indice MSCI Marchés émergents. Ironiquement, la majorité des investisseurs semblent éviter ce marché, à la fois parce qu’ils ne connaissent pas bien les sociétés saoudiennes et parce qu’ils croient que ce pays suivra le même trajet de performance que ceux dont la cote a récemment été relevée pour être inclus dans l’indice, soit les Émirats arabes unis, le Qatar et le Pakistan. Comme l’indique de Tableau 1, ces marchés ont pris de l’avance après l’annonce de MSCI, mais dès qu’ils ont effectivement été inclus dans l’indice, leurs cours sont retombés. Les ventes étaient probablement motivées par des entrées passives d’argent conjuguées à un intérêt minimal des investisseurs actifs, étant donné la faible pondération de ces marchés dans l’indice MSCI Marchés émergents et l’existence de meilleures idées de rendement sur le capital ailleurs (notamment dans le marché des technologies de l’Asie du Nord au cours des dernières années).

Tableau 1 : Rendement des Émirats arabes unis, du Qatar et du Pakistan, avant et après l’inclusion dans l’indice MSCI Marchés émergents

Chart 1

Source : Credit Suisse.

 

Il est possible que les actions saoudiennes reproduisent le même scénario, mais j’adhère à l’idée que l’Arabie saoudite ne suivra pas la même route en raison des trois facteurs suivants :

  • la taille du marché saoudien (capitalisation boursière de 500 milliards de dollars américains, si bien qu’il occupera une part plus importante de l’indice MSCI Marchés émergents, soit 2,5 %);
  • le soutien des grandes institutions locales;
  • les caractéristiques uniques de l’inclusion de l’Arabie saoudite, qui diffèrent de celles des trois autres pays cités ci-dessus.

Premièrement, le marché boursier de l’Arabie saoudite ne se situe simplement pas dans la même catégorie que ceux des Émirats arabes unis, du Qatar ou du Pakistan. Ces derniers ne comptent actuellement que pour 70, 93 et 3 points de base, respectivement, de l’indice MSCI Marchés émergents, alors que l’Arabie saoudite représente 250 points de base de l’indice, et cela, avant l’introduction potentielle de Saudi Aramco.

Les investisseurs pourraient ignorer ce marché, mais comme on peut le voir sur le Tableau 2, le nombre d’investisseurs étrangers qualifiés ne cesse de croître, passant de 50 il y a trois ans à plus de 700 maintenant. Deuxièmement, le marché saoudien comporte de grandes institutions locales comme le Public Investment Fund of Saudi Arabia (PIF) qui, comme le montre le Tableau 3, est devenue très active dans les actions locales et détient maintenant plus de 10 % de la capitalisation boursière totale. Une telle situation ne s’est produite dans aucun des autres pays dont la cote a été rehaussée.

Tableau 2 : Nombre d’investisseurs institutionnels étrangers qualifiés en Arabie saoudite  

Chart 2

Source : Rapports de la Capital Markets Authority et des médias.

Tableau 3 : Fonds souverains et fonds communs de placement détenant Saudi Tadawul

Chart 3

Source : EFG Hermes.

Finalement, l’inclusion de l’Arabie saoudite n’est pas un « avancement » du statut de « marché frontalier » à celui de « marché émergent ». Il s’agit d’un marché qui, auparavant classifié d’« autonome » du fait qu’il était hors limites pour tous les citoyens n’étant pas membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG), affichait néanmoins un volume moyen des opérations quotidiennes très élevé. Bref, nous sommes ici en présence d’un grand marché liquide et fermé qui s’ouvre maintenant aux investisseurs de l’extérieur, et non d’un petit marché ouvert qui a fait l’objet d’une reclassification.

À mon avis, la situation est similaire à celle du marché des actions A chinoises, qui était également important et liquide, mais restait fermé aux investisseurs étrangers et s’y est ouvert par la suite. Ainsi, comme le montre le Tableau 4, le marché saoudien pourrait suivre le même chemin que le marché des actions A de la Chine.

Tableau 4 : Rendement de l’Arabie saoudite et des actions A de la Chine après l’annonce de l’inclusion  

Chart 4

Source : Credit Suisse.

Quoi qu’il en soit, le marché saoudien est certainement le plus « réel » de tout le Moyen-Orient, et compte plus d’idées de placement que la liste habituelle de banques et de sociétés immobilières. L’inclusion en attente de ce marché suivra un processus en deux étapes, qui auront lieu en mai et en août 2019. Le Fonds Fidelity Marchés émergents frontaliers, qui investit dans le marché saoudien, sera au rendez-vous !

 

Merci d’avoir lu ce billet.


Adam J. Kutas, CFA


Les placements dans les fonds communs de placement peuvent être assortis de commissions, de commissions de suivi, de frais de gestion et de charges. Veuillez lire le prospectus d’un fonds avant d’investir, car il contient des renseignements détaillés sur les placements. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis; leur valeur est appelée à fluctuer fréquemment et le rendement passé pourrait ou non être reproduit.

Certaines déclarations formulées dans ce commentaire peuvent contenir des énoncés prospectifs de nature prévisionnelle pouvant inclure des termes tels que « prévoit », « anticipe », « a l’intention », « planifie », « croit », « estime » et d’autres expressions semblables ou leurs versions négatives correspondantes. Les énoncés prospectifs s’appuient sur des attentes et prévisions visant des facteurs généraux pertinents liés à la situation économique, au contexte politique et aux conditions du marché, comme les taux d’intérêt, et supposent qu’aucun changement n’est apporté au taux d’imposition en vigueur ni aux autres lois ou législations gouvernementales applicables. Les attentes et les prévisions à l’égard d’événements futurs sont intrinsèquement soumises, entre autres, aux risques et incertitudes parfois imprévisibles, et peuvent, par conséquent, se révéler incorrectes à l’avenir. Les énoncés prospectifs ne sont pas une garantie des rendements futurs, et les événements réels pourraient être substantiellement différents de ceux anticipés ou projetés dans les énoncés prospectifs. Certains éléments importants peuvent contribuer à ces écarts, y compris, notamment, les facteurs généraux liés à la situation économique, au contexte politique et aux conditions du marché en Amérique du Nord ou ailleurs dans le monde, les taux d’intérêt et de change, les marchés boursiers et les marchés des capitaux mondiaux, la concurrence commerciale et les catastrophes. Vous devez donc éviter de vous fier indûment aux énoncés prospectifs. En outre, nous n’avons pas l’intention de mettre à jour ces énoncés à la suite de l’obtention de nouveaux renseignements, de la concrétisation d’événements futurs ou pour quelque autre raison que ce soit.

De temps à autre, un gestionnaire, analyste ou autre employé de Fidelity peut exprimer une opinion sur une société, un titre, une industrie ou un secteur du marché. Les opinions exprimées par ces personnes représentent un point de vue personnel à un moment donné et ne constituent pas nécessairement celles de Fidelity ou d’autres personnes au sein de l’organisation. Ces opinions sont appelées à changer à tout moment en fonction de l’évolution des marchés et d’autres facteurs, et Fidelity décline toute responsabilité en ce qui a trait à la mise à jour de ces points de vue. Ceux-ci ne peuvent pas être considérés comme des conseils en placement fiables, ni comme une indication d’achat ou de vente visant un des Fonds Fidelity, car les décisions de placement relatives aux Fonds Fidelity sont prises en fonction de nombreux facteurs.

Veuillez lire le prospectus ou la notice d'offre d'un fonds ou d’un mandat et consulter un conseiller en placements avant d’investir. Veuillez lire notre politique de confidentialité. En utilisant notre site Web ou en ouvrant une session, vous consentez à l’utilisation de témoins, telle qu’elle est décrite dans notre politique de confidentialité.  

Ce site est réservé aux personnes qui résident au Canada. Les fonds communs de placement et les FNB commandités par Fidelity Investments Canada s.r.i. ne peuvent être vendus que dans les provinces et territoires du Canada.

151609-v201945

Close Search